Indicateur de la législature: Taux d’aide sociale


Extrait de l’objectif 10: Le Conseil fédéral œuvre à consolider la cohésion sociale et à garantir durablement la capacité à vivre ensemble. […] Il faut s’employer notamment à renforcer la famille et à lutter contre la pauvreté sociale et économique dans notre pays.

Signification de l’indicateur: L'aide sociale forme le dernier filet de protection dans le système de la protection sociale de la Suisse. Elle intervient lors d'une situation de pauvreté financière et assure l'existence des personnes dans le besoin grâce à un soutien matériel sous condition de ressources. Par ailleurs, l'aide sociale encourage l'autonomie économique et personnelle et soutient les efforts de réintégration sociale et professionnelle. L'aide sociale contribue activement à empêcher les situations de pauvreté.
Le taux d'aide sociale définit la part des personnes qui touchent au moins une prestation de l'aide sociale dans l'année considérée, par rapport à la population résidante permanente de l'année précédente.

Objectif quantifiable: La pauvreté en Suisse diminue d’ici à fin 2019.

Commentaire

Le taux d'aide sociale est à peu près stable depuis 2005. En 2016, il était de 3,3%, soit 0,1 point de pourcentage de plus qu'en 2005 (3,2%). Environ 273 300 personnes ont été soutenues en 2016 par des prestations d’aide sociale, soit 7600 de plus que l’année précédente. Malgré la croissance de la population résidante, le taux d'aide sociale a augmenté de 0,1 point de pourcentage par rapport à l’année précédente.

Les groupes de population exposés au risque de devoir recourir à l'aide sociale n'ont que peu changé depuis 2005: les enfants, les personnes de nationalité étrangère, les familles monoparentales et les personnes divorcées sont toujours les groupes les plus exposés. La part des étrangers bénéficiaires d’une aide sociale était de 6,3% en 2016. Elle a reculé de 0,3 point par rapport à 2005. Au cours de la même période, le taux d’aide sociale des Suisses a augmenté de 0,1 point pour atteindre 2,3%.

Le niveau de formation joue un rôle important dans le risque de devenir dépendant de l’aide sociale. Les personnes sans formation postobligatoire sont surreprésentées dans l’aide sociale. Leur part parmi les bénéficiaires est près de trois fois plus élevée que dans la population totale. En 2016, elles représentaient plus de la moitié des bénéficiaires (50,3%); 42,8% avaient une formation professionnelle ou un diplôme de maturité, 6,9% un diplôme du degré tertiaire.

Le «taux des ménages soutenus par l’aide sociale» est la part des ménages privés bénéficiant d’une aide sociale, rapportée à l’ensemble des ménages privés. En 2016, 4,2% des ménages touchaient une aide sociale. Le taux était un peu plus élevé chez les personnes vivant seules (5,5%). Il était de 22,1% pour les familles monoparentales.


Tableaux

Méthodologie

L'aide sociale forme le filet de protection inférieur dans le système de la protection sociale. Pour évaluer les besoins, les services sociaux se réfèrent généralement aux directives de la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS).

L'indicateur montre la part des personnes qui touchent au moins une prestation de l'aide sociale dans l'année considérée, par rapport à la population résidante permanente au 31 décembre de l'année précédente. Depuis 2011, le taux d'aide sociale est calculé à partir de la statistique de la population et des ménages (STATPOP). Auparavant, c'est la statistique de l'état annuel de la population (ESPOP) qui servait de base de référence. Les données pour établir le taux d'aide sociale sont relevées et publiées chaque année par l'OFS dans la statistique de l'aide sociale, qui repose sur une enquête exhaustive.

Définitions

Aide sociale
L'aide sociale constitue, dans notre système de protection sociale, une prestation de dernier recours. Elle est accordée en fonction des besoins là où aucune assurance sociale n'alloue de prestations et comprend toutes les prestations d'assistance et de soins élémentaires destinées à assurer la subsistance des personnes nécessiteuses. Elle s'étend en outre aux mesures (en particulier préventives) destinées à combattre la pauvreté, y compris les mesures d'encouragement de l'autonomie économique et personnelle ainsi que les mesures de réinsertion sociale des personnes nécessiteuses. L'aide sociale relève de la compétence des cantons. Seules l'assistance dans le domaine de l'asile et l'aide aux Suisses de l'étranger relèvent de la Confédération. Chaque canton a sa propre législation en matière d'aide sociale, qui régit l'ensemble de l'aide sociale cantonale et communale. Une grande partie de ces législations a été révisée dans les années 80 et 90; d'autres révisions sont en préparation.

Sources

Enquête

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/themes-transversaux/monitoring-programme-legislature/indicateurs/taux-aide-sociale.html