Bien-être subjectif et conditions de vie

Précarité multiple

Le cumul d’indices de précarité met en évidence des écarts importants selon le type de ménage dans lequel les personnes vivent. Les ménages monoparentaux sont particulièrement défavorisés, tant en termes de situation financière, de conditions de logement précaires, de privations matérielles, que d’insatisfaction par rapport à leurs relations personnelles ou à leur vie actuelle.

En 2017 en Suisse, 20,8% de la population n’était pas en mesure de faire face à une dépense imprévue de 2500 francs dans un délai d’un mois. Les personnes vivant dans des ménages monoparentaux sont de loin les plus touchés (47,8%). Ce type de difficulté financière concerne 25,4% des personnes seules de moins de 65 ans et 22,8% des personnes vivant en couple avec enfants. Seulement 12,2% des personnes de moins de 65 ans vivant en couple sans enfant sont touchées.

Sur une autre dimension de précarité financière, on relève que plus d'un quart (27,1%) des ménages monoparentaux déclare avoir des difficultés à joindre les deux bouts. C’est le cas de 12,8% des personnes seules de moins de 65 ans et 14,1% des ménages vivant en couple avec enfants. Seulement 5,7% des personnes en couple sans enfants déclare avoir ce type de difficultés. Au total, 12,0% de la population en Suisse vit dans un ménage qui déclare avoir des difficultés à joindre les deux bouts.

En plus d’une situation financière particulièrement difficile, les personnes vivant dans un ménage monoparental citent plus fréquemment des problèmes en lien avec leur logement, comme trop d’humidité ou trop de bruit de la rue ou des voisins. Les personnes seules de moins de 65 ans rejoignent les ménages monoparentaux sur les problèmes de bruit du voisinage ou de la rue. Un cinquième d’entre eux se plaignent de problèmes de bruit contre près d'un sixième des personnes vivant en couple avec ou sans enfant.

Par ailleurs, le fait de ne pas pouvoir partir au moins une semaine en vacances par année en dehors de son domicile touche deux fois plus les personnes vivant dans un ménage monoparental (23,5%) que les personnes seules (10,5%) et les couples avec enfants (8,9%). Seuls 4,3% des couples de moins de 65 ans sont touchés.

Sur le plan du bien-être subjectif, les personnes de 16 ans et plus vivant dans des ménages monoparentaux sont nettement moins satisfaites de leur vie actuelle ou de leurs relations personnelles que les couples avec enfants.

Même si la situation financière des personnes de moins de 65 ans vivant seules est moins difficile que celle des ménages monoparentaux, les deux se rejoignent en termes d’insatisfaction par rapport à leurs relations personnelles et à leur vie actuelle. Un cinquième d’entre elles ne sont pas ou que moyennement satisfaites de leur relations personnelles (score de 0 à 7 sur 10) et près de la moitié de leur vie actuelle (45,7%). En termes de bien-être subjectif, le fait de vivre avec un partenaire, avec ou sans enfant, semble prépondérant.

La Suisse en comparaison européenne

En Suisse, près de deux personnes sur cinq se disent très satisfaites de leur vie actuelle contre une personne sur cinq dans l’Union européenne

En 2013, si l’on compare notre pays avec ses voisins immédiats, la Suisse et l’Autriche présentaient les proportions les plus élevées de personnes très satisfaites (38,5% et 37,9%; Allemagne: 25,0%, France: 16,2%, Italie: 14,4%). À l’autre bout de l’échelle, l’Italie présentait, avec presque 23%, la plus forte proportion de personnes peu satisfaites (France: 19,3%, Allemagne: 19,2%, Autriche: 12,9%, Suisse: 8,0%).

En Suisse, près de trois personnes sur cinq se disent très satisfaites de leurs relations personnelles contre près de deux personnes sur cinq dans l'Union européenne

Si l’on compare la Suisse avec ses voisins immédiats, la part de la population en 2013 très satisfaite de ses relations personnelles était plus élevée en Autriche (59,2%) et en Suisse (57,6%) qu’en Allemagne (45,0%), en France (34,2%) et en Italie (22,1%). L’Allemagne était, parmi ces cinq pays, celui où l’on trouve la plus forte proportion de personnes peu satisfaites (15,0% ; Suisse: 3,0%).

En Suisse, le degré moyen de confiance dans les institutions est de 7 sur 10 contre 4,7 dans l'Union européenne

En 2013, la Suisse faisait partie des pays où la confiance dans les institutions (politique, police et justice) était relativement élevée (Finlande et Danemark: 7,1, Suisse: 7,0, Suède: 6,5). Notre pays se démarquait nettement face à ses voisins (Allemagne: 5,5, France: 4,4 et Italie: 3,8).

Description Pourcentage Année
Pourcentage de personnes de 16 ans et plus très satisfaites à leur vie actuelle (9 ou 10 sur une échelle de 0 à 10) Suisse: 38,5%
UE: 21,7%
Autriche: 37,9%
Allemagne: 25,0%
France: 16,1%
Italie: 14,2%
SILC 2013
Pourcentage de personnes de 16 ans et plus très satisfaites de leurs relations personnelles (9 ou 10 sur une échelle de 0 à 10) Suisse: 57,6%
UE: 39,2%
Autriche: 59,2%
Allemagne: 45,0%
France: 34,0%
Italie: 22,5%
SILC 2013
Degré moyen de confiance dans les institutions telles que la justice et la police (notation de 0 [aucune confiance] à 10 [pleine et entière confiance]) Suisse: 7,0
UE: 4,7
Autriche: 5,9
Allemagne: 5,5
France: 4,4
Italie: 3,8
SILC 2013

Informations supplémentaires

Tableaux

Graphiques

Cartes

Publications

Communiqués de presse

Liens

Bases statistiques et enquêtes

Sur ce thème

Bien-être subjectif en Suisse et en Europe

Evaluation subjective de la qualité de vie en Suisse et en Europe selon différents tels que la vie actuelle ou la durée du temps libre

Evaluation subjective de la situation financière

Evaluation subjective de la situation financière du ménage en Suisse et en Europe

Contact

Office fédéral de la statistique Section Analyses sociales
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/situation-economique-sociale-population/bien-etre-pauvrete/bien-etre-subjectif-et-conditions-de-vie.html