Dépenses d'éducation

Investir dans l’éducation peut potentiellement permettre de promouvoir la croissance économique, d’accroître la productivité, de favoriser l’épanouissement personnel et de renforcer la cohésion sociale. Le financement du secteur de l’éducation constitue donc un des choix sociétaux fondamentaux opérés par les pouvoirs publics, de même que les chefs d’entreprises, les élèves et étudiants et leur famille.

Tableaux


Méthodologie

Méthode de calcul

Cet indicateur présente l’effort financier des pouvoirs publics en faveur de l’éducation. Celui-ci est appréhendé au moyen de deux indices :

  • La part des dépenses publiques allouées à l’éducation exprimées en pourcent du produit intérieur brut, soit la part des dépenses d’éducation à la somme des biens et services produits dans une économie et évalués aux prix du marché.
  • La part des dépenses publiques d’éducation exprimées en pourcent des dépenses publiques totales reflètela priorité accordée au secteur de l’éducation par rapport aux autres secteurs avec lesquels il est en concurrence pour l’obtention d’un financement public.

Les dépenses publiques d’éducation sont exprimées en pourcent du produit intérieur brut et en pourcent des dépenses publiques totales de l’année de référence. Les dépenses publiques consacrées à la recherche sont incluses dans la statistique des dépenses publiques d’éducation.

Autres caractéristiques de l’indicateur

Les données des dépenses publiques d’éducation sont extraites de la statistique financière et transmises chaque année par l’Administration fédérale des finances à l’Office fédéral de la statistique (OFS) à des fins d’analyse.

Les résultats présentés sont consolidés, c’est-à-dire que les comptes de différentes unités ont été regroupés en soustrayant les transferts «internes» entre les unités à consolider pour obtenir une clôture globale agrégée. Lorsque, par exemple, les communes d’un canton constituent une unité, tous les transferts entre ces communes sont déduits. On s’assure ainsi que les dépenses consolidées ne sont pas surévaluées en raison de ces transferts « internes » (dits doubles comptages).

Les dépenses de personnel, de biens et services et d'exploitation extraordinaires sont exclues.

Les données de 1990 à 1994 du PIB proviennent du Secrétariat à l’économie (SECO).

Rupture de série

1995 : Révision du PIB

Périodicité

Annuelle

Prochaine actualisation

Janvier 2019

Définitions

Liens

Publications

Sources

Vous pouvez accéder aux indicateurs depuis l'une des approches suivantes

Contact

Office fédéral de la statistique Section Système de formation
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 483 93 66

Du lundi au vendredi
09h00 à 12h00 et 13h30 à 16h30

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/education-science/indicateurs-formation/indicators/depenses-education.html