Communiqué de presse

Revenus et conditions de vie 2017 (SILC): Endettement Près d'une personne sur cinq vit dans un ménage ayant au moins un arriéré de paiement

18.02.2020 - En 2017, les arriérés de paiement constituaient le type de dette le plus fréquent en Suisse: 18,9% de la population vivaient dans un ménage avec au moins un arriéré de paiement au cours des 12 mois précédents. Ce sont les impôts et les primes de l’assurance-maladie qui étaient les plus souvent en souffrance. Sur l’ensemble de la population, 8% des personnes vivaient dans un ménage avec au moins trois types de dettes différents. Ce sont là quelques-uns des résultats de l’enquête sur les revenus et les conditions de vie (SILC) réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Outre les arriérés de paiement, l’enquête couvre les types de dettes suivants: les leasings pour véhicule, les petits crédits ou crédits à la consommation, les achats par acomptes, les dettes auprès de la famille ou d’amis, les hypothèques sur résidence secondaire, les comptes à découvert ou impayés sur carte de crédit. Ces différents types de dettes confondus, 42,5% de la population vivaient en 2017 dans un ménage avec au moins une dette.

Environ 10% des personnes vivaient dans un ménage avec arriéré d’impôt

Sont considérés comme arriérés de paiement les impayés ou les retards de paiement dans les cas suivants: loyer ou intérêts hypothécaires sur le logement principal, factures d’eau, d’électricité, de gaz ou de chauffage, primes d’assurance-maladie, remboursements de crédits, impôts, pensions alimentaires, factures de télécommunications et autres factures. En 2017, les arriérés de paiement les plus fréquents portaient sur les impôts et les primes d’assurance-maladie; ils touchaient respectivement 9,9% et 7,3% de la population.

La part de personnes ayant au moins une sorte d’arriéré de paiement diminue avec l’âge, le niveau de formation et le revenu. Les personnes vivant dans un ménage avec enfant(s) étaient plus souvent concernées (25,0% avaient au moins un type d’arriéré de paiement) que celles vivant dans un ménage sans enfant (11,2%). Plus d’un tiers des personnes vivant dans un ménage monoparental ont en outre été confrontées à au moins un arriéré de paiement pendant les 12 mois précédents.

8% des personnes vivaient dans un ménage avec au moins trois types de dettes

Après les arriérés de paiement, les types de dettes les plus fréquents sont les leasings pour véhicule (14,6%), les dettes auprès de la famille ou d’amis (10,3%) et les petits crédits ou crédits à la consommation (9,0%). Dans l’ensemble, 42,5% de la population vivaient dans un ménage avec au moins un type de dette, 18,4% avec au moins deux types de dettes et 8% avec au moins trois types de dettes. Les groupes de population vivant le plus souvent dans un ménage avec au moins trois types de dettes comprenaient les familles nombreuses comptant trois enfants et plus (17,1%), les personnes au chômage (15,3%) ou de nationalité étrangère (13,0%). La part des personnes cumulant au moins trois types de dettes était plus grande en Suisse romande (12,5%) ou en Suisse italienne (11,7%) qu’en Suisse alémanique (6,2%).

Accumulation de dettes, de poursuites et d’actes de défaut de bien

Parmi les personnes vivant dans un ménage ayant au moins trois types de dettes, 27,5% ont fait l’objet d’au moins une procédure de poursuite au cours des 12 derniers mois. De plus, 7,6% de la population vivaient dans un ménage comptant au moins une personne visée par une poursuite ou un acte de défaut de bien. Se trouvaient surtout dans cette situation les personnes au chômage (26,0%), celles originaires d’Europe de l’Est ou d’un pays non européen (23,8%) et les familles nombreuses (18,3%).

Les achats impulsifs diminuent avec l’âge

En 2017, seulement 6% des personnes de 16 ans et plus étaient tout à fait d’accord avec l’affirmation «Certaines fois je m’offre quelque chose que je désire absolument même si en principe je ne pourrais pas me le permettre». La proportion était cependant plus élevée parmi les personnes qui vivaient dans un ménage faisant l’objet d’au moins une procédure de poursuite ou d’un acte de défaut de bien (14,1%) ou présentant au moins un découvert bancaire ou impayé sur carte de crédit (13,2%). Si 10% des personnes âgées de 18 à 24 ans ont entièrement approuvé cette affirmation, elles n’étaient que 3,8% à le faire parmi les 65 ans et plus. Le taux d’approbation est également élevé auprès des ménages monoparentaux avec des enfants âgés de 0 à 17 ans (12,0%) et parmi les personnes qui vivaient dans des ménages subissant des privations matérielles (11,5%). Le revenu disponible équivalent ne joue quant à lui presque aucun rôle dans l’approbation de cette affirmation. Celle-ci accuse toutefois des différences selon la région linguistique: en Suisse romande, 10% des personnes de 16 ans et plus sont tout à fait d’accord avec cette affirmation alors qu’elles ne sont que 4,5% en Suisse alémanique.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

Près d'une personne sur cinq vit dans un ménage ayant au moins un arriéré de paiement
(PDF, 4 pages, 166 kB)


Autres langues


Documents associés

Revenus et conditions de vie 2017 (SILC): endettement


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees/communiques-presse.assetdetail.11987411.html