Résultats durant la pandémie du COVID-19

Plus de 200 milliards de francs de prestations sociales en 2020

Pendant l’année 2020, marquée par la pandémie de COVID-19, les prestations sociales se sont montées à 206 milliards de francs, en hausse de 20,4 milliards par rapport à 2019 (+11,1% en termes réels). Cette augmentation est imputable en majeure partie aux prestations versées dans le domaine du chômage (+14,1 milliards de francs), qui inclut les indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail et l’allocation pour perte de gain COVID-19. Les prestations versées pour la vieillesse ainsi que la maladie et les soins de santé ont contribué à la hausse à raison de respectivement 2,7 et 2,5 milliards de francs.

Evolution des dépenses sociales entre 1995 et 2020
  1995 2005 2015 2018p 2019p 2020e
Mrds de francs (aux prix courants) 85,9 125,3 168,0 179,9 186,0 205,6
Mrds de francs (aux prix de 2015) 92,7 128,1 168,0 176,7 183,1 203,5
En francs par hab. (aux prix de 2015) 13 200 17 200 20 300 20 800 21 300 23 600
p provisoire
e estimé
Source : OFS - Comptes globaux de la protection sociale (CGPS), version du 20.12.2021.

Conséquences de la pandémie de COVID-19

Dans l’ensemble de l’économie, la pandémie de COVID-19 a entraîné une baisse des revenus du travail, en raison notamment de la réduction temporaire des activités, voire de la fermeture de certaines entreprises. Le système de protection sociale a toutefois permis d’en atténuer les effets. La Confédération a mis à disposition 10,8 milliards de francs pour financer les indemnités en cas de chômage partiel. De plus, une nouvelle prestation a été créée, l’allocation pour perte de gain COVID-19, qui a permis de soutenir les indépendants à hauteur de 2,2 milliards de francs en 2020. Ces deux prestations relèvent du domaine du chômage.

En 2020, la pandémie de COVID-19 n’a pas eu d’impact majeur sur les prestations sociales versées dans le domaine de la maladie et des soins de santé considérées dans leur ensemble: ces prestations ont augmenté de 4,3% entre 2019 et 2020, soit de manière moins marquée qu’entre 2018 et 2019 (5,0%). Cette augmentation poursuit, d’ailleurs, la tendance générale observée au cours des années précédentes. Deux évolutions opposées ont en revanche été observées en 2020: d’une part, le coût des accidents a baissé en raison des restrictions temporaires imposées dans de vastes domaines de la vie publique et des activités économiques. Par ailleurs, bon nombre d’opérations chirurgicales ont dû être reportées, ce qui s’est traduit par une baisse des contributions publiques aux hôpitaux. D’autre part, le nombre d’absences pour cause de maladie a augmenté, entraînant une hausse des dépenses pour les congés maladie payés. Les coûts du dépistage des maladies infectieuses ont également augmenté, les tests de COVID-19 ayant été mis gratuitement à la disposition de la population en 2020, dans la plupart des cas.

Une hausse historique

L’augmentation de 11,1% des prestations sociales observée en 2020 est la plus importante depuis 1990. La dernière forte hausse dans ce domaine remonte à 2009 (+7,1%): elle avait eu lieu dans le cadre de la grande récession mondiale. À titre de comparaison, le taux de croissance moyen des dépenses sociales était de 2,9% par an entre 2000 et 2019. En dehors des périodes de ralentissement économique, pendant lesquelles les coûts liés au chômage augmentent, la hausse des prestations sociales concerne surtout les deux principaux domaines de la protection sociale: la vieillesse ainsi que la maladie et les soins de santé.

Hausse des dépenses sociales dans toute l’Europe

En 2020, les dépenses sociales se sont fortement accrues dans la plupart des pays d’Europe. Leur hausse a été un peu moins marquée qu’en Suisse (+11,1%) dans les pays voisins que sont l’Autriche (+9,1%), l’Italie (+8,9%), l’Allemagne (+5,7%) et la France (+4,2%). En Europe, la hausse a été particulièrement forte sur l’île de Malte (+26,7%), en Irlande (+20,1%) et à Chypre (+19,3%). Dans certains pays, les prestations sociales n’ont que peu augmenté malgré la pandémie de COVID-19. C’était le cas en Suède (+1,4%) et au Danemark (+2,8%).

Niveau record des dépenses en pourcentage du PIB

La part des prestations sociales, mesurée en pourcentage du produit intérieur brut (PIB), a atteint des niveaux record dans 16 des 22 pays observés. À noter que le PIB a évolué différemment dans les pays voisins de la Suisse: il a baissé avant tout en Italie (PIB: -8,9%) et en France (-7,9%), alors que la récession a été moins marquée en Allemagne (-4,6%) et en Suisse (-2,4%). La variation des dépenses de prestations sociales en pourcentage du PIB par rapport à l'année précédente s'est ainsi élevée à +3,5 points de pourcentage en Suisse, soit un peu plus qu'en Allemagne (+3,0), mais moins qu'en France (+4,1) et en Italie (+5,1). En 2020, les prestations sociales représentaient 29,1% du PIB en Suisse. Leur part était plus élevée dans les pays voisins comme la France (35,3%), l’Italie (33,4%) et l’Allemagne (31,9%).

Informations supplémentaires

Tableaux

Communiqués de presse

Bases statistiques et enquêtes

Contact

Office fédéral de la statistique Section Aide sociale
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

info.social@bfs.admin.ch

Tél.
+41 58 461 44 44

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/securite-sociale/comptes-globaux-protection-sociale/resultats-covid19.html