Indicateur d'environnement – Utilisation d'énergie

D’un point de vue environnemental, la consommation totale d’énergie (consommation brute d’énergie) importe plus que la quantité d’énergie effectivement utilisée, qui tient compte des pertes de transformation et de distribution (consommation finale d’énergie). L’utilisation d’énergie présentée dans les deux graphiques correspond à la consommation brute d’énergie moins le solde importateur/exportateur d’électricité. Ce solde peut être positif ou négatif selon l’année. En 2018, la Suisse a exporté plus d'électricité qu'elle n'en a importé. Par conséquent, l'utilisation d'énergie dépassait la consommation brute, en l'occurrence d’environ 0,5%. L’utilisation d’énergie et la consommation brute ne tiennent toutefois pas compte des pertes de transformation et de distribution, qui peuvent varier fortement selon les agents énergétiques: on admet qu’il n’y a pas de pertes, par exemple, dans la production d’électricité hydraulique, alors qu’environ les deux tiers de l’énergie issue de la transformation de combustible nucléaire se perdent sous forme de chaleur.

En 2018, 75% de l’énergie utilisée en Suisse provenait de l’étranger. À court terme, la consommation d’énergie dépend de la situation conjoncturelle et des conditions météorologiques. A plus long terme, elle dépend principalement de l’évolution démographique et économique, des progrès technologiques et de l’évolution des modes de vie. Depuis 1990, la consommation brute d’énergie s’est accrue de 8%. Elle s’élevait en 2018 à quelque 1,1 million de térajoules. Elle provenait à raison de 51% des énergies fossiles.

Si l’on déduit les pertes de transformation et de distribution, on obtient la consommation finale d‘énergie. Celle-ci atteignait environ 830‘880 térajoules en 2018, les transports étant avec 38% le principal secteur de consommation, devant les ménages (27%), l’industrie (18%) et les services (16%). 

Tableaux

Méthodologie

Cet indicateur présente la consommation totale d’énergie de la Suisse. Les autres énergies renouvelables, relevées à partir de 1990, comprennent l’énergie solaire, l’énergie éolienne, le biogaz, les biocarburants et la chaleur de l’environnement. Les données proviennent de la statistique globale suisse de l’énergie, publiée chaque année par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN).

Définitions

Liens


Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/espace-environnement/indicateurs-environnement/tous-les-indicateurs/utilisation-ressources-naturelles/utilisation-energie.html