Indicateur d'environnement – Appréciation de la dangerosité

En 2023, la perte de biodiversité, les changements climatiques et la pénurie d’eau arrivaient en tête des dangers ressentis, respectivement 49%, 48% et 47% de la population les jugeant très dangereux pour l’être humain et l’environnement. Les avis ont évolué depuis la dernière enquête, en particulier pour ce qui est des centrales nucléaires: la part des personnes qui les considèrent très dangereuses pour l’être humain et l’environnement a diminué, passant de 41% en 2019 à 26% en 2023. Durant cette période, l’appréciation de la dangerosité a aussi nettement baissé en ce qui concerne les pesticides (de 53% à 43%), le génie génétique dans la fabrication d’aliments (de 36% à 29%) et les antennes de téléphonie mobile (de 18% à 14%).

Tableaux

Méthodologie

L’indicateur montre la part de la population résidante de la Suisse âgée de 15 à 74 ans qui estime certaines technologies ou certains changements environnementaux très dangereux ou plutôt dangereux pour l'être humain et l'environnement. Ces données proviennent des enquêtes Omnibus réalisées par l’Office fédéral de la statistique (OFS) en 2011, 2015, 2019 et 2023. Il s’agit d’enquêtes multithématiques, faisant partie du recensement de la population.

Liens

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/espace-environnement/indicateurs-environnement/tous-les-indicateurs/effets-sur-la-societe/appreciation-dangerosite.html