Comunicato stampa

Relevé des structures agricoles 2018 L'agriculture biologique a maintenu son rythme de croissance en 2018

28.05.2019 - En 2018, 50 852 exploitations agricoles ont été recensées, soit 768 de moins qu’en 2017 (-1,5%). Elles ont employé 152 400 personnes et ont exploité une surface utile totale de 1,04 million d’hectares. Pour ce qui est du cheptel, les effectifs des vaches laitières (-1%) et de porcs (-2%) ont baissé tandis que les volailles (+1 %) et les chèvres (+3%) ont progressé. Pratiquée par 7032 exploitations et sur 15,4 % des terres, l’agriculture biologique maintient son rythme de croissance. Ces chiffres résultent du relevé des structures agricoles 2018 établi par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2018, le nombre d’exploitations agricoles a continué de baisser à 50 852 unités (-1,5%). Cette diminution se poursuit à un rythme proche de celui de l’année passée (-1,2%). La surface moyenne de l’exploitation agricole en Suisse était de 20,5 ha en 2018, soit le double de la moyenne (10,3 ha) observée en 1980. Par rapport à 2017, le nombre des fermes de plus de 30 ha a augmenté (+1,6%) alors que les plus petites ont diminué (-2,3%) suite à une cessation d’activité ou à un regroupement.

Alors que les fermes de plus de 30 hectares représentaient 14% du total de la surface agricole utile (SAU) en 1980, cette catégorie a occupé 47% de la SAU en 2018 (496 100 ha). Le rythme de croissance du bio observé ces dernières années s’est confirmé encore une fois: en 2018, 7032 producteurs ont travaillé selon les règles de l’agriculture biologique, soit une augmentation de 4,9% par rapport à l’année précédente.

Les cultures biologiques s’étendent

En 2018, la majorité des terres mises en valeur par les exploitations agricoles était constituée de prairies naturelles et pâturages (607 500 ha, soit 58% de la SAU). Les terres arables occupaient 398 100 ha (38% de la SAU). Les céréales (143 600 ha) y demeuraient la principale culture: 83 600 ha étaient des céréales destinées à l’alimentation humaine alors que les céréales fourragères couvraient 60 000 ha.

Les terres allouées aux principaux oléagineux indigènes parmi lesquels le colza (22 811 ha, +11,7%) et le tournesol (5386 ha, +2,4%) ont augmenté par rapport à 2017. Enfin, parmi les autres terres cultivées (38 300 ha, 4% de la SAU), la vigne occupait 13 500 hectares et les cultures fruitières s’étendaient sur 7100 hectares.

Les 7032 exploitations biologiques dénombrées en 2018 ont mis en valeur une surface qui n’a cessé de croître pour atteindre 161 000 ha, soit plus de 15% de la SAU totale. L’expansion des cultures bio s’observe dans l’ensemble des cantons et dans toutes les cultures. La production biologique s’affirme notamment dans les cultures maraîchères, dont elle représente 19% de la surface, et progresse dans les vignes (8% du vignoble). Plus de la moitié (60%) des terres attribuées aux plantes médicinales et aromatiques sont cultivées sous le label bio.

Toujours moins de vaches laitières

Le cheptel bovin a poursuivi sa mutation. D’une part, les effectifs de vaches laitières a baissé à 564 200 unités, soit une réduction plus de 10% en 10 ans. Les éleveurs de vaches laitières sont aussi moins nombreux (25’800 exploitations agricoles), mais leurs troupeaux sont plus importants (22 vaches laitières par exploitation). D’autre part, la filière de viande bovine, notamment les vaches allaitantes et nourrices, a confirmé encore une fois (+1,7%, 125 454 vaches) sa poussée observée les dernières années. Cette tendance est soutenue par l’essor du bio puisque plus du quart du cheptel de cette filière est au sein d’exploitations respectant ce cahier des charges.

En ce qui concerne la volaille, les effectifs de poulets de chair sont en léger recul (-0,9%, 7 084 800 unités). Ceux des poules pondeuses ont augmenté (+6,2%), en continuité de la tendance observée depuis plus d’une décennie. 18% des poules pondeuses ont été élevées dans des exploitations biologiques.

Quant à la filière porcine, les statistiques de 2018 confirment une baisse des effectifs déjà constatée depuis des années. Tant le nombre de producteurs (-3,6%) que le cheptel (-1,9%) ont diminué. En revanche, la filière porcine bio, bien que très marginale (3% des porcs), a présenté une forte croissance: les élevages bio ont augmenté de plus de 10% et leur cheptel de 6,2% par rapport à 2017.

Le cheptel ovin est resté stable (343 470) en 2018. La production biologique y est plus particulièrement présente dans les exploitations produisant du lait de brebis (56% des producteurs de lait). En ce qui concerne l’effectif des caprins (+3,1%, 80 552 unités), essentiellement localisé en montagne, il continue de croître.

La famille, pilier de la main-d’œuvre agricole

Les exploitations agricoles ont employé 152 400 personnes en 2018 (- 0,9% par rapport à 2017). Les chefs d’exploitation et leur famille représentent plus des trois-quarts des emplois totaux. 74% des exploitations agricoles emploient exclusivement de la main-d’œuvre familiale.

Deux tiers des chefs d’exploitation travaillent à plein temps tandis que les autres personnes engagées sont avant tout à temps partiel (66%). Pendant l’année sous revue, 55’400 femmes ont été actives dans l’agriculture mais ne représentaient que 6,2% de l’ensemble des chefs d’exploitation.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Download comunicato stampa

L'agriculture biologique a maintenu son rythme de croissance en 2018
(PDF, 6 pagine, 502 kB)


Altre lingue


Documenti analoghi

Censimento delle aziende agricole 2018


 

Nota

Le pagine in italiano offrono un contenuto ridotto. Per un'informazione più completa si prega di consultare le pagine in tedesco o francese (cfr. link qui sopra).

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/it/home/statistiche/cataloghi-banche-dati/comunicati-stampa.assetdetail.8467548.html