Indicateur de la législature: Impact des embouteillages sur le réseau des routes nationales


Extrait de l’objectif 7: Dans le domaine de l’infrastructure des transports, la demande progresse essentiellement en raison de la croissance démographique et de l’augmentation de la mobilité. Les transports publics et le réseau des routes nationales doivent être modernisés et développés par endroits […]. Par ailleurs, il faut chercher à rendre plus efficace l’utilisation des infrastructures en procédant à une meilleure répartition sur toute la journée.   

Signification de l’indicateur: Le bon fonctionnement et la sécurité des routes nationales relèvent d’une importance économique pour la Suisse. Une sollicitation intensive des infrastructures routières peut engendrer des embouteillages, certains d’entre eux restent toutefois inévitables. Les embouteillages sont causés par les surcharges de trafic, les accidents et les chantiers. Les surcharges de trafic constituent cependant la cause principale.
Cet indicateur donne le nombre d’heures d’embouteillage dues à une surcharge du trafic sur les routes nationales. Les heures d’embouteillages dues aux accidents, aux chantiers et à d’autres causes sont relativement constantes et ne sont, pour cette raison, pas prises en considération.

Objectif quantifiable: Le programme visant à l’élimination des goulets d’étranglement permet d’éliminer les congestions les plus sérieuses sur le réseau des routes nationales, afin qu’à l’avenir les flux de trafic ne soient si possible pas entravés malgré l’augmentation du volume de celui-ci. Parallèlement aux mesures d’extension de nature architecturale, des mesures de gestion du trafic telles que le changement d’affectation des bandes d’arrêt d’urgence sont mises en œuvre. 

Commentaire

Le nombre d’heures d’embouteillage dues à une surcharge de trafic a augmenté dans les années 90, avant de se stabiliser entre 2002 et 2009. Il a de nouveau augmenté à partir de 2010 pour atteindre 22 949 heures en 2017, ce qui représente une augmentation de 8,2% (1738 heures) par rapport à l’année précédente (2015-2016: +6,2%). Durant la même période, les embouteillages causés par des chantiers ou des accidents ont globalement diminué.

89% des heures d’embouteillage enregistrées s’expliquent par des surcharges de trafic, le reste par des chantiers et des accidents. Les surcharges de trafic se forment généralement sur des tronçons assez courts près des grandes agglomérations. L’amélioration des moyens techniques permettant de d’enregistrer les embouteillages sur les routes nationales explique une partie de l’augmentation des heures d’embouteillage observée à partir de 2008. Aucune conclusion définitive ne peut être tirée sur le rôle joué par un renforcement des entraves à la circulation.

Les embouteillages entraînent des pertes de temps qui ont un coût économique. Pour les routes nationales, ce coût estimé a passé de 670 millions de francs en 2010 à 928 millions de francs en 2017.

Le trafic sur les routes nationales augmente d’année en année. En 2017, le volume de trafic sur les routes nationales a atteint 27 680 millions de véhicules-kilomètres, soit, 2,4% de plus que l’année précédente. En 2016, les routes nationales, qui ne représentent qu’environ 2,5% du réseau routier suisse, ont supporté 40,9% du volume de trafic des véhicules à moteur et 70,1% du volume de trafic des véhicules lourds de transport de marchandises.


Tableaux

Méthodologie

Un embouteillage se définit comme suit :

  • lorsque la vitesse des véhicules sur les routes à haut débit ou les routes principales hors des localités est de moins de 10 km/h pendant au moins une minute et que le trafic est souvent immobilisé;
  • lorsque le temps perdu aux carrefours ou aux goulets d’étranglement sur les routes principales à l’intérieur des localités dépasse les cinq minutes.

Un fort ralentissement se définit comme suit:

  • lorsque, à l’extérieur des localités, la vitesse des véhicules est de moins de 30 km/h pendant au moins une minute ou que le trafic est parfois temporairement immobilisé.

Dans le rapport de l’Office fédéral des routes (OFROU), le terme d’embouteillage regroupe ces deux réalités (embouteillage et fort ralentissement) faute de données suffisantes sur le trafic et la vitesse des véhicules qui permettrait de les distinguer. L’ensemble des données relatives aux embouteillages se fonde sur les informations routières de Viasuisse. La qualité des données dépend donc de l’exhaustivité et de l’exactitude de ces informations. Rien ne garantit que tous les embouteillages soient recensés.

Les données relatives aux embouteillages sont publiées chaque année par l’Office fédéral des routes (OFROU) dans le rapport «Trafic et disponibilité des routes nationales».

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/themes-transversaux/monitoring-programme-legislature/indicateurs/embouteillages-routes-nationales.html