Femmes et science

Cet indicateur présente la situation des femmes dans la science et la recherche en Suisse. Il montre les écarts entre la participation des femmes et des hommes dans toutes les étapes de la carrière scientifique. Il met en évidence les différences d’orientation entre les sexes en ce qui concerne les domaines de recherche, les secteurs d’activité, les fonctions, Il permet de suivre les progrès vers l’égalité et de comparer certains résultats avec la situation dans les autres pays de l’OCDE.

Cet indicateur est présenté dans les dimensions suivantes:

Tableaux

Méthodologie

Personnel de R-D
Les données sur le personnel de R-D sont issues de relevés menés à l'OFS. La majorité des graphiques de ce groupe d'indicateurs repose sur des données exprimées en équivalents plein-temps (EPT). Seules les données par sexe et par nationalité sont relevées en nombre de personnes physiques.
Les pays membres de l'OCDE utilisent deux démarches à l'égard de la classification du personnel de R-D, l'une fondée sur la fonction (chercheurs, techniciens et autre personnel de soutien) et l'autre, sur le niveau de formation. Cette situation pose des problèmes de comparabilité internationale. La Suisse relève les deux aspects du personnel de R-D : la fonction et le niveau de formation.
Les Etats-Unis ne sont pas intégrés dans la comparaison du personnel total de R-D car ils ne fournissent pas ces données à l'OCDE. Seules les données sur les chercheurs sont recueillies.
Certaines données présentées dans les grands tableaux provenant de la base de données PIST de l'OCDE présentent des particularités nationales qui peuvent différer des normes de l'OCDE dans le détail.

Secteur d'activité
Les définitions des secteurs d'activité en Suisse sont comparables aux recommandations du «Manuel de Frascati».
Secteur des entreprises privées (Manuel de Frascati, OCDE, 2015, §3.51);
Secteur de l'Etat (Confédération) (Manuel de Frascati, OCDE, 2015, §3.60);
Secteur de l'enseignement supérieur (hautes écoles) (Manuel de Frascati, OCDE, 2015, §3.67);
Secteur privé sans but lucratif (Manuel de Frascati, 2015, §3.75);
Secteur « Reste du monde » (Manuel de Frascati, OCDE, 2015, §3.87).

Définition du personnel de R D : les fonctions
Le personnel de R D est composé de toutes les personnes directement affectées à la R D, de même que les personnes qui fournissent des services directement liés aux travaux de R D comme les cadres, les administrateurs et le personnel de bureau. Ce personnel est regroupé en trois catégories appelées fonctions :

Les chercheurs/ chercheuses, qui sont les spécialistes travaillant à la conception ou à la création de connaissances, de produits, de procédés, de méthodes et de systèmes nouveaux et à la gestion des projets concernés.
Les techniciens/techniciennes, qui participent à la R D en exécutant des tâches scientifiques et techniques.
Le personnel de soutien, qui comprend les travailleurs qualifiés ou non, ainsi que le personnel de secrétariat et de bureau participant à l’exécution des projets de R D.

Degré de formation
Définit la formation achevée la plus élevée, selon la classification internationale type de l'éducation (CITE), 2011 :
Pour les statistiques de R-D, on distingue principalement entre les formations de degré tertiaire et les autres :

·  Degré tertiaire Doctorat ou équivalent : (CITE 8)
·  Degré tertiaire Master ou équivalent (CITE 7)
·  Degré tertiaire Bachelor ou équivalent (CITE 6)
·  Autres degré tertiaire : Enseignement supérieur de cycle court (CITE 5)
·  Autres degrés : primaires et secondaires (CITE 1 à 4)

Equivalent plein-temps (EPT)
Un équivalent plein-temps (EPT) peut être assimilé à une année de travail d'une personne travaillant à un taux d'activité de 100% et occupée à plein-temps dans la R-D (l'occupation à temps partiel est convertie en EPT ; ainsi, une personne occupée à 50% pendant une année représente 0,5 EPT).

Le secteur de la Confédération
Couverture
En 2019
, le secteur de la Confédération comprend tous les services généraux de l'Administration fédérale, c'est-à-dire, la Chancellerie fédérale et les sept départements fédéraux, ainsi que les stations fédérales de recherches agronomiques. Le secteur de la Confédération englobe également trois établissements fédéraux juridiquement autonomes (établissements autonomes) : l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), le Musée national suisse (MNS) et l’Institut fédéral de métrologie (METAS).

Ne font plus partie du secteur de la Confédération: La Banque nationale suisse (BNS), les chemins de fer fédéraux (CFF), le secteur des télécommunications des PTT et les entreprises d’armement (rattachées à l’entreprise privée RUAG Suisse AG). L’évolution de la couverture du secteur de la Confédération est décrite en détail dans la méthodologie de l’indicateur « Dépenses de R-D de la Confédération ».

Le secteur des hautes écoles
Couverture
Le secteur des hautes écoles comprend quatre groupes d’institutions : les hautes écoles universitaires HEU (universités cantonales et écoles polytechniques fédérales, EPF), les hautes écoles spécialisées HES, les hautes écoles pédagogiques HEP et les établissements de recherche du domaine des EPF ER-EPF.

Institutions du secteur des hautes écoles

1. Hautes écoles universitaires (HEU)
Les onze universités cantonales
1.   BS Uni Bâle
2.   BE Uni Berne
3.   FR Uni Fribourg
4.   GE Uni Genève
5.   LS Uni Lausanne
6.   LU Uni Lucerne
7.   NE Uni Neuchâtel
8.   SG Uni St-Gall
9.   UZH Uni Zurich
10.  USI Uni de la Suisse italienne (depuis 1996/97)
11.  IHEID: Institut des hautes études internationales et du développement (séparé de l'Université de Genève depuis 2017)

Les deux Ecoles polytechniques fédérales (EPF)
1.   EPFL Ecole polytechnique fédérale de Lausanne
2.   ETHZ Eidgenössische Technische Hochschule Zürich

Autres institutions universitaires (autres IU)
1.   FS-CH Universitäre Fernstudien Schweiz, Brig
2.   IUKB Universitäres Institut Kurt Bösch, Sion

2. Hautes écoles spécialisées (HES)
1.   BFH Berner Fachhochschule
2.   HES-SO Haute école spécialisée de la Suisse occidentale
3.   FHNW Fachhochschule Nordwestschweiz
4.   FHO Fachhochschule Ostschweiz
5.   FHZ Fachhochschule Zentralschweiz
6.   SUPSI Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana
7.   ZFH Zürcher Fachhochschule

3. Hautes écoles pédagogiques (HEP)
1.    HETS-GE   Haute école de travail social Genève
2.    HfH   Interkantonale Hochschule für Heilpädagogik Zürich
3.    HEP-BEJUNE   Haute école pédagogique BEJUNE
4.    HEP Vaud   Haute école pédagogique du canton de Vaud
5.    HEP VS   Haute école pédagogique du Valais
6.    HEP FR    Haute école pédagogique Fribourg
7.    PHBern   Pädagogische Hochschule Bern
8.    PHLU   Pädagogische Hochschule Luzern
9.    PHSZ   Pädagogische Hochschule Schwyz
10.   PHZG     Pädagogische Hochschule Zug
11.   PHTG     Pädagogische Hochschule Thurgau
12.   PHSH     Pädagogische Hochschule Schaffhausen
13.   PHGR     Pädagogische Hochschule Graubünden
14.   PHSG     Pädagogische Hochschule des Kantons St.-Gallen
15.   PH FHNW   Pädagogische Hochschule der Fachhochschule Nordwestschweiz
16.   PH Zürich   Pädagogische Hochschule Zürich
17.   SUPSI-DFA   Dipartimento formazione e apprendimento già Alta Scuola Pedagogica

4. Etablissements de recherche du domaine des EPF (ER-EPF)
1.   Institut Paul Scherrer (IPS);
2.   Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (FNP);
3.   Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (LFEM);
4.   Institut fédéral pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux (IFAEPE).

Collecte de données (secteur des hautes écoles)

1. Statistiques sur le personnel de R-D des hautes écoles
Les statistiques sur le personnel des hautes écoles se basent sur la répartition du temps de travail rémunéré du personnel académique entre les différentes tâches qui lui sont confiées (enseignement, recherche, prestations de services, administration). La part de chacune de ces tâches s'exprime en % d'un plein temps (même si la personne est engagée à un taux inférieur) ; le total correspond au taux d'activité de la personne ; un total de 100% correspond à une activité à plein temps.

Le personnel de R-D des hautes écoles est formé des personnes qui indiquent un % de R-D dans la répartition de leurs activités.

2. Statistiques sur le personnel de R-D des établissements de recherche du domaine des EPF
Les données sur le personnel de R-D des établissements de recherche du domaine des EPF sont collectées via un questionnaire inséré dans le « système d’information sur les projets de recherche de l'administration fédérale » ARAMIS.

Périodicité (secteur des hautes écoles)
1. Les données sur les taux d'activité du personnel des HEU, HES et HEP (personnel de R-D) sont disponibles annuellement.
2. Les données sur le personnel de R-D des établissements de recherche du domaine des EPF sont relevées bisanuellement.

Période de référence
1. Relevé du personnel de R-D des hautes écoles
Depuis 2013 
HEU, HES et HEP
Les statistiques mesurées en « Personnes physiques » sont relevées au 31.12.
Les statistiques mesurées en EPT sont relevées sur l’année civile.

Avant 2013
HEU

Les statistiques mesurées en « Personnes physiques » et en EPT sont relevées au 31.12.
Rupture de série en 2013

HES/HEP
Les statistiques mesurées en « Personnes physiques » et en EPT sont relevées sur l’année civile.
Rupture de série en 2013

2. Relevé du personnel de R-D des établissements de recherche du domaine des EPF
Les statistiques mesurées en « Personnes physiques » et en EPT sont relevées sur l'année civile.

Grades (« Ancienneté » chez les chercheurs de l’enseignement supérieur)
La ventilation des chercheurs par grade (ou ancienneté) est un indicateur calculé pour la première fois, pour la publication de la Commission européenne (CE), (Direction générale pour la recherche et l’innovation) « She Figures 2006 ». Depuis, cette ventilation est reprise dans toutes les publications « She Figures » et fait partie depuis 2016, de la collecte officielle des statistiques R-D d’Eurostat et de l’OCDE.

Les statistiques sur l'ancienneté du personnel académique sont collectées au niveau national à travers les enquêtes sur l'enseignement supérieur, sur la R-D ou directement auprès des établissements d'enseignement supérieur dans le cadre de leurs propres systèmes de suivi et de leurs dossiers administratifs. Il est important de noter que ces données ne sont pas toujours complètement comparables entre les pays car les statistiques d'ancienneté ne font pas encore partie d'une classification internationale formelle.

La population cible est définie comme chercheurs dans le personnel académique des établissements d'enseignement supérieur.

Catégories de personnel des hautes écoles (Catégories SIUS)
Personnel académique
 : Catégories 51 – 56
Personnel administratif et technique : Catégories 57 -59

Définition des grades (en combinaison avec la prestation de recherche) 

 

Définition (CE)

Définition en Suisse (dès 2013)
Catégories SIUS pour le personnel des hautes écoles

Grade A

Postes les plus élevés dans lesquels la recherche est normalement menée.

Cat. 51 + Cat. 56 (professeurs + personnel de direction)

Grade B

Grade B: Postes occupés par des chercheurs moins expérimentés qu’en (A), mais plus expérimentés que les titulaires d'un doctorat nouvellement qualifiés (CITE 8).

Cat.52 (autres enseignants)

 

Grade C

Grade C: Postes dans lesquels des diplômés de doctorat nouvellement qualifiés sont normalement recrutés.

Cat. 53 (collaborateurs scientifiques)

Pour les HES et HEP un doctorat n’est pas obligatoire mais on peut distinguer les diplômés de doctorat des autres recrutés par la variable « niveau de formation le plus élevé ».

Grade D

Grade D : Postes dans lesquels des étudiants de troisième cycle ne détenant pas encore de doctorat sont recrutés comme chercheurs, et postes ne nécessitant pas de doctorat mais dans lesquels sont recrutés des chercheurs.

Cat. 54 (assistants et doctorants)

 

Avant 2013 (2006-2012) :
-       Grade A : cat. 51 (professeurs)
-       Grade B : cat. 52 (autres enseignants)
-       Grade C : cat. 53+54 (assistants et collaborateurs scientifiques)

La séparation de la catégorie 56 et son agrégation au grade A n’est possible que depuis 2013. Avant 2013 la catégorie 56 (personnel de direction) est incluse dans le personnel administratif-technique.
La séparation des catégories 53 et 54 (collaborateurs scientifiques et les doctorants) n’est possible que depuis 2013.
La catégorie 55 a été exclue.

Remarque concernant les tableaux, explication des signes
1. Les signes suivants ont été utilisés :
Les 2 points (..) remplacent un nombre lorsque celui-ci n'est pas disponible (pas (encore) relevé ou pas (encore) calculé).

Lorsque les tableaux contiennent des chiffres arrondis on utilise la distinction suivante : 
Un tiret (-) mis à la place d'un nombre signifie que la donnée correspondante n'existe pas (donnée absolument nulle).
Un zéro (0) indique une valeur supérieure à 0 mais qui, lorsqu’elle est arrondie, égale 0.

2. En général, on a arrondi à la valeur supérieure ou à la valeur inférieure sans tenir compte de la somme totale. Par conséquent, il se peut que les totaux s'écartent très légèrement de la somme des différentes valeurs les constituant.

Fonds National Suisse pour la recherche scientifique (FNS)
Sur mandat de la Confédération, le FNS encourage la recherche dans toutes les disciplines scientifiques, de l'histoire à la médecine en passant par les sciences de l'ingénieur. Le FNS est la principale institution d’encouragement de la recherche scientifique et de la relève scientifique en Suisse.
Les chiffres sont tirés des données fournies par le FNS pour la publication She Figures. Ces données comprennent seulement les instruments d’encouragement du FNS qui sont comparables sur une période longue. Il s’agit de l’encouragement de projets, des principaux instruments de carrières, des bourses pour des projets à l’étranger ainsi que le programme Sinergia.  

« She Figures »
Une partie des données en comparaison internationale sont tirées de la publication She Figures.

Outre les dimensions utilisées dans cet indicateur, le rapport « She Figures » de la Commission européenne présente également des statistiques sur les ressources humaines en science et technologies, sur les conditions de travail des femmes dans la science et des indicateurs sur l’output de la recherche et de l’innovation (articles scientifiques et brevets) par sexe.
Cette publication européenne paraît tous les 3 ans depuis 2003. C’est la principale source de statistiques comparables entre pays sur l’état de la parité hommes/femmes dans la recherche en Europe. Le rapport présente les dernières données disponibles pour les 28 pays de l’Union européenne, ainsi que la Bosnie-Herzégovine, l’Islande, Israël, la Norvège, la Suisse et la Turquie.

Publications

Définitions

Liens

Sources

Contact

Office fédéral de la statistique Section Structure et analyses économiques
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 463 62 99

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/education-science/technologie/systeme-indicateurs/acces-indicateurs/input-s-t/femmes-et-science.html