Émissions dans l'air

Les comptes des émissions dans l’air enregistrent les émissions dans l’air par branche économique - selon les mêmes principes que dans les Comptes nationaux (CN). Cela permet d'établir un lien cohérent entre les données économiques et les données environnementales, mais entraîne des écarts par rapport aux statistiques des émissions de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) (voir les notes méthodologiques ci-dessous).

Informations supplémentaires

Tableaux

Données

Publications

Méthodologie

Les données des comptes des émissions dans l’air (AEA pour Air Emissions Accounts) font partie de la comptabilité environnementale produite par l’Office fédéral de la statistique. La méthodologie a été développée par Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne, sur la base du System of Environmental-Economic Accounting (SEEA) de l’ONU.

Les AEA sont une statistique de synthèse basée sur différentes sources de données. L’inventaire des gaz à effet de serre de la Suisse selon le Protocole de Kyoto et l’inventaire des gaz polluants de la convention CEE-ONU sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance (CLRTAP) de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) sont les sources principales.

Les ajustements effectués pour garantir leur cohérence avec les données des Comptes nationaux (CN) font que les résultats divergent de ceux de la loi sur le CO2, de l’inventaire des gaz à effet de serre de la Suisse ou de l’inventaire des gaz polluants (CLRTAP). Ces divergences découlent notamment du fait que les AEA comptabilisent toutes les émissions générées par les activités économiques, y compris celles issues de la combustion de biomasse et du trafic aérien international. De plus, les émissions générées à l’étranger par les entreprises et les ménages résidant en Suisse sont incluses, tandis que celles générées en Suisse par des entreprises et des ménages n’y résidant pas sont exclues. Les émissions résultant de la production de biens importés sont uniquement incluses dans l’empreinte de gaz à effet de serre (voir ci-dessous), mais pas dans les comptes des émissions dans l’air. N'étant pas un acteur économique au sens des CN, les émissions de la nature et les absorptions par celle-ci sont exclues.

Les émissions de gaz à effet de serre autres que le CO2 sont converties en équivalents CO2 en fonction de leur potentiel de réchauffement global (PRG). Par exemple, un kg de CH4 correspond à 25 kg de CO2 et 1 kg de N2O à 298 kg de CO2.

Les résultats sont présentés selon les branches économiques du compte de production des CN en respectant le concept d'entreprise. Des résultats par produit (branches homogènes) sont disponibles sur demande.

L'empreinte gaz à effet de serre est une grandeur qui doit être modélisée. Plusieurs méthodes de modélisation existent: les résultats ici présentés s’appuient sur les comptes des émissions dans l'air, sur les tableaux entrées-sorties (TES) des comptes nationaux et sur une pondération des émissions importées. Cette pondération tient compte de l'intensité CO2 du lieu d'origine des importations. L'intensité des émissions de gaz à effet de serre des exportations de l'UE a été pondérée d'après le rapport entre les émissions totales de CO2 et le produit intérieur brut (PIB) de la région concernée.

Liens

Bases statistiques et enquêtes

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/espace-environnement/comptabilite-environnementale/emissions-air.html