Communiqué de presse

Premiers résultats de l’Enquête sur la langue, la religion et la culture 2014, partie langue

Une Suisse polyglotte


Neuchâtel, 05.10.2016 (OFS) - Que ce soit pour communiquer avec ses proches ou au travail, ou simplement pour regarder la télévision ou surfer sur Internet, près de deux tiers (64%) de la population de la Suisse utilisent au moins une fois par semaine plus d'une langue. 38% en pratiquent deux, et un quart (26%) trois ou plus. Derrière l'allemand, le suisse-allemand et le français, l'anglais vient en quatrième position des langues utilisées régulièrement. Ce sont les principaux résultats sur les pratiques linguistiques tirés de l'Enquête sur la langue, la religion et la culture réalisée par l'Office fédéral de la statistique (OFS) en 2014.

Près de quatre personnes sur dix (38%) âgées de 15 ans ou plus recourent à deux langues, au moins une fois par semaine, que ce soit pour parler, écrire, ou simplement écouter ou lire, une sur cinq (19%) à trois langues, et 7% à quatre langues ou plus. A l'inverse, un bon tiers seulement (36%) de la population n'utilise régulièrement qu'une seule langue. Les personnes dotées d'une formation tertiaire (76%), les 15-24 ans (79%) et les personnes actives (72%) sont proportionnellement les plus nombreuses à recourir à plusieurs langues régulièrement, tout comme les immigrants de deuxième génération ou plus (84%).

Vitalité des langues nationales et des dialectes

Les trois langues nationales majoritaires sont utilisées régulièrement par quasi tous les résidents des régions linguistiques respectives ; l'allemand l'est à 97% en Suisse alémanique, le français à 98% en Suisse romande et l'italien à 99% en Suisse italienne. Les dialectes sont également bien représentés au sein de leur espace traditionnel, puisqu'on note que 87% de la population vivant en Suisse alémanique recourt au suisse-allemand au moins une fois par semaine et que 32% des personnes vivant en Suisse italienne ont déclaré utiliser aussi fréquemment le tessinois ou le dialecte italo-grison. Quant à leur pratique au-delà de leurs frontières linguistiques, une personne sur cinq vivant en Suisse alémanique utilise régulièrement le français (20%) et un peu plus d'une sur dix (12%) l'italien. Ces parts sont les mêmes pour les personnes vivant en Suisse romande concernant l'allemand (19%) et l'italien (11%). Par contre, seules 6% de ces dernières déclarent utiliser le suisse-allemand au moins une fois par semaine. La Suisse italienne, de par sa position linguistique minoritaire se distingue par un usage plus fréquent des langues nationales non locales ; la population qui y réside recourt plus souvent au français (28%), à l'allemand (34%) et même au suisse-allemand (12%) que dans les autres régions linguistiques. Quant au romanche, 77% des résidents de la région romanchophone y ont recours. Les utilisateurs des dialectes romanches ont très majoritairement aussi recours à l'allemand et au suisse-allemand (88%).

L'anglais, bien répandu aussi en Suisse

Avec son statut particulier de langue internationale, l'anglais apparaît comme une langue largement utilisée, et ce autant en Suisse alémanique (43% d'utilisateurs réguliers) qu'en Suisse romande (38%) et en Suisse italienne (30%). Elle arrive même avant le français et l'italien en Suisse alémanique et l'allemand et l'italien en Suisse romande. Ce n'est qu'en Suisse italienne que cette langue est moins souvent déclarée en usage régulier que les autres langues nationales majoritaires. Quelle que soit la région linguistique, les utilisateurs réguliers se trouvent notamment parmi les jeunes (63% parmi les 15-24 ans) et les personnes au bénéfice d'un diplôme du tertiaire (62%). La fréquence de son utilisation n'implique toutefois pas que l'anglais supplante les autres langues nationales hors de leurs frontières linguistiques, puisque l'utilisation peut se limiter à la lecture ou à l'écoute passive au moins une fois par semaine, ce qui est souvent le cas dans la consommation de nouveaux médias (Internet, musique) et dans certains types de métiers.

Les autres langues non nationales sont liées à l'immigration

Après l'italien, qui est à la fois une langue nationale et une langue de la migration, les langues étrangères les plus répandues en Suisse sont l'espagnol (6%), le portugais (5%) et les langues des pays balkaniques que sont le bosniaque, le croate, le monténégrin et le serbe, regroupés sous l'abréviation BCMS (3%). La Suisse romande accueille les plus grandes parts d'utilisateurs de l'espagnol (8% en Suisse romande contre 5% en Suisse italienne et autant en Suisse alémanique) et du portugais (12% contre respectivement 4% et 2%) et la Suisse alémanique et italienne celle du BCMS (3% à chaque fois contre 1% en Suisse romande). Le profil des utilisateurs réguliers de ces langues correspond à la structure démographique des groupes de personnes originaires (elles-mêmes ou leurs parents ou grands-parents) des pays où elles sont parlées. La plus grande part d'utilisateurs réguliers de ces langues se trouve parmi les personnes âgées de 25 à 54 ans : 7% de la population résidant en Suisse recourent régulièrement respectivement à l'espagnol et au portugais et 8% au BCMS. Ces personnes sont proportionnellement plus nombreuses parmi les personnes sans formation post-obligatoire (6% pour l'espagnol, 14% pour le portugais et 4% pour le BCMS). L'espagnol est toutefois aussi bien répandu par les personnes dotées d'une formation tertiaire (7%).

Une personne sur cinq apprend une langue

Parmi les personnes âgées de 25 ans ou plus, l'apprentissage d'une langue se fait avant tout pour s'intégrer au marché du travail. Ce sont en effet surtout les 25-39 ans (24%) et les personnes au chômage au sens du BIT (27%) qui apprennent ou améliorent une langue. Les personnes au bénéfice d'une formation tertiaire comprennent également une part relativement élevée (26%) d'apprenants. L'anglais est la langue la plus souvent apprise quelle que soit la région linguistique (parmi les apprenants, 35% citent cette langue), loin devant le français (15%), l'allemand (13%) et l'italien (11%). Si les raisons professionnelles sont les premières évoquées dans l'apprentissage de l'allemand (43% des apprenants les ont évoquées), du français (43%) et de l'anglais (39%), l'utilisation en vacances ou en voyage viennent en premier pour l'italien (30%) et l'espagnol (44%).


 

Télécharger communiqué de presse

Premiers résultats de l’Enquête sur la langue, la religion et la culture 2014, partie langue
(PDF, 5 pages, 296 kB)


Autres langues


Documents associés

Domaine langue: Premiers résultats de l'enquête sur la langue, la religion et la culture 2014


https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/population.assetdetail.1000402.html