Expérience de la discrimination raciale

Tableaux

Définitions

La discrimination désigne toute pratique qui refuse certains droits à une personne, la traite de manière inéquitable ou intolérante, l'humilie, la menace ou la met en danger. La discrimination raciale renvoie à ces différentes pratiques faites au nom de particularités physiques de la personne discriminée (comme la couleur de peau), au nom de son appartenance ethnique, son appartenance religieuse, ou encore au nom de sa culture ou sa nationalité. On entend par racisme une idéologie qui classe les personnes dans des groupes, sur la base de différences réelles ou imaginaires (ethnie, nationalité, religion, etc.) jugées immuables. Les tenants du racisme prétextent l’appartenance des personnes à un groupe en leur attribuant une origine pseudo-biologique ou culturelle commune. Les tenants du racisme valorisent les différences - réelles ou imaginaires - pour justifier des inégalités entre des groupes ou encore des privilèges.

Dans le contexte de l’intégration de la population issue de la migration, seuls les cas liés à la nationalité, la religion, l'origine ethnique, la couleur de peau ou d’autres signes corporels distinctifs ont été retenus.

Le nombre de personnes ayant fait l’expérience de la discrimination raciale les 5 années précédant l’enquête a été divisé par le nombre de personnes du sous-groupe de population selon le sexe, l'âge, la nationalité, le lieu de naissance, le niveau de formation, les régions linguistiques et le degré d'urbanisation. L’indicateur est exprimé en %.

Une victime pouvait indiquer plusieurs situations où elle a vécu un acte de discrimination raciale. De ce fait, on a répertorié le taux de fréquence d’apparition d’un type de situation par rapport à l’ensemble des situations :


- Dans la catégorie « situations socio-professionnelles ou économiques », on répertorie les cas vécus lors de la recherche d'un logement, lors de la recherche d'un emploi ou lors de la candidature pour un emploi ou une place d'apprentissage, à l'école, pendant les études supérieures, dans la vie professionnelle au quotidien (collègues de travail, supérieurs).
- Dans la catégorie « institutions publiques et étatiques », on a répertorié les actes expérimentés dans l'administration publique, le domaine/milieu de la santé, la police ou à l'armée et à l’aide sociale.
- Dans le type de situation « interactions sociales», on a regroupé les cas vécus dans un espace public (par exemple dans le train), lors de l'accès à un restaurant, un club ou une discothèque, loisirs, sport, associations.
- Dans le type de situation « Sphère familiale, privée », on a regroupé les cas vécus en famille ou lors de conversations/ discussions.
- Enfin, lorsqu'aucune situation n’était mentionnée ou qu'aucune réponse n'était donnée, l'acte discriminatoire ou raciste était codé comme « Autres situations ».

Méthodologie

Les résultats ponctuels pour les années cumulées 2010, 2012, 2014 présentés ici proviennent du projet pilote du SG-DFI « Enquête Vivre ensemble en Suisse ».

Les résultats pour l'année 2016 présentés ici proviennent de l'Enquête sur le vivre ensemble en Suisse (VeS-2016), réalisée par l'OFS.

Vous pouvez accéder aux indicateurs depuis l'une des approches suivantes

Tous les indicateurs

Quelques 68 indicateurs décrivent la situation actuelle et l'évolution de l’intégration de la population issue de la migration et/ou des étrangers en Suisse dans onze domaines de la vie en société.

Indicateurs clés

33 indicateurs-clés illustrent de manière condensée les progrès accomplis sur le chemin de l’intégration et l’état de l’intégration de la population issue de la migration ou, à défaut, la population selon la nationalité combinée, si la variable existe, avec le pays de naissance.

Contact

Office fédéral de la statistique Section Démographie et migration
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/population/migration-integration/indicateurs-integration/indicateurs/experience.html