Attitudes envers des groupes cibles

Dans le contexte actuel, on observe une cristallisation des tensions sociales autour des appartenances musulmanes, autour d’autres "minorités visibles" comme les populations noires ou migrantes, mais aussi autour des appartenances juives. Par le biais de la saisie d’opinions ou de stéréotypes, les chiffres ci-dessous renseignent sur les attitudes de la population envers trois groupes cibles : les personnes musulmanes, noires et juives.

Attitudes envers les groupes
  Personnes musulmanes Personnes noires Personnes juives
Refus de hiérarchiser 95% 96% 96%
Refus de hiérarchiser (catégorique)
73% 79% 80%
Refus de faire des stéréotypes 5% 18% 16%
Accord avec les stéréotypes 20% 11% 22%
Hostilité ou opinions négatives
12% 11% 8%
Défiance envers la religion 26% * *

Refus de hiérarchiser

Cet indicateur cherche à établir si les groupes sont perçus ou non de façon égale par la population vivant en Suisse.  

Refus 

Dans la plupart des cas, la population perçoit les personnes musulmanes, noires et les juives de manière positive. La part de la population en accord avec l’affirmation selon laquelle les groupes sont comme les autres s’élève à 95% concernant les personnes musulmanes, 96% concernant les personnes juives et 96% concernant les personnes noires.

Refus catégorique

La part de la population tout à fait d’accord (catégorique) avec cette affirmation s’élève respectivement à 73% pour les premiers, 79% pour les deuxièmes et 80% pour les troisièmes, indiquant une perception a priori moins favorable des personnes musulmanes, par rapport aux autres groupes.

Stéréotypes : entre accord et refus

Le graphique ci-dessous présente deux types de réactions possibles, suite à la présentation de stéréotypes envers les groupes cibles : l’accord systématique avec des caractéristiques négatives et le refus de faire des stéréotypes.

Accord

La part des sous-populations estimant que les stéréotypes négatifs s’appliquent fortement s’élève à 22% dans le cas des personnes juives et 20% dans le cas des personnes musulmanes. Elle diminue à 11% dans le cas des personnes noires. Ces chiffres indiquent des perceptions a priori plus favorables des personnes noires, par rapport aux autres groupes.

Refus

Concernant les appartenances musulmanes, l’accord important avec les stéréotypes négatifs (20%) va de pair avec un taux de rejet faible (5%). Face aux personnes juives et noires, la part de la population refusant de faire des stéréotypes est plus élevée (respectivement 16% et 18%) en comparaison au premier groupe. Uniquement chez les personnes noires, le rejet est plus élevé que l’accord (11% d’accord, 18% de rejet).

Hostilité

L’hostilité envers différents groupes est mesurée à l’aide d’indices qui se construisent sur la base d’un regroupement de plusieurs affirmations négatives. Les chiffres reflètent des phénomènes tels que le racisme ou l’antisémitisme.

Hostilité

En 2020, la part de la population hostile aux personnes musulmanes – c’est-à-dire portant des jugements négatifs – s’élève à 12%. 

Défiance

La part de la population montrant de la désapprobation par rapport à l’Islam est de 26%. La défiance envers la religion est deux fois plus élevée que l’hostilité envers le groupe, mesurée sans référence explicite à la religion ou à des pratiques religieuses. En comparaison aux autres années, la valeur de cet indice a diminué.

En 2020, la part de la population hostile aux personnes noires s’élève à 11%. Ce taux est identique à ceux enregistrés en 2018 et en 2016, indiquant de la stabilité dans la tendance.

En 2020, la part de la population hostile aux personnes juives s’élève à 8%, soit un point de pourcentage de moins par rapport à 2018.

Ces indices correspondent à un regroupement de plusieurs affirmations sur les groupes. Cette démarche permet de saisir les opinions non pas sur la base d'une seule réponse, mais d'un groupe de réponses. Une opinion n'est qualifiée d’hostile, raciste ou antisémite que si l’on mesure cette tendance sur la base de l’ensemble des affirmations présentées.

Informations supplémentaires

Tableaux

Sources

Source : Enquête sur le vivre ensemble en Suisse (VeS)
Année : 2020

Univers : Population résidante permanente âgée de 15 à 88 ans
Effectifs non pondérés : n (total) = 3258

Pour des informations sur les données du pilote réalisé par gfs.bern, voir l'onglet "Liens".

Contact

Office fédéral de la statistique Section Démographie et migration
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/population/migration-integration/vivre-ensemble-suisse/attitudes-groupes-cibles.html