Qu'est-ce que l'IPCH?

Indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH)

Les méthodes de calcul et la couverture des indices des prix à la consommation nationaux (IPC) peuvent varier considérablement d’un pays à l’autre, ce qui rend les comparaisons internationales du renchérissement très difficiles. Pour contrevenir à ce problème, les pays membres de l’Union Européenne (UE) se sont dotés d’un indicateur, calculé selon une méthodologie harmonisée, qui leur permet de mener à bien des comparaisons internationales du renchérissement.

L’harmonisation des indices des prix s’est faite progressivement. Le Traité de Maastricht signé en 1991 pose les bases de l’harmonisation des indices des prix à la consommation. Au fil des ans, de nouveaux règlements sont venus compléter le cadre légal des IPCH. Chacun de ces règlements, édictés sous la forme de normes minimales, requiert l’implémentation de nouvelles mesures contraignantes, mais autorise néanmoins l’adoption de solutions diverses aux problèmes d’harmonisation, dans la mesure où les IPCH demeurent comparables.

Aujourd’hui, le cadre légal des IPCH comporte 18 règlements.

L'IPCH mesure l'évolution des prix des marchandises et des services représentatifs de la consommation sur le territoire suisse des ménages privés et des ménages collectifs résidant ou non en Suisse. Il indique de combien les consommateurs doivent augmenter ou diminuer leurs dépenses pour maintenir le même volume de consommation malgré les variations de prix.

Utilisation de l'indice

L’indice des prix à la consommation harmonisé selon les normes de l’Union Européenne vient enrichir le portefeuille des indices économiques disponibles en Suisse. L’IPCH est un des modules qui complètent l’information de base fournie dans l’IPC.

S’ils permettent de comparer le renchérissement entre les pays membres de l’UE, auxquels s’ajoutent la Norvège et l’Islande et maintenant la Suisse, les IPCH servaient au départ essentiellement à apprécier le respect du critère de convergence portant sur la stabilité de prix, critère de participation à l’Union Monétaire Européenne. Les IPCH permettent de calculer différents indices agrégés au niveau européen, dont le plus connu est l’indice des prix à la consommation de l’Union Monétaire Européenne. Cet indice est le principal outil de pilotage de la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE) pour la zone Euro.

Dépense monétaire de consommation finale des ménages

La couverture de l’IPCH est délimitée par la dépense monétaire de consommation finale des ménages couverte par les catégories et sous-catégories à quatre chiffres de la classification COICOP.

Doit être prise en compte pour le calcul de l’IPCH, la part des dépenses

  • réalisées par les ménages quelle que soit leur nationalité ou leur statut de résidence
  • sur le territoire économique du pays
  • pour des biens et services servant à la satisfaction directe d’un besoin

Sont exclus de la consommation finale des ménages : les transferts sociaux tels que les impôts directs, les cotisations sociales telles que les primes pour la prévoyance professionnelle, la part des primes d’assurance privée que les ménages reçoivent en retour en guise de réparation des dommages subis et les pensions alimentaires. D’autre part, les transactions non monétaires comme les loyers d’équivalence utilisés dans l’IPC pour tenir compte des dépenses des propriétaires occupants sont exclues de l’IPCH.

Relevé des prix

L'IPCH est calculé chaque mois par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Quelque 70'000 prix sont relevés mensuellement par l'OFS ainsi que par l'institut d'étude de marché mandaté. Le relevé est effectué sur le terrain, par téléphone, sur Internet ou par voie postale durant les deux premières semaines du mois.
Déterminants pour le calcul de l'indice sont les prix effectivement payés par les consommateurs pour les biens et les services achetés en Suisse (y compris la TVA, les taxes, les promotions, les soldes, etc.).

Panier-type

Un « panier-type » est défini pour mesurer l’évolution des prix. Ce dernier comporte une sélection représentative de biens et de services consommés par les ménages privés et collectifs quel que soit leur lieu de résidence. Il est subdivisé en 12 domaines de dépenses («groupes principaux»). Chaque groupe principal est pondéré en fonction de la part qu'il représente dans les dépenses des ménages.

Les prix relevés dans une sélection de magasins répartis dans tout le pays sont comparés directement avec les prix des mêmes produits relevés lors de la période de base. L'évolution des prix ainsi mesurée donne un indice partiel qui est ensuite intégré dans l'indice total en fonction du poids que le produit représente dans le panier-type. L'IPCH comporte quelque 94 indices partiels pondérés et leurs agrégats.

La couverture géographique de l’IPCH étant définie selon le concept intérieur (prise en compte des dépenses réalisées en Suisse par les résidents et les non-résidents ainsi que par les ménages collectifs), il n’est pas possible de baser la pondération de l’indice harmonisé sur la seule Enquête sur le Budget des Ménages (EBM) comme c’est le cas pour l’IPC. Les sources pour la pondération de l’IPCH sont présentées dans le tableau suivant :

Sources de la pondération de l'IPCH

Différences entre IPC et IPCH au niveau suisse

Même si les différences entre les IPCH et les IPC sont limitées, les deux indices diffèrent notamment sur :

  • La couverture géographique et démographique. L’IPCH couvre toutes les dépenses effectuées sur le territoire national, par les résidents et les visiteurs, ménages privés et ménages collectifs, alors que l’IPC vise à couvrir les dépenses de consommation effectuées en Suisse et à l’étranger par les ménages privés résidant en Suisse.
  • Le traitement des logements occupés par leurs propriétaires. Les prix imputés pour les logements des propriétaires occupants sont actuellement exclus de l’IPCH. L’IPC les prend en compte. 
  • Le concept d’introduction des prix pour les services. Selon les normes européennes, les prix des services doivent entrer dans l’indice du mois au cours duquel leur consommation peut commencer, soit selon le concept d’utilisation. Dans l’IPC, les prix des services sont traités selon le concept d’acquisition (les prix entrent dans l’indice du mois au cours duquel ils sont acquis). Cette différence de méthode touche avant tout la prise en compte des prix des voyages à forfait et des tarifs aériens. L’utilisation de deux concepts d’introduction des prix pour les services entraînera des différences entre l’IPC et l’IPCH pour les sous-indices concernés. 
  • Les dépenses de consommation privées pour les services financiers facturés au prorata de la valeur de transaction. En raison des réglementations européennes, la couverture des services financiers est plus étendue pour l’IPCH qu’elle ne l’est pour l’IPC.
  • Année de base : L’IPCH est publié en base 2015=100, cette base est utilisée par tous les pays européens. L’IPC est, lui, actuellement publié en base décembre 2015=100.

Contact

Office fédéral de la statistique Section Prix
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 463 69 00

Du lundi au jeudi
08h00 à 12h00 et 13h30 à 16h30

Vendredi
08h00 à 12h00 et 13h30 à 16h00

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/prix/enquetes/hvpi/ipch.html