Indicateur de la législature: Indice de synthèse de l’innovation


Extrait de l’objectif 3: Pour rester concurrentielles à l’échelle internationale et continuer à croître, les entreprises suisses ont besoin de conditions économiques propices, autrement dit de charges administratives réduites au minimum et d’une grande sécurité juridique, pour être en mesure de planifier leur activité et d’innover.

Signification de l’indicateur: Dans un contexte marqué par une globalisation croissante, la Suisse doit renforcer sa compétitivité si elle veut assurer sa prospérité à long terme. Cela ne peut se faire que dans un environnement propice à l’innovation, avec notamment un système de formation intégré dans un réseau international, un financement suffisant de la recherche et un capital humain hautement développé.
Cet indicateur présente l’indice de synthèse de l’innovation des cinq pays les plus performants en la matière. L’indice peut prendre des valeurs comprises entre 0 (bas niveau d’activité en matière d’innovation) et 1 (haut niveau d’activité en matière d‘innovation). Il informe sur les activités d’innovation des entreprises, sur les conditions nécessaires à l’innovation et sur ses effets économiques.

Objectif quantifiableLa Suisse conserve sa place parmi les leaders mondiaux dans le domaine de l’innovation.

Commentaire

L’indice de synthèse de l’innovation de la Suisse est resté relativement constant entre 2012 et 2015, puis il a augmenté. Il a atteint 0,837 en 2019. Sa valeur place la Suisse au premier rang, devant les pays membres de l’UE et les autres pays considérés. Au sein de l’UE, la Suède affiche l’indice le plus élevé (0,713), devant la Finlande (0,709), le Danemark (0,682) et les Pays-Bas (0,648). La Suisse occupe une position de leader en ce qui concerne notamment le capital humain, l’attrait de ses systèmes de recherche et les investissements au niveau des entreprises et des pouvoirs publics.

Les investissements dans la recherche et développement (R&D) contribuent à créer des conditions propices à l’innovation. En 2017, la Suisse y a consacré plus de 21 milliards de francs, ce qui représente environ 3% de son produit intérieur brut (PIB). En Suisse, 67% des investissements en R&D ont été consentis par des entreprises privées en 2017. Les hautes écoles, dont les fonds sont majoritairement publics, la Confédération et les institutions privées sans but lucratif ont quant à elles assumé la part restante.

Le niveau de formation joue un rôle déterminant dans le développement d’un capital humain favorable à l’innovation. En 2019, 89% de la population résidante permanente âgée de 25 à 64 ans bénéficiait d’une formation postobligatoire, une part en hausse constante depuis 2011. En 2019, 44,6% de la population résidante permanente de cette tranche d’âge disposait d’une formation de degré secondaire II et 44,4% d’une formation de degré tertiaire.

Depuis 2011, le nombre d’emplois dans les branches innovatrices rapporté au total des emplois des secteurs secondaire et tertiaire en équivalents plein temps n’a pas évolué de manière significative. En 2018, cette part se montait à 29,8%.


Tableaux

Méthodologie

L’indice de synthèse de l’innovation (Summary Innovation Index) correspond à la moyenne de 27 indicateurs. Il peut prendre des valeurs comprises entre 0 et 1. La valeur 0 indique un faible niveau d’activité en matière d’innovation, la valeur 1 un haut niveau d’activité en matière d‘innovation. Il s’agit d’un indice relatif, ce qui signifie que la valeur de l’indice d’un pays dépend des résultats des autres pays et notamment de la valeur du pays le mieux, respectivement le moins bien placé.

L’indice de synthèse considère quatre domaines de l’innovation: les conditions cadres favorables à la recherche, les investissements en matière de recherche et d’innovation, les activités d’innovation et les effets économiques. Ces quatre domaines sont formés de dix dimensions, représentées chacune par une série d’indicateurs.

La méthode sur laquelle se fondent les indicateurs utilisés et le calcul de l’indice de synthèse est régulièrement revue et corrigée. Des changements rétroactifs dans l’ensemble de la série temporelle peuvent donc apparaître entre des publications successives.

L’indice de synthèse de l’innovation couvre une période de huit ans et est publié annuellement dans l’European Innovation Scoreboard (EIS) de la Commission européenne. Les données proviennent d’Eurostat, de l’OCDE et des Nations Unies. L’EIS couvre tous les pays membres de l’UE et quelques autres pays (Suisse, Islande, Norvège, Serbie, Macédoine, Ukraine, Turquie, Israël).

Définitions

Sources

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/themes-transversaux/monitoring-programme-legislature/tous-les-indicateurs/ligne-directrice-1-prosperite/indice-synthese-innovation.html