MONET – Qualité écologique de la forêt


Signification de l'indicateur

Dans une optique de développement durable, la diversité biologique et la qualité de l’écosystème doivent être préservées (principe 15b). A cet égard, la forêt, qui abrite près de la moitié des espèces de plantes, de champignons, d’animaux et de microbes de notre pays, revêt une grande importance. Les forêts ne sont cependant pas toutes des biotopes d’égale valeur. Les plantations d’épicéas du Plateau, par exemple, présentent un intérêt écologique moindre car c’est une région où dominent de manières naturelles les forêts de feuillus. Une augmentation de la part des surfaces forestières ayant un intérêt écologique important va donc dans le sens du développement durable.

L’indicateur présente la part de la surface forestière de qualité moyenne et élevée. Il renseigne quant à l’aptitude des peuplements forestiers à servir d’habitat pour les animaux et les plantes.

Lien avec les principes du développement durable : 15b Sauvegarde de la biodiversité, 19 Respect de la durée des processus naturels.

Commentaire

La part de la surface forestière ayant une qualité moyenne et élevée d’habitat pour les animaux et les plantes (valeur de biotope) a progressé de 10,8% ces trois dernières décennies. Selon le quatrième inventaire forestier national (IFN4) réalisé entre 2009 et 2013, la part de ces surfaces s’élevait à 86,5%. Avec respectivement 89,6% et 92,0% de surface forestière à valeur de biotope moyenne ou élevée, les régions des Alpes et du Sud des Alpes se démarquent du reste de la Suisse. En raison de la pression qui s’exerce sur les écosystèmes du le Plateau, cette région détient la valeur la plus basse (82,1%).

Synthèse


Tableaux

Méthodologie

Cet indicateur présente la part de la surface forestière à valeur de biotope moyenne et élevée dans la surface forestière totale. Les données proviennent de l'inventaire forestier national (IFN) réalisé par l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) en collaboration avec l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Cet inventaire sert à évaluer périodiquement l'état et l'évolution de la forêt suisse. Il fournit des données statistiques fiables pour l'ensemble du pays, pour les grands cantons et pour les principales régions. Le premier relevé (IFN1) a été effectué en 1983-85, le deuxième (IFN2) en 1993-95, le troisième (IFN3) en 2004-06 et le quatrième (IFN4) en 2009-13.

La «valeur de biotope» d'une forêt est une grandeur écologique qui permet d'évaluer la qualité de cette forêt comme habitat pour les animaux et les plantes. La méthode de détermination de la «valeur de biotope» des forêts a été élaborée pour l'IFN, sur la base de méthodes analogues utilisées en Allemagne. Cette méthode ne considère que des critères qui sont influencés par l'exploitation forestière (choix des essences plantées, éclaircies, etc.), et non les paramètres immuables (type de sol, climat). Elle permet donc d'évaluer les effets de l'exploitation forestière et les effets des mesures de protection de la nature. Cette valeur se calcule d'après les critères suivants:

  • Caractère naturel de la proportion de résineux : dans des forêts où poussent naturellement des feuillus, les résineux ne représentent qu'une faible part du peuplement forestier. Des forêts sont considérées comme étant « d'aspect naturel » lorsqu'elles comprennent, suivant les associations forestières, moins de 10% ou moins de 25% de résineux. Sont considérées comme étant « très peu naturelles » les forêts où la part de résineux dépasse 75%. De tels peuplements sont considérés comme naturels dans les aires où poussent naturellement des forêts de résineux.
  • Diversité des espèces ligneuses : on trouve généralement davantage d'espèces animales et végétales (et davantage d'individus de chaque espèce) dans les forêts mélangées que dans les forêts pures. Les forêts très mélangées ont donc une valeur de biotope plus haute que les forêts pures (même si certaines forêts, comme les forêts d'épicéas subalpines, sont naturellement composées presque exclusivement d'une seule espèce ligneuse).
  • Diversité structurelle : les forêts présentant une grande richesse structurelle (p. ex. les forêts stratifiées comprenant des arbres de classes d'âge différentes) ont une valeur écologique plus élevée que les forêts structurellement pauvres, car la diversité des espèces y est généralement plus grande. Ce dernier critère reçoit le coefficient deux.

Les valeurs de biotope calculées d'après ces critères sont classées en trois catégories : «faible», «moyenne», «élevée».

L’indicateur est fondé sur la valeur de biotope LFI1 afin de pouvoir comparer les résultats des relevés de l’IFN.

Comparaison internationale

-

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 485 64 96

Du lundi au vendredi
9h00–12h00 et 14h00–16h00

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/developpement-durable/monet-2030/indicateurs/qualite-ecologique-foret.html