Espérance de vie

Actuellement, l'espérance de vie à la naissance en Suisse est l'une des plus hautes dans le monde. C'est une conséquence d’une forte augmentation au cours du 20e siècle. Néanmoins, on dénote un ralentissement progressif dans cette évolution.

Espérance de vie en Suisse

L'espérance de vie à la naissance représente la durée de vie moyenne d'une génération fictive qui serait soumise, à chaque âge, aux conditions de mortalité de l'année considérée. Quant à l'espérance de vie à l'âge x, elle représente le nombre moyen d'années restant à vivre au-delà de l’âge x dans les conditions de mortalité par âge de l'année considérée.

La durée moyenne de vie est un indicateur longitudinal calculé pour une génération entière. Elle représente l'âge moyen auquel tous les individus d'une génération, c'est-à-dire nés la même année, décèderont. Elle n'est pas identique à l'espérance de vie.

Espérance de vie
  1981 1991 2001 2011 2016
A la naissance  
Hommes 72.4 74.1 77.4 80.3 81.5
Femmes 79.2 81.2 83.1 84.7 85.3
A 30 ans  
Hommes 44.5 46.1 48.7 51.1 52.2
Femmes 50.4 52.2 53.8 55.3 55.8
A 50 ans  
Hommes 26.0 27.7 29.9 32.3 32.9
Femmes 31.3 33.1 34.5 35.9 36.3
A 65 ans  
Hommes 14.3 15.6 17.3 19.2 19.8
Femmes 18.2 19.8 21.1 22.2 22.6
A 80 ans  
Hommes 6.2 6.8 7.6 8.4 8.8
Femmes 7.6 8.7 9.4 10.1 10.4
Sources: OFS, Scénario

Tables de mortalité pluriannuels pour la Suisse

Les tables de mortalité ou tables de survie sont surtout utilisées en démographie afin d'étudier les probabilités de décès ou de
survie et l'espérance de vie selon l'âge et le sexe. Il existe deux types de tables de mortalité : la table de mortalité du moment et la table de mortalité par génération.   

Dans un petit pays comme la Suisse, le nombre de décès enregistrés à chaque âge ainsi que les effectifs des résidents aux différents âges sont trop faibles pour permettre, à partir d’une seule année d’observation, de calculer des valeurs permettant de faire des analyses actuarielles, épidémiologiques ou démographiques précises. Des tables de mortalité établies à partir d’observations s’étendant sur six années permettent en revanche d’obtenir des valeurs statistiquement fiables pour étudier de manière détaillée la mortalité en Suisse.

La probabilité de décès des hommes et des femmes augmente avec l'âge. C'est un indicateur qui indique la probabilité, pour les personnes survivantes à un âge, de décéder avant l'âge suivant.

Table de mortalité par génération 1900 - 2030

Le table de mortalité par génération décrit la probabilité de survie dans une génération, donc le nombre de décès dans une génération et son espérance de vie fictive.

Une étude de Jacques Menthonnex, réalisée en collaboration avec l'Office fédéral de la statistique, analyse la mortalité au sein des générations 1900 à 2030, à partir de deux sources: les données d’observation des années 1900 à 2030 et un modèle mathématique de mortalité conçu pour la Suisse jusqu’en 2030. Avec une augmentation de la durée de vie moyenne d’environ un an tous les trois ans, la mortalité a reculé de façon considérable au cours du siècle dernier. Les femmes restent incontestablement les détentrices des records de longévité. Mais cet avantage féminin d’environ 3 années pour la génération 2013 tend à se réduire au fil des générations. Ainsi les hommes rattrapent peu à peu leur retard, si bien que leur gain d’années de vie est devenu supérieur à celui des femmes depuis déjà plus de quarante ans. 

Des progrès en matière de survie différents selon l'âge et le sexe

Au fil de la centaine de générations étudiées, plus on est jeune, plus les progrès en matière de survie sont importants et les enfants entre 1 et 4 ans en tirent les plus gros bénéfices. L’évolution au fil des générations des mortalités des hommes et des femmes est parallèle jusqu’à leur 15e anniversaire. Puis de 15 à 44 ans les femmes prennent l’avantage avec un recul de leur mortalité qui survient à la fois plus tôt et plus rapidement. Mais à partir de leur 45e année, les hommes rattrapent leur retard en matière de survie, en réduisant l’écart entre les probabilités de décéder après 45 ans des hommes et des femmes.

De plus en plus de centenaires ?

L’analyse de la mortalité par génération permet de constater que, pour la génération née en 1900, seules quelques personnes ont atteint le XXIe siècle (0,2% chez les hommes et 0,8% chez les femmes). Pour la génération 1950, les proportions de centenaires attendues sont de 5,3% et de 9,5%. Quant à la génération 2013, qui atteindra 100 ans au début du XXIIe siècle, les tables calculées indiquent 17,6% et 23,9%.  Cependant, sans découverte fondamentale dans le domaine de la médecine, rares seront ceux qui dépasseront 110 ans. Selon nos tables, parmi les enfants nés en 2013, seuls 1,0% des hommes et 1,4% des femmes deviendront des supercentenaires en dépassant 110 ans. Ces proportions ne doivent être considérées que comme des évaluations; il ne faut en effet pas perdre de vue que la probabilité que ces tables reflètent fidèlement la réalité est d’autant plus faible que l’horizon s’éloigne.

Informations supplémentaires

Tableaux

Graphiques

Données

Cartes

Communiqués de presse

Contact

Office fédéral de la statistique Section Démographie et migration
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/population/naissances-deces/esperance-vie.html