Comunicato stampa

Statistique de la démographie des entreprises (UDEMO) Une nouvelle entreprise sur deux est encore active après cinq ans

07.12.2020 - Cinq ans après leur création, la moitié des entreprises sont encore en activité. Les nouvelles sociétés doivent ainsi lutter continuellement pour leur survie. Parmi les entreprises qui passent ce cap, un très petit nombre connaît une forte augmentation de l’emploi dès les premières années de vie. Ces unités sont définies comme des gazelles. Ce sont là les derniers résultats de la statistique de la démographie des entreprises (UDEMO) de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

La démographie des entreprises présente les données sur la population des entreprises actives, les nouvelles sociétés et leur survie, les fermetures, ainsi que celles à forte croissance. L’OFS est en mesure de publier pour la première fois une série complète sur cinq ans pour les taux de survie, ainsi que des données sur les gazelles.

«Santé et action sociale»: les championnes de la survie

Plus de quatre entreprises sur cinq passent le cap de la première année. Après deux et trois ans, les taux de survie se situent respectivement aux alentours de 70% et 60%. Par contre, après cinq ans d’existence, plus d’une entreprise sur deux a été contrainte de mettre la clé sous la porte.

Si au niveau suisse, les taux de survie des nouvelles entreprises sont similaires pour toutes les années considérées (cohorte: voir encadré), on observe de fortes variations en fonction de l’activité économique exercée par les entreprises. Dans la branche «santé et action sociale», les entreprises ont le plus de chances de survie. Pour toutes les cohortes et les périodes de survie prises en considération, c’est toujours cette activité qui présente les taux les plus élevés. À titre d’exemple, 63,5% des sociétés créées en 2013 étaient encore en vie cinq ans plus tard. À l’inverse, la branche «hébergement et restauration» ressort comme celle où la survie semble être la plus difficile. Après un an, plus d’une entreprise sur cinq a déjà disparu et la limite de 50% d’entreprises survivantes est atteinte après environ trois ans d’existence seulement. Enfin, moins de quatre entreprises sur dix ont survécu après cinq ans.

Huit gazelles sur dix dans le secteur tertiaire

En 2018, 4440 entreprises à forte croissance ont été comptabilisées en Suisse, ce qui correspond à 7,3% de toutes les entreprises actives avec au moins 10 emplois. Ce nombre est supérieur (+254 unités; +6,1%) à celui de 2017. Parmi les entreprises à forte croissance, on retrouve 212 gazelles, c’est-à-dire des jeunes sociétés qui ont moins de cinq ans d’existence. Les gazelles se trouvent majoritairement dans le secteur tertiaire (83,5% du total).

Très petites entreprises: dynamiques, mais aussi plus vulnérables

L’économie suisse se caractérise par la forte présence d’unités très petites. Plus de la moitié des entreprises actives en 2018 (53,8%) comptaient une seule personne occupée, tandis que la part de celles avec au moins cinq emplois s’élevait à 22,0%. Les unités plus petites sont particulièrement dynamiques en termes de créations d’entreprises.

Dans la classe «1 emploi», une entreprise sur dix active en 2018 a été créée au cours de cette même année (10,9%), tandis que la classe «2 à 4 emplois» affiche un taux de création de 4,6%. La part des créations d’entreprises de plus grandes tailles est plus faible, puisque les nouvelles sociétés de «5 à 9 emplois» et «10 emplois ou plus» n’ont représenté que respectivement 1,0% et 0,2% du total des entreprises actives dans les classes respectives.

Parallèlement, les entreprises ayant un seul emploi ont moins de chances de survivre sur le long terme. Les taux de survie sont nettement plus bas que ceux des autres classes. Cette vulnérabilité des très petites sociétés est confirmée par les résultats de la statistique des fermetures définitives. En effet, 83,8% des 36 323 entreprises qui ont définitivement cessé leur activité en 2016 étaient des entreprises avec un seul emploi.

Plus d’entreprises et de créations en 2018 qu’en 2017

En 2018, 556 574 entreprises ont exercé une activité économique marchande dans les secteurs secondaire et tertiaire. Sur ce total, 39 608 (7,1% du total) ont été créées «ex nihilo» au cours de cette même année. Le nombre d’emplois dans la population des entreprises actives a atteint 4 413 987, tandis que les emplois générés par les nouvelles entreprises étaient au nombre de 54 052 (1,2% du total). Tant la population des entreprises actives que les nouvelles entreprises ont légèrement augmenté par rapport à 2017 (respectivement +0,2% et +0,8%). De même, davantage d’emplois totaux (+1,0%) et d’emplois nouveaux (+1,1%) ont été recensés. 

Au niveau des activités économiques, la branche «activités spécialisées et scientifiques» était la plus représentée en 2018 (18,2% du total des entreprises actives). Cette activité figurait également parmi les plus dynamiques en termes de créations d’entreprises (21,6% du total des nouvelles entreprises) et d’emplois (19,5% du total des emplois créés).

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Download comunicato stampa

Une nouvelle entreprise sur deux est encore active après cinq ans
(PDF, 7 pagine, 350 kB)


Altre lingue


Documenti analoghi

Demografia delle imprese 2013-2018


 

Nota

Le pagine in italiano offrono un contenuto ridotto. Per un'informazione più completa si prega di consultare le pagine in tedesco o francese (cfr. link qui sopra).

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/it/home/statistiche/industria-servizi/imprese-addetti/demografia-imprese/tassi-di-sopravvivenza.assetdetail.14960839.html