Racisme et intégration

Divers acteurs déploient des efforts dans le but d'améliorer le vivre ensemble. Comment la population appréhende-t-elle les politiques suisses en matière de lutte contre le racisme et d'intégration ?

Lutte contre le racisme

58% de la population estime que le racisme est un problème social sérieux. 61% estime que les mesures politiques de lutte contre le racisme sont adaptées, 5% qu’elles sont trop importantes et 31% qu’elles sont insuffisantes.

Intégration

64% de la population évalue favorablement le fonctionnement de l’intégration en Suisse. 61% estime que les mesures politiques d'intégration mises en place répondent aux besoins, 13% qu’elles sont trop importantes et 25% qu’elles sont insuffisantes.

Lutte contre le racisme

Sur l’ensemble des personnes qui ne sont pas satisfaites de la situation en matière de lutte contre le racisme, 29% estiment que des mesures devraient être prises par l’Etat, 22% par chaque individu, 19% par le monde politique et 13% par les écoles.

Intégration

Sur l’ensemble des personnes qui ne sont pas satisfaites de la situation en matière d’intégration, 45% estiment que des mesures devraient être prises par l’Etat. 20% considèrent que c’est de la responsabilité des associations et 14% celle de chaque individu. 6% indiquent que c’est aux étrangers et étrangères de faire des efforts d’intégration.

Classement 2020
  Général Intégration Lutte contre le racisme
Top 5
1 État État État
2 individus associations individus
3 associations individus monde politique
4 monde politique domaine social école
5 école monde politique associations
6 milieux économiques école médias
7 domaine social milieux économiques milieux économiques
8 étrangers, étrangères étrangers, étrangères pouvoir législatif
9 médias pouvoir législatif police
10 pouvoir législatif autres acteurs
églises

Quel que soit le domaine, l’Etat reste l’acteur le plus cité. La responsabilité individuelle arrive en deuxième position. Si les politiciens et politiciennes sont considérés comme des acteurs clés dans le domaine de la lutte contre le racisme, ils le sont moins dans l’intégration où les associations prennent le pas.


Bien que le racisme soit considéré comme un problème social important et que la responsabilité individuelle soit invoquée dans la lutte contre celui-ci, la population se dit-elle prête à s’engager par le biais d’actions concrètes ?

Près de 80% de la population se déclare prête à s’engager contre le racisme, par le biais d’au moins une action concrète telle que la signature d’une pétition, le signalement de propos racistes en ligne ou la participation à une manifestation. Parmi les différentes actions, la signature est la plus plébiscitée.

  • Dans des situations concrètes – profilage racial, acte raciste dans les transports ou au travail – la part de la population qui dit intervenir dans les trois cas pour venir en aide à la victime est de 8%. 
  • Par rapport à la disposition à s’engager (80%), la disposition à intervenir face à un acte raciste (8%) est 10 fois moins répandue.
  • C’est face à un acte raciste dans un bus que la part de la population qui interviendrait est la plus élevée (50%).

Informations supplémentaires

Tableaux

Sources

Contact

Office fédéral de la statistique Section Démographie et migration
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/population/migration-integration/vivre-ensemble-suisse/evaluation-politiques.html