Communiqué de presse

Evolution de la population 2017: résultats provisoires Net recul de l'accroissement démographique en 2017

Neuchâtel, 6 avril 2018 (OFS) - A fin 2017, la population de la Suisse a atteint 8 482 200 habitants, soit 62 600 personnes (+0,7%) de plus par rapport à 2016. En repassant sous la barre de 1%, cette croissance est nettement moins importante que celles enregistrées de 2007 à 2016. Elle est comparable à celles du début des années 2000. La population étrangère progresse moins rapidement que les années précédentes. Le solde migratoire continue de baisser. Tels sont les résultats provisoires de la statistique de la population et des ménages de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Tous les cantons voient leur population augmenter, exception faite de Neuchâtel et du Tessin. Ce dernier affiche un excédent de décès et de départs vers d'autres cantons. La diminution de population dans le canton de Neuchâtel découle, pour sa part, d'un excédent de départs vers d'autres cantons. Zoug enregistre l'accroissement de population le plus important, soit 1,2% de plus que l'année précédente.

Facteurs de croissance démographique

Au niveau suisse, deux facteurs expliquent la croissance démographique, d'une part le solde migratoire international et d'autre part l'accroissement naturel. Au niveau cantonal, les migrations intercantonales jouent également un rôle prépondérant dans la croissance ou la décroissance de la population.

Le flux migratoire international comporte aussi bien des arrivées et des départs de Suisses que de personnes étrangères. En 2017, la Suisse a enregistré 172 500 immigrations, soit une diminution de 10% par rapport à 2016, dont 23 900 arrivées de Suisses et 148 600 de ressortissants étrangers. Le nombre des émigrations s'élève à 121 200, soit une progression de 0,4% par rapport à 2016. Cette valeur se décompose en 31 900 départs de Suisses et 89 300 de ressortissants étrangers. Le solde migratoire qui en résulte est en diminution marquée (-28%). Il s'élève à 51 400, soit la valeur la plus faible depuis 2006. Argovie et Genève sont les cantons qui présentent les soldes migratoires - international et interne - les plus importants par rapport à leur population. On observe un excédent de départs au Tessin et à Neuchâtel.

L'accroissement naturel de la population, c'est-à-dire la différence entre les naissances et les décès, se caractérise aussi par une baisse importante. En raison du plus grand nombre de décès et du recul des naissances, l'accroissement naturel diminue et s'établit provisoirement à 18 400, soit 19,7% de moins qu'en 2016. De fait, il ne contribue que de façon moindre à la croissance démographique. Fribourg est le canton qui présente le plus fort accroissement naturel. Le Tessin affiche l'excédent de décès le plus important.

Population suisse et étrangère

La population suisse et celle de nationalité étrangère continuent de croître, la première moins rapidement que la deuxième. En effet, on dénombre 38 600 Suisses de plus qu'en 2016, soit 0,6% de plus que l'année précédente. Leur nombre s'établit à 6 357 000 à fin 2017. La population résidante permanente étrangère s'accroît de 24 000 personnes, soit 1,1% de plus qu'en 2016, pour s'établir à 2 125 100 personnes. Ce taux d'accroissement est nettement plus bas que ceux des années précédentes qui dépassaient 2,5% dans les années 2015-2016, voire 3% dans les années 2012-2014.

En général, la population suisse se compose de plus de femmes que d'hommes. Au niveau national, on recense 100 femmes pour 94 hommes. Seuls les cantons d'Appenzell Rhodes-Intérieures, Nidwald, Schwyz et Uri comptent plus de Suisses que de Suissesses (respectivement 104, 102, 102 et 101 hommes pour 100 femmes). La population étrangère est à dominante masculine, quel que soit le canton observé. Uri affiche le plus grand rapport de masculinité et Genève le plus faible (respectivement 130 et 105).

La structure par âge de la population montre que les Suisses sont plus âgés que les étrangers. En effet, la part de personnes de 65 ans ou plus est plus importante que celle des jeunes (0-19 ans) dans la population suisse, à savoir 21,7% contre 19,9%. Dans la population étrangère, la proportion de seniors s'élève à 8%, alors que celle des jeunes se monte à 20,4%. Ces parts de personnes plus ou moins âgées ont leur influence dans le calcul de l'âge moyen, celui des Suisses avoisinant 44 ans et celui des étrangers 37 ans. C'est à Bâle-Ville que l'âge moyen des Suisses est le plus élevé et à Fribourg qu'il est le plus bas. Les étrangers dont l'âge moyen est le plus élevé se trouvent au Tessin, ceux dont l'âge moyen est le plus bas résident à Fribourg.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

Net recul de l'accroissement démographique en 2017
(PDF, 9 pages, 197 kB)


Autres langues


Documents associés

Evolution de la population 2017: résultats provisoires


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/population.assetdetail.4782548.html