Indicateur de la législature: Surfaces de terres assolées et de cultures pérennes


Extrait de l’objectif 16: La croissance ininterrompue de la popula-tion et la consommation croissante d’espace par habitant ont entraîné en Suisse une forte augmentation de la de-mande en infrastructure urbaine et routière. Il en résulte une exploitation intensive du sol et des ressources naturelles telles que l’eau, l’air ou la forêt ainsi que des matières premières tant renouvelables que non re-nouvelables. Il s’agit donc à cet égard de parvenir à une utilisation plus responsable. De même, il importe d’assurer le dévelop-pement durable des secteurs énergétique et agroalimentaire. Eu égard à la quantité limi-tée des sols disponibles, il s’agit de densi-fier les zones urbaines actuelles et de pré-server des terres cultivables à l’extérieur de celles-ci.

Signification de l’indicateur: Le sol est une ressource indispensable à la vie des hommes, des animaux et des plantes. Cette ressource est limitée et non renouvelable. Une gestion durable du sol est particulièrement nécessaire dans un petit pays comme la Suisse, où la surface utilisable est restreinte du fait de la topographie. Cela vaut en particulier pour les surfaces agricoles, qui sont indispensables à la sécurité de l’approvisionnement de la population en biens alimentaires.
Cet indicateur donne la surface en milliers d'hectares des terres assolées et des cultures pérennes, c’est-à-dire des terres consacrées notamment à la culture des céréales, des légumes, des fruits et du raisin.

Objectif quantifiableLes surfaces de terres assolées et de cultures pérennes se stabilisent au niveau moyen enregistré entre 2011 et 2015 (425 078 ha*).

* valeur corrigée

Commentaire

Les surfaces de terres assolées et de cultures pérennes ont passé de 443 674 hectares en 1996 à 422 844 hectares en 2019, soit un recul de 4,7%. Les terres assolées ont reculé d’environ 5,1% durant la même période. En 2019, ces dernières couvraient 398 794 hectares, dont 68% étaient des terres ouvertes et 32% des prairies artificielles. Plus de la moitié des terres ouvertes étaient consacrées à la culture de céréales (141 445 hectares), principalement du blé.

Les cultures pérennes, telles que les vignes et les vergers, couvraient en 2019 une surface de 24 049 hectares. La surface des cultures pérennes a augmenté d’environ 3% par rapport à 1996. En 2019, 56% de ces surfaces étaient des vignes, 29% des plantations fruitières et 15% d’autres cultures pérennes comme les sapins de Noël, les pépinières et les plantes ornementales.

Les terres assolées et les cultures pérennes représentaient en 2019 40,5% de la surface agricole utile totale, qui était d’environ 1,04 million d’hectares. Celle-ci s’est rétrécie depuis 1996 de 3,6%.

Le recul des surfaces agricoles est essentiellement une conséquence de l’extension des surfaces d’habitat et d’infrastructure. De 1985 à 2009, deux tiers des surfaces agricoles disparues (selon la statistique de la superficie) ont été transformés en surfaces d’habitat et d’infrastructure. Cette évolution est particulièrement marquée sur le Plateau, mais elle s’observe aussi sur le versant nord des Alpes et dans les Alpes centrales occidentales (Valais), où le recul des surfaces agricoles est lié essentiellement à la croissance des surfaces d’habitat et d’infrastructures. C’est uniquement dans les Alpes centrales orientales et sur le versant sud des Alpes que les surfaces agricoles ont cédé la place principalement à des surfaces boisées.


Tableaux

Méthodologie

La surface des terres assolées et des cultures pérennes est donnée en milliers d'hectares.

Par terres assolées, on entend les terres soumises à la rotation culturale (assolement). Elles se composent des terres ouvertes et des prairies artificielles. Par terres ouvertes, on entend les surfaces affectées à des cultures annuelles des champs, à la culture de légumes et de baies annuels ou à celle de plantes aromatiques et médicinales annuelles. Les jachères florales et les jachères tournantes appartiennent également aux terres ouvertes. Les prairies artificielles, sont des prairies ensemencées qui sont exploitées pendant un cycle de végétation au moins dans le cadre de l'assolement.

Les cultures pérennes sont des cultures qui s’étendent sur plusieurs périodes de végétation. En font partie les vignes, les cultures fruitières, les cultures pluriannuelles de baies et de légumes, le houblon, les cultures pluriannuelles de plantes aromatiques et médicinales, les cultures horticoles de plein champ telles que les pépinières horticoles ou forestières, les châtaigneraies et les noiseraies entretenues ainsi que les cultures pluriannuelles de sapins de Noël et de roseaux de Chine.

Les terres assolées et les cultures pérennes sont recensées dans le cadre du relevé des structures agricoles, qui est réalisé chaque année par l’Office fédéral de la statistique (OFS) en collaboration avec l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) et les offices cantonaux de l’agriculture.

Définitions

Sources

Enquête

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/themes-transversaux/monitoring-programme-legislature/tous-les-indicateurs/ligne-directrice-3-securite/terres-assolees-cultures-perennes.html