Communiqué de presse

Coût et financement du système de santé en 2015: données provisoires Nouveau calcul des dépenses totales de la santé 2015

Ce document existe également dans une version plus récente. Veuillez suivre le lien suivant:
Dépenses de santé 2017: 82,5 milliards de francs au total

Neuchâtel, 27.04.2017 (OFS) - Les dépenses totales de santé se montaient à 77,8 milliards de francs en 2015 selon les standards de l'OCDE. Cette somme a été définie sur la base des calculs provisoires de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les données 2015 sont influencées par deux facteurs majeurs : un effet lié à la révision du modèle de calcul, d'une part, d'autre part, un effet lié à la croissance ordinaire des dépenses. L'effet de la révision se monte à 3,3 milliards de francs (+4,6%) pour l'année 2014. La croissance ordinaire des dépenses atteignait, elle, 3,2 milliards (+4,3%) en 2015 par rapport à l'année précédente. L'assurance obligatoire des soins a pris en charge environ un tiers des dépenses totales de santé (35,3%).

La dynamique observée ces dernières années au niveau des structures et des processus dans la santé fait qu'il est nécessaire d'adapter la statistique des coûts et du financement du système de santé. L'objectif visé est avant tout d'utiliser les meilleures sources et méthodes disponibles pour consolider la qualité des résultats. Pour assurer la comparabilité internationale, on se réfère dans une large mesure à la méthodologie du «Système des comptes de la santé» (voir encadré). Cette méthodologie a été révisée pour l'année 2014. L'effet de la révision se monte à 3,3 milliards de francs (+4,6% par rapport au calcul effectué selon l'ancienne méthode).

70% de ce montant supplémentaire sont attribuables à deux catégories: les cabinets médicaux (+1,4 milliard, en raison de nouvelles sources de données, voir la notice d'information) et le commerce de détail (+0,9 milliard, suite à la prise en compte de davantage de produits, par ex. les consommables). Chez les autres prestataires de services ambulatoires par contre, les effets de la révision se neutralisent largement: de nouvelles catégories, telles que les soins prodigués par des proches, ont été introduites (+1,0 milliard), alors que, dans les soins de longue durée à domicile, la composante de prestation «ménage et social» ne fait plus partie du domaine de la santé mais de celui des affaires sociales (-0,8 milliard), en raison des exigences internationales.

Croissance ordinaire des dépenses de santé légèrement supérieure à la tendance des cinq dernières années

Entre 2014 et 2015, la croissance ordinaire des coûts s'est élevée à 4,3%, correspondant à 3,2 milliards de francs. 68,3% (2,2 milliards) de cette augmentation sont imputables à la hausse des dépenses dans les hôpitaux (+1,0 milliard), les cabinets médicaux (+0,9 milliard) et les institutions médico-sociales (+0,3 milliard), qui représentent ensemble 70,9% des coûts de santé. La croissance de ces prestataires de soins se situait légèrement au-dessus (cabinets médicaux) ou au-dessous (hôpitaux, institutions médico-sociales) de la tendance des cinq dernières années. Les dépenses ont en revanche augmenté très fortement pour les prestataires de services auxiliaires (laboratoire et secours, +9,3%) ainsi que pour les autres prestataires de services ambulatoires (+9,1%, sans les cabinets médicaux ni les cabinets dentaires), mais ces deux catégories ne représentent ensemble que 7,9% des dépenses de santé. Pour les autres fournisseurs de prestations, le taux de croissance correspond largement à la tendance des cinq dernières années.

Dans le contexte d'une croissance de l'activité économique inférieure à la moyenne en 2015 (PIB +0,3%), le rapport entre les dépenses de santé et le produit intérieur brut (PIB) a passé de 11,7% à 12,1%.

Financement assuré principalement par l'assurance de base, les ménages privés et l'Etat

Comme les années précédentes, et comme avant la révision de la méthodologie, quatre cinquièmes des 77,8 milliards de francs de dépenses pour la santé ont été financés par l'assurance de base selon la LAMal (35,3%), les versements directs des ménages privés (28%) et l'Etat (18,2%). Les parts des différents régimes de financement sont restées pratiquement inchangées depuis 2010.

783 francs par mois et par habitant pour le système de santé

En 2015, les dépenses mensuelles de santé ont atteint 783 francs par habitant, soit 24 francs de plus que l'année précédente. Elles ont été couvertes à raison de 277 francs (+11) par l'assurance-maladie obligatoire, de 50 francs (+1) par des assurances sociales telles que l'AVS, l'AI et l'assurance-accidents, de 32 francs (+/-0) par d'autres prestations sociales sous condition de ressources et de 51 francs (+1) par les assurances complémentaires. L'État y a contribué pour 143 francs (+3) et d'autres financements privés pour 12 francs (+/-0). En plus de leurs primes d'assurance, les ménages ont dû débourser directement le solde, soit 219 francs (+8). Ce montant comprend en particulier le financement des prestations des établissements médico-sociaux, des traitements dentaires ainsi que la franchise et la participation aux frais prévues par l'assurance-maladie pour les traitements hospitaliers et ambulatoires.


 

Télécharger communiqué de presse

Nouveau calcul des dépenses totales de la santé 2015
(PDF, 4 pages, 155 kB)


Autres langues


Documents associés

Coût et financement du système de santé en 2015: données provisoires


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/sante.assetdetail.2360360.html