MONET – Jeunes quittant prématurément l’école selon le statut migratoire


Signification de l'indicateur

Un enjeu important du développement durable est que chaque individu ait les mêmes droits et les mêmes chances (principes 4a, b et c). L’origine d’une personne peut marquer ses chances de manière déterminante. Ainsi, la formation, les ressources financières ou le degré d’intégration des parents par exemple, influencent les performances scolaires des enfants et des jeunes, et par là leur avenir professionnel ainsi que leurs chances de développement dans la société. Un système éducatif durable doit viser à compenser ces conditions inégales et améliorer la réussite de tous les élèves.

L’indicateur présente la part de la population résidente permanente de 18 à 24 ans qui n’a pas de formation postobligatoire et qui ne suit pas d’autre formation, selon le statut migratoire.

Lien avec les principes du développement durable : 4b Egalité des chances et répartition équitable, 4c Intégration des défavorisés, 7a Développement du capital humain, 7c Encouragement de la capacité à apprendre.

Commentaire

Dans la population résidante de 18 à 24 ans, la part de jeunes ayant quitté l’école prématurément diffère sensiblement selon que l’on considère les personnes issues de la migration ou les personnes non issues de la migration. En 2016, 3,2% de ces derniers ont quitté l'école prématurément, contre 9,8% pour les jeunes issus de la migration. Par rapport à 2013, la part a diminué plus fortement chez les jeunes issus de la migration que chez ceux non issus de la migration. Un rapprochement entre les deux catégories a donc eu lieu.

Parmi les jeunes de 18 à 24 ans issus de la migration, ceux de première génération quittent plus souvent l’école prématurément que ceux de deuxième ou troisième génération.

Synthèse

Remarque: Calcul de la variation en % sur l'écart entre les jeunes issus de la migration et ceux non issus de la migration.


Tableaux

Méthodologie

L’indicateur présente la part de la population résidente permanente de 18 à 24 ans qui n’a pas de formation postobligatoire et qui ne suit pas d’autre formation, selon le statut migratoire. Les données proviennent de l'Enquête suisse sur la population active ESPA de l'Office fédéral de la statistique.  

Comparaison internationale

Cet indicateur figure parmi les indicateurs structurels de l’Union européenne (UE) et répond à un des objectifs de la Stratégie de Lisbonne de l’UE. Les données présentées ici ne correspondent toutefois pas exactement à la définition utilisée au niveau européen. De plus, la notion de statut migratoire ne se prête que dans une mesure limitée à des comparaisons internationales.

Définitions

Jeunes quittant prématurément l’école (définition nationale)
Les résultats de la Suisse sont calculés selon une définition élaborée par le projet Young Adults with Low Levels of Education (YALLE) de l’OCDE. Selon cette définition, les jeunes quittant prématurément l’école correspondent à la part de personnes de 18 à 24 ans qui répondent aux deux conditions suivantes: premièrement ils n’ont accompli au minimum que la scolarité obligatoire et deuxièmement ils ont déclaré n’avoir pas suivi de formation dans un cadre formel au cours de l’année précédant l’enquête.

Enseignement formel
L’enseignement formel correspond au système national de formation comprenant le système scolaire institutionnel, la formation professionnelle ainsi que la formation tertiaire.

Sources

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/developpement-durable/monet/tous-selon-themes/cohesion-sociale/jeunes-quittant-prematurement-ecole.html