Indicateur de la législature: Dommages causés par des événements naturels


Extrait de l’objectif 16: Les défis actuels de la politique de sécurité portent sur le délabrement des structures étatiques à l’étranger […] et les dangers naturels. […] Les instruments de la politique de sécurité doivent permettre de réagir en tout temps aux événements, y compris ceux qui ne sont pas prévisibles.

Signification de l’indicateur: Les événements naturels tels que les crues, les laves torrentielles, les glissements de terrain, les chutes de pierres et les éboulements peuvent causer d’importants dommages aux biens, aux personnes et à l’environnement. Pour le bien de l’économie et de la société, il importe donc de réduire les risques et de limiter les dégâts. L’ampleur des dégâts causés par des phénomènes naturels dépend de l’utilisation de l’espace bâti ainsi que de l’intensité et de l’étendue géographique des phénomènes naturels.
Cet indicateur mesure les coûts générés par des événements naturels comme les crues, les laves torrentielles, les glissements de terrain, les chutes de pierres et les éboulements. Ces coûts dépendent entre autres du nombre et de la valeur des bâtiments et des biens sinistrés.

Objectif quantifiable: Dans les lieux où il n’est pas possible d’éviter les dangers naturels, des mesures d’ordre technique, biologique ou organisationnel sont prises, afin de contrer les risques ou de limiter les dégâts.

Commentaire

De 1972 à 2017, les crues, laves torrentielles, glissements de terrain, chutes de pierres et éboulements ont causé des dommages pour un montant d’environ 14 milliards de francs, soit 304 millions de francs par an en moyenne. Durant cette période, les crues et les laves torrentielles ont causé pour 13 milliards de francs de dégâts, contre 1 milliard pour les glissements de terrain, les chutes de pierres et les éboulements (chiffres corrigés de l’inflation). En 2017, ces événements naturels ont provoqué pour 173,6 millions de francs de dommages.

Près de la moitié des dommages enregistrés depuis 1972 sont dus aux cinq plus importantes catastrophes naturelles. Les crues d’août 2005 ont ainsi causé à elles seules quelque 3 milliards de francs de dégâts (record des 45 dernières années).

En 2016, la Confédération a investi environ 226 millions de francs dans la protection contre les dangers naturels. 121 millions de francs ont été consacrés à la protection contre les inondations, 68 millions à l’entretien des forêts de protection, 37 millions à des ouvrages paravalanches et à d’autres mesures. Sans ces investissements, les dégâts liés aux phénomènes naturels seraient plus importants.

La moitié environ de la surface forestière suisse protège contre des dangers naturels. Cela représente une superficie d’environ 585 000 hectares. Ces forêts protègent des zones bâties, des voies de communication et des sites industriels contre des événements tels que glissements de terrain, avalanches, éboulements ou chutes de pierre.

Le dégel des sols d’altitude qui étaient gelés en permanence (pergélisol) diminue leur stabilité, ce qui peut entraîner des chutes de pierres, des éboulements, des glissements de terrain ou des laves torrentielles. Le pergélisol couvre environ 5% du territoire suisse, principalement au-dessus de 2500 mètres d‘altitude. La température du pergélisol augmente depuis quelques années en raison de conditions climatiques relativement chaudes.


Tableaux

Méthodologie

Les dommages liés aux crues, aux laves torrentielles et aux glissements de terrain font l’objet d’un relevé depuis 1972, ceux liés aux éboulements depuis 2002. Les données sont tirées d’une banque de données de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage, qui recense tous les événements d’une certaine ampleur depuis 1972. Les relevés se fondent essentiellement sur les comptes rendus d’environ 3000 journaux et revues suisses et, pour les événements d’une plus grande ampleur, sur les indications des cantons et des établissements d’assurance. Pour pouvoir comparer des événements survenus à plusieurs années d’intervalle, les montants des dégâts sont corrigés de l’inflation au moyen de l’indice national des prix à la consommation calculé par l’Office fédéral de la statistique. L’indicateur est compilé chaque année par l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage.

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/themes-transversaux/monitoring-programme-legislature/indicateurs/dommages-evenements-naturels.html