Communicato stampa

Mouvement naturel de la population 2016 Plus de naissances et moins de décès en 2016

Esiste anche una versione più recente del presente documento, disponibile al link seguente:
L'année 2018 a été marquée par une hausse des divorces

Neuchâtel, 29.06.2017 (OFS) - L'année 2016 se caractérise par une augmentation du nombre de naissances, de mariages et des partenariats enregistrés. Celui des reconnaissances de paternité et des divorces a également progressé. Seul le nombre des décès a diminué par rapport à 2015. L'espérance de vie continue de croître. Tels sont les résultats définitifs de la statistique du mouvement naturel de la population de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

L'accroissement naturel de la population qui résulte de la différence entre les naissances et les décès est un facteur de croissance de la population. Il est en hausse et se monte à 22'900 personnes. Cette valeur, comme celle de 2014 (+21'300), avoisine celles observées dans les années nonante.

Baisse des décès

Après la surmortalité enregistrée en 2015, due à la grippe et à la canicule, le nombre de décès revient à des valeurs de référence. Il passe de 67'600 cas en 2015 à 65'000 en 2016, soit un fléchissement de -3,9%. Ce recul s'observe dans presque tous les cantons, à l'exception de Schaffhouse, Thurgovie, Jura, Zoug, Glaris et Appenzell Rhodes-Intérieures où le nombre de décès augmente.

L'espérance de vie à la naissance a repris sa progression. Celle des hommes passe de 80,7 ans en 2015 à 81,5 ans en 2016 et celle des femmes de 84,9 ans à 85,3 ans. L'écart entre l'espérance de vie des femmes et des hommes continue à se réduire, atteignant 3,8 ans en 2016, alors qu'il était de 5,7 ans en 2001. L'espérance de vie à 65 ans s'accroît également. Celle des hommes passe de 19,2 ans en 2015 à 19,8 ans en 2016 et celle des femmes de 22,2 ans à 22,6 ans. Depuis 2001, elle a progressé plus fortement chez les hommes (+2,5 ans) que chez les femmes (+1,5 ans).

Des mères de plus en plus âgées

Le nombre de naissances augmente et passe de 86'600 en 2015 à 87'900 en 2016 (+1,5%). Cette progression résulte essentiellement d'un nombre croissant de nouveau-nés de nationalité étrangère. On ne peut toutefois pas parler d'un baby-boom; cette évolution découle de l'accroissement du nombre de femmes en âge d'avoir des enfants. En effet, l'indicateur conjoncturel de fécondité reste stable à 1,5 enfant par femme en 2016. L'âge moyen de la mère à la naissance du 1er enfant continue d'augmenter et s'élève à 30,8 ans contre 30,7 ans en 2015. Depuis 2001, il a progressé de pratiquement 2 ans (+1,9).

La majorité des naissances (75,8%) survient dans le cadre du mariage; la part de celles enregistrées hors mariage s'élève à 24,2%. Les naissances hors mariage continuent ainsi d'augmenter, passant de 19'800 en 2015 à 21'300 en 2016 (+7,5%). Parallèlement, le nombre de reconnaissances suit la courbe des naissances hors mariage et se monte à 20'400 cas, soit 4,6% de plus que l'année d'avant.

Le nombre des naissances progresse dans la majorité des cantons. Seuls cinq cantons enregistrent une baisse, à savoir Genève, Jura, Schwyz, Tessin et Nidwald.

Les partenariats enregistrés en vogue

Sur toute l'année, 41'600 mariages ont été célébrés, soit une légère augmentation de 0,5% par rapport à 2015. On observe cependant une diminution des unions entre ressortissants suisses (-0,2%), alors que les mariages mixtes (+1,4%) et ceux entre ressortissants étrangers (+0,6%) augmentent. Depuis le milieu des années 1990, le nombre des mariages se monte à environ 40'000 par an, alors que la population continue d'augmenter. La nuptialité, soit la propension à se marier, est ainsi en baisse.

Le paysage matrimonial n'est tendanciellement pas le même selon la région ou le canton. Le nombre de mariages augmente dans la région lémanique - Genève et Vaud - ainsi que dans l'Espace Mittelland - Neuchâtel, Fribourg et Soleure - et la Suisse du Nord-Ouest - Argovie et Bâle-Campagne. On observe une baisse des mariages à Zurich, au Tessin, mais également aux Grisons, en Thurgovie, à Glaris et Appenzell Rhodes-Intérieures, ainsi qu'en Suisse centrale - à Schwyz, Obwald et Zoug.

En 2016, un peu plus de 700 couples de même sexe ont choisi la voie du partenariat enregistré, soit une progression de 4,0% par rapport à l'année précédente. Le nombre de couples d'hommes qui s'unissent croît fortement en 2016, +14,1%, soit 62 couples de plus par rapport à 2015, alors que celui de couples de femmes décroît (-13,0%, soit 34 couples de moins). Le nombre de partenariats enregistrés progresse notamment à Zurich, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Thurgovie et Zoug, ainsi que dans l'Espace Mittelland - Fribourg, Soleure et Neuchâtel.

L'évolution des divorces varie selon les cantons

En 2016, 17'000 jugements de divorce ont été prononcés, soit une légère augmentation de 0,4% par rapport à l'année précédente. Les divorces entre Suisse-Suissesse et ceux entre étranger-étrangère sont en augmentation (+0,9% respectivement +0,8%). Ils sont en baisse dans les couples formés d'un conjoint suisse et d'un étranger (-0,5%). Si les comportements observés en 2016 restent identiques à l'avenir, on estime que deux mariages sur cinq (41,5%) pourraient se terminer un jour par un divorce.

L'évolution des divorces est différente selon le canton. On constate notamment une progression de leur nombre à Zurich, St-Gall, Thurgovie, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, ainsi qu'à Neuchâtel, Soleure et Fribourg. Il y a, cependant, des cantons où leur nombre diminue, particulièrement à Berne, Vaud, Argovie, Tessin, Genève, Valais et Lucerne.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Download comunicato stampa

Plus de naissances et moins de décès en 2016
(PDF, 9 pagine, 296 kB)


Altre lingue


Documenti analoghi

Movimento naturale della popolazione 2016


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/it/home.assetdetail.2820907.html