Conditions à l'arrivée

Une fois arrivés en Suisse, les migrants sont confrontés aux questions d’insertion professionnelle. Tous ne bénéficient pas des même conditions de départ et rencontrent ainsi des obstacles différents dans l’accès à la formation et au marché du travail.

Formation et demande d’équivalence

Parmi les personnes entre 15 et 74 ans ayant achevé une formation secondaire, 19% ont été formées à l’étranger. Si seul 1% des personnes non issues de la migration et 5% des personnes issues de la 2e génération ont effectué leur formation postobligatoire hors de la Suisse, c’est le cas pour 68% des 1res générations.

La possibilité de faire reconnaître son diplôme étranger par la Suisse est peu utilisée par les personnes formées hors du pays : 15% font une demande d’équivalence, 83% n’en font pas et 2% ne donnent pas d’indication sur une potentielle démarche. 13% des personnes avec un niveau secondaire II et 15% des personnes avec un niveau tertiaire entreprennent cette démarche.

Près de trois-quarts des personnes ayant fait une demande déclarent avoir obtenu l’équivalence. Les annonces d’obtention sont plus élevées chez les personnes avec niveau de formation tertiaire, mais cette différence avec les personnes de niveau secondaire II n’est que tendancielle. Parmi ceux ayant renoncé à faire reconnaître leur diplôme, 72% estiment que cela n’est pas nécessaire pour l’exercice de leur activité et 7% que la procédure est trop complexe, trop chère ou trop longue. Le 21% restant mentionne d’autres raisons.

Demande d'équivalence, en 2017
  %
Demande effectuée 14.5
Obention de l'équivalence
68.2
Non obtention de l'équivalence
19.2
Procédure en cours 12.6
Demande non effectuée
83.1
Equivalence pas nécessaire
71.6
Procédure trop complexe 7.0
Autres raisons
21.4
Sans indication 2.4
Source: OFS - ESPA, module Migration

Emploi

Au sein de la population issue de la migration de 1re génération venue en Suisse pour des raisons professionnelles (auto-déclaration), 68% des personnes avaient déjà trouvé un emploi dans le pays avant la migration. 31% des personnes venues en Suisse pour le même motif sont arrivées sans avoir au préalable trouvé un travail.

Compétences linguistiques

Les connaissances linguistiques ont une grande influence sur les activités que vont exercer les migrants, notamment sur le marché du travail, et sur le succès du processus d'intégration dans la société. La maîtrise d'une langue nationale est à la fois une condition essentielle et le résultat d'une intégration réussie.

En 2014, pour une majorité de la population résidante permanente âgée de 15 à 74 ans née à l’étranger, une des langues officielles du canton de domicile était leur langue maternelle ou ils en avaient une maîtrise avancée (62%).

Informations supplémentaires

Tableaux

Méthodologie

Connaissances linguistiques: Part de la population résidante permanente âgée de 15 à 74 ans née à l’étranger selon le niveau de connaissances orales d’une des langues officielles du canton de domicile :

-Débutant ou ne parle pas ;

-Intermédiaire ;

-Maternelle ou avancé.

Publications

Contact

Office fédéral de la statistique Section Démographie et migration
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/population/migration-integration/migration-internationale/conditions-arrivee.html