Communiqué de presse

Revenus et conditions de vie 2020 (SILC): endettement En 2020, près d'une personne sur six vivait dans un ménage ayant au moins un arriéré de paiement

04.07.2022 - Les leasings pour véhicule et les arriérés de paiement constituaient en 2020 les types de dettes les plus fréquents en Suisse: 15,5% de la population vivaient dans un ménage ayant au moins un leasing pour véhicule et 14,9% dans un ménage ayant eu au moins un arriéré de paiement au cours des 12 mois précédents. Sur l’ensemble de la population, 6,9% vivaient dans un ménage ayant au moins trois types de dettes différents. Ce sont là quelques-uns des résultats de l’enquête sur les revenus et les conditions de vie (SILC) de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Ces résultats décrivent la situation telle qu’elle se présentait avant et au début de la pandémie de COVID-19.

Outre les arriérés de paiement, l’enquête couvre les types de dettes suivants: les leasings pour véhicule, les petits crédits ou crédits à la consommation, les achats par acomptes, les dettes auprès de la famille ou d’amis, les hypothèques hors résidence principale, les découverts bancaires ou les impayés sur les cartes de crédit. Ces différents types de dettes confondus, 42,9% de la population vivaient en 2020 dans un ménage avec au moins une dette. 

Environ 8% de la population vivaient dans un ménage ayant des arriérés d’impôt 

Les arriérés de paiement sont des factures qui n’ont pas pu être réglées dans les délais et qui concernent les types de dépenses suivants: loyer ou intérêts hypothécaires sur le logement principal, factures d’eau, d’électricité, de gaz ou de chauffage, primes d’assurance-maladie, remboursements de crédits, impôts, télécommunications, pensions alimentaires et autres dépenses. En 2020, les arriérés de paiement les plus fréquents portaient sur les impôts et les primes d’assurance-maladie; ils concernaient respectivement 7,5% et 5,5% de la population. 

La part de personnes ayant eu au moins une sorte d’arriéré de paiement au cours des 12 derniers mois diminue avec l’âge, le niveau de formation et le revenu. Les personnes vivant dans un ménage avec enfant(s) étaient plus souvent concernées (18,0% avaient au moins un type d’arriéré de paiement) que celles vivant dans un ménage sans enfants (8,6%). Plus d’un quart des personnes vivant dans un ménage monoparental ont en outre été confrontées à au moins un arriéré de paiement pendant les 12 mois précédents. 

Près de 7% de la population vivaient dans un ménage ayant au moins trois types de dettes

En dehors des arriérés de paiement, les types de dettes les plus fréquents en 2020 étaient les leasings pour véhicule (15,5%), les hypothèques hors résidence principale (12,1%), les dettes auprès de la famille ou d’amis (8,4%) et les achats par acomptes (6,8%). Dans l’ensemble, 42,9% de la population vivaient dans un ménage avec au moins un type de dette, 15,9% avec au moins deux types de dettes et 6,9% avec au moins trois types de dettes.

Les groupes de population vivant le plus souvent dans un ménage avec au moins trois types de dettes comprenaient les personnes souffrant de privation matérielle (30,2%), les personnes au chômage (15,9%), et la population âgée de 18 à 24 ans (11,1%). La part des personnes vivant dans un ménage cumulant au moins trois types de dettes était plus grande en Suisse romande (10,6%) ou en Suisse italienne (14,9%) qu’en Suisse alémanique (5,1%).

Accumulation de dettes, de poursuites et d’actes de défaut de bien 

En 2020, 6,9% de la population vivait dans un ménage comptant au moins une personne visée par une poursuite ou un acte de défaut de bien. Se trouvaient surtout dans cette situation les personnes au chômage (18,7%), les familles monoparentales (14,2%) et les personnes de nationalité étrangère venues d’un pays de l’Est ou d’un pays non européen (13,8%). Parmi les personnes qui vivaient dans un ménage ayant fait l’objet d’une poursuite ou d’un acte de défaut de bien, ce ménage avait dans 28,8% des cas eu au moins trois types de dettes au cours des 12 derniers mois.

Les achats impulsifs diminuent avec l’âge 

Pendant le premier semestre 2020, 6% seulement des personnes de 16 ans ou plus ont déclaré être tout à fait d’accord avec l’affirmation selon laquelle il leur arrive d’acheter quelque chose même si elles n’en ont pas les moyens. La part des personnes ayant répondu par l’affirmative était particulièrement élevée parmi celles vivant dans un ménage ayant au moins trois types de dettes (11,5%) ou au moins un arriéré de paiement (10,1%). Si 14,8% des personnes de 16 à 17 ans ont entièrement approuvé l’affirmation, ce n’était le cas que de 5,2% des 65 ans ou plus. 

Le taux d’approbation était également élevé dans les ménages monoparentaux avec deux enfants ou plus (10,9%) et parmi les personnes vivant en Suisse romande (8,6%). Le revenu disponible équivalent ne joue ici pratiquement pas de rôle, contrairement au niveau de formation: parmi les personnes sans formation postobligatoire, 8,3% étaient d’accord avec cette affirmation, contre 4,6% seulement des titulaires d’un diplôme du degré tertiaire.

Vous trouverez des informations complémentaires sous de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

En 2020, près d'une personne sur six vivait dans un ménage ayant au moins un arriéré de paiement
(PDF, 5 pages, 199 kB)


Autres langues


Documents associés

Revenus et conditions de vie 2020 (SILC): endettement


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/situation-economique-sociale-population/bien-etre-pauvrete/inegalites-de-repartition-des-revenus/distribution-des-revenus.assetdetail.22685977.html