MONET – Taux de récupération des déchets


Signification de l'indicateur

Dans une optique de développement durable, les ressources naturelles doivent être utilisées parcimonieusement (principes 16a et 16b). De ce fait, la production et la consommation de biens et de services doivent être compatibles à l’environnement (principes 12a et 12b). Les collectes sélectives permettent de valoriser les déchets et de traiter séparément ceux contenant des composants toxiques. Pour aller dans le sens du développement durable, le taux de récupération des déchets doit donc augmenter.

L'indicateur illustre la part des déchets urbains collectée séparément dans le total des déchets urbains produits.

Lien avec les principes du développement durable : 12a Production compatible avec l'environnement, 12b Consommation sociale et compatible avec l'environnement, 16a Limitation de l'utilisation des ressources renouvelables, 16b Limitation de l'utilisation des ressources non renouvelables, 17a Limitation des déchets biodégradables et des polluants, 17b Arrêt des émissions de polluants non biodégradables.

Commentaire

Le taux de récupération séparée des déchets urbains a augmenté régulièrement depuis 1980. Depuis 2005, il se situe autour de 50%, ce qui représente entre 2,5 et 3,2 millions de tonnes de déchets par année. L'introduction progressive de réseaux de collectes sélectives, puis de différentes taxes d'incitation, a permis d’améliorer la valorisation des déchets. En 2016, la quantité de déchets urbains récupérés s'élevait à 376kg par personne.

Le taux de récupération varie d’un type de déchet à l’autre. Pour le verre, il s’élève à 96%, ce qui ne laisse que peu de marge de progression. Il peut par contre être amélioré pour d’autres produits, comme le papier et le carton (81%), les canettes d’aluminium (90%), le PET (82%) ou les piles (68%).

Cet indicateur ne renseigne pas sur la quantité absolue de déchets recyclés ou sur la qualité du recyclage et des conséquences de ce dernier. En effet, tout recyclage nécessite un apport en énergie, produit des émissions ou de nouveaux déchets. De plus, le recyclage conduit, dans certains cas, à une perte de qualité de la matière recyclée (downcycling).

Synthèse


Tableaux

Méthodologie

Cet indicateur présente la part des déchets récupérés séparément par rapport à la quantité totale de déchets urbains produits.
Les données proviennent d'organismes privés du domaine du recyclage et sont publiées par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Certaines données proviennent d’enquêtes, d'autres résultent d'extrapolations basées sur des échantillons. Elles englobent par ailleurs dans certains cas les déchets de production (notamment dans le cas du verre).

Diverses ordonnances régissent la restitution, la reprise, les taxes de recyclage des produits et les taux de recyclage visés (p.ex. l’Ordonnance sur les emballages pour boissons (OEB)).

Comparaison internationale

-

Définitions

Déchets urbains
Les déchets urbains, regroupent les ordures ménagères et autres déchets de composition analogue issus de l'industrie ou de l'artisanat.

Taux de récupération des déchets
Part des déchets récupérés séparément par rapport à la quantité totale de déchets produits. Les déchets récupérés sont des déchets de ménage et ceux issus de l'artisanat récoltés séparément des déchets urbains pour un recyclage ultérieur. Il s'agit du verre, du papier et du carton, du PET, des canettes d'aluminium, de l'aluminium de ménage, des boîtes en fer blanc, de textiles, de piles, de déchets électroniques ou de matières végétales.

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/developpement-durable/monet/tous-selon-themes/production-consommation/taux-recuperation-dechets.html