MONET – Taux de chômage au sens du BIT


Signification de l'indicateur

La population doit disposer d’une certaine marge de manœuvre pour assurer la couverture des besoins matériels et immatériels qui vont au-delà des besoins existentiels (principe 2a). Le système économique doit permettre aux personnes qui souhaitent exercer une activité professionnelle de trouver un travail valorisant qui leur permette de subvenir à leurs besoins (principes 2c et 13). Or, dans les pays développés, le chômage est l'une des principales causes de la précarité. Par ailleurs, un chômage élevé pourrait être un facteur d'instabilité sociale. Il importe donc que le système économique évolue à un rythme tel que la paix sociale ne soit pas menacée (principe 11b). Une diminution du taux de chômage est ainsi une évolution positive au sens du développement durable.

L’indicateur présente la part de chômeur au sens du Bureau International du Travail (BIT) dans la population active.

Lien avec les principes du développement durable : 2a Satisfaction des besoins, 2c Lutte contre la pauvreté, 11b Rapidité des changements ne mettant pas en péril la paix sociale, 13 Emploi valorisant et permettant de gagner sa vie.

Commentaire

Après la Seconde Guerre mondiale, la Suisse a longtemps bénéficié d'un niveau de chômage particulièrement bas (généralement en dessous de 1%). L’augmentation constatée dans les années 1990 est due à une période de récession ainsi qu’à des modifications du marché de l’emploi. En effet, les fluctuations de ce dernier n'ont plus été compensées, comme auparavant, par l'admission et le renvoi de travailleurs étrangers. Le taux de chômage au sens du BIT a atteint 4,1% en 1997 puis est redescendu, grâce à une conjoncture favorable, à 2,5% en 2001. Le taux de chômage au sens du BIT a ensuite augmenté pour atteindre 4,4% en 2005 puis a fluctué autour de 4% jusqu’en 2018.

Le taux de sous-emploi, c’est-à-dire la part des personnes actives occupées qui ont une durée de travail inférieure à la normale mais qui souhaiteraient et seraient disponibles pour travailler plus, s’élève à 7,3% en 2018. Additionné au taux de chômage au sens du BIT, il fournit la part de personnes actives touchées par un manque de travail. Aussi bien le taux de chômage au sens du BIT que le taux de sous-emploi sont plus élevés chez les femmes que chez les hommes.

En comparaison avec les pays de l’Union européenne, la Suisse a l’un des taux de chômage au sens du BIT les plus faibles d’Europe.

Synthèse


Tableaux

Méthodologie

Cet indicateur présente la proportion de chômeurs au sens du BIT dans la population active (actifs occupés et chômeurs au sens du BIT) de 15 ans ou plus. Les données proviennent de l'Enquête suisse sur la population active (ESPA) de l'Office fédéral de la statistique.

Comparaison internationale

L’indicateur taux de chômage au sens du BIT est comparable internationalement. Il est utilisé dans le système d'indicateurs de développement durable d’Eurostat (Total unemployment rate).

Définitions

Chômeurs au sens du BIT (BIT = Bureau international du Travail)
Sont considérées comme chômeurs au sens du BIT les personnes âgées de 15 à 74 ans

  • qui n’étaient pas actives occupées au cours de la semaine de référence,
  • qui ont cherché activement un emploi au cours des quatre semaines précédentes et
  • qui étaient disponibles pour travailler.

Cette définition est conforme aux recommandations du Bureau international du Travail et de l’OCDE et à la définition d’EUROSTAT.

Personnes actives
Sont considérées comme actives les personnes actives occupées et les chômeurs au sens du BIT. Les actifs occupés comprennent les personnes d’au moins 15 ans révolus qui, au cours de la semaine de référence, ont travaillé au moins une heure contre rémunération ou qui, bien que temporairement absentes de leur travail (absence pour cause de maladie, de vacances, de congé de maternité, de service militaire, etc.), avaient un emploi en tant que salarié ou indépendant ou qui ont travaillé dans l’entreprise familiale sans être rémunérées. Les chômeurs au sens du BIT sont les personnes âgées de 15 à 74 ans qui n’étaient pas actives occupées au cours de la semaine de référence, qui ont cherché activement un emploi au cours des quatre semaines précédentes et qui étaient disponibles pour travailler.

Personnes en sous-emploi
Sont considérées comme étant en sous-emploi les personnes actives occupées

  • qui présentent une durée normale de travail inférieure aux 90% de la durée normale de travail dans les entreprises (cf. définition des heures normales de travail) et
  • qui souhaitent travailler davantage et
  • qui sont disponibles pour prendre dans les trois mois qui suivent un travail impliquant un taux d’occupation plus élevé.

Sources

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/developpement-durable/monet/tous-selon-themes/travail/taux-chomage.html