MONET 2030: Concentrations de particules fines


ODD 3: Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge

Cible suisse 3.9: Les produits chimiques n’ont aucun effet nuisible sur la santé des êtres humains tout au long de leur cycle de vie. Principal facteur de risque environnemental pour la santé, les émissions de particules fines (PM10) et les émissions des gaz précurseurs sont réduites respectivement de près de 50% par rapport à 2005.

Signification de l’indicateur
L'indicateur montre les concentrations annuelles moyennes de particules fines (PM10), dans plusieurs types de station de mesure. L’exposition chronique aux particules fines représente un risque important pour la santé. Une diminution de de ces concentrations est donc positive dans l’optique du développement durable.

Aide à la lecture
Les particules fines en suspension dans l’air sont issues notamment de processus mécaniques et de combustion.  

Comparaison internationale
Les PM10 constituent un indicateur standard de la qualité de l'air au plan international.


Tableaux

Méthodologie

Cet indicateur renseigne sur les concentrations de poussières fines dans cinq types de stations (centre-ville, rue / centre-ville, parc / zone suburbaine / zone rurale / Préalpes-Jura), en microgrammes par mètres cubes (μg/m3).
Les données sont relevées dans le cadre du Réseau national d’observation des polluants atmosphériques (NABEL) de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Ce réseau est constitué de 16 stations représentatives de la Suisse où la pollution atmosphérique est mesurée depuis 1997. Avant cette date, la concentration en poussières fines était calculée à partir des mesures de la teneur totale en poussières en suspension (Total Suspended Particulate, TSP). Ces dernières se composent de fines poussières respirables (70-80%) et de poussières plus grossières.
La valeur limite d'immission de poussières fines respirables (PM10) est entrée en vigueur le 1er mars 1998, avec la révision de l'ordonnance sur la protection de l'air. La valeur annuelle moyenne de PM10 ne doit pas dépasser 20 μg/m3; la valeur journalière moyenne peut dépasser la limite de 50 μg/m3 au plus une fois par année.
 

Définitions

PM10:
Poussières fines d'un diamètre inférieur à 10 micromètres. Elles peuvent provenir de processus industriels ou artisanaux de production ou de combustion et de processus mécaniques (abrasion, remise en suspension de poussières) ou se constituer à partir de précurseurs (dioxyde de soufre, oxyde d'azote, ammoniac, composés organiques volatils). Leur composition est très variable : métaux lourds, sulfate, nitrate, ammonium, carbone organique, hydrocarbures polycycliques aromatiques, dioxines et furanes. Les PM10 sont générées par le trafic motorisé par les chauffages, par l'agriculture et la sylviculture ainsi que par l'industrie, l’artisanat et la construction (anglais: Particulate Matter <10 µm).
 

Cibles

Cible suisse 3.9: Les produits chimiques n’ont aucun effet nuisible sur la santé des êtres humains tout au long de leur cycle de vie. Principal facteur de risque environnemental pour la santé, les émissions de particules fines (PM10) et les émissions des gaz précurseurs sont réduites respectivement de près de 50% par rapport à 2005.

Cible internationale 3.9: D’ici à 2030, réduire nettement le nombre de décès et de maladies dus à des substances chimiques dangereuses et la pollution et à la contamination de l’air, de l’eau et du sol.

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 485 64 96

Du lundi au vendredi
9h00–12h00 et 14h00–16h00

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/developpement-durable/monet-2030/indicateurs/concentrations-particules-fines.html