MONET – Empreinte gaz à effet de serre


Signification de l'indicateur

Dans une optique de développement durable il faut prévenir les perturbations graves ou irréversibles, même en l'absence de certitude scientifique absolue à propos du risque encouru (principe 18c). L'effet de serre est un phénomène naturel en soi, mais dont l'équilibre est perturbé par les émissions de gaz à effet de serre induites par les activités humaines, notamment par le biais de la combustion de carburants et de combustibles fossiles, de la production agricole et de la déforestation. La consommation de biens et de services doit répondre à des critères d’équité et de respect de l’environnement (principe 12b). Dans une économie globalisée, il est nécessaire de tenir compte des émissions associées aux biens et aux services consommés, y compris celles qui interviennent hors du territoire national. L’empreinte gaz à effet de serre considère précisément cela. Une diminution de cette empreinte est donc positive pour le développement durable.

L’indicateur présente les émissions de gaz à effet de serre induites par la consommation de biens et services en Suisse.

Lien avec les principes du développement durable : 12b Consommation sociale et compatible avec l’environnement, 17a Limitation des déchets biodégradables et des polluants, 18c Précaution en cas d’incertitude.

Commentaire

L’empreinte gaz à effet de serre induite par la consommation de biens et services en Suisse a fluctué sur la période considérée. La composante indigène de cette empreinte a globalement diminué, passant de 46 millions de tonnes équivalent CO2 en 2000 à 42 millions de tonnes équivalent CO2 en 2016. La composante étrangère de l’empreinte est passée de 80 à 72 millions de tonnes équivalent CO2 sur la même période en connaissant d’importantes fluctuations. Ainsi, en 2016, près de deux tiers des émissions générées par la consommation suisse l’ont été hors des frontières.

Synthèse

Remarque : En raison de la variabilité des données, aucune tendance significative ne peut être dégagée.


Tableaux

Méthodologie

L’empreinte gaz à effet de serre est la quantité totale de gaz à effet de serre émis pour satisfaire la demande finale de biens et de services en Suisse. Ce chiffre tient compte des gaz émis sur le territoire suisse et de ceux émis à l’étranger pour produire des biens et des services destinés à la Suisse. L’empreinte tient compte des émissions directes des ménages, des émissions liées à la demande finale des ménages et du secteur public ainsi que des émissions liées à la formation brute de capital fixe.

L'empreinte gaz à effet de serre est une grandeur qui doit être modélisée. Les résultats présentés ici s’appuient sur les comptes des émissions dans l'air, sur les tableaux entrées-sorties (TES) des comptes nationaux et sur une pondération des émissions importées. Cette pondération tient compte de l'intensité CO2 du lieu d'origine des importations. L'intensité des émissions de gaz à effet de serre des exportations de l'UE a été pondérée d'après le rapport entre les émissions totales de CO2 et le produit intérieur brut (PIB) de la région concernée.

Les gaz à effet de serre pris en compte sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O) et les gaz synthétiques (HFC, PFC, SF6, NF3) en équivalents CO2.

Comparaison internationale

Les émissions liées aux importations et aux exportations ne peuvent pas être mesurées directement et doivent donc être modélisées. Il existe au niveau international plusieurs approches statistiques pour estimer ces flux. Ceci limite donc les comparaisons internationales.

Sources

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/developpement-durable/monet/tous-selon-themes/energie-climat/empreinte-carbone.html