MONET – Participation aux élections et aux votations populaires fédérales


Signification de l'indicateur

La participation de la population aux processus décisionnels sociaux, politiques et économiques est un élément central du développement durable (principe 5b). En Suisse, la population a diverses possibilités de participation institutionnelles et sociales. Pour prendre part aux décisions politiques, les personnes ayant droit peuvent voter et élire. L’intérêt et la participation des électeurs aux processus politiques favorisent l'acceptation des décisions politiques prises au sein de la société. Il convient, au sens du développement durable, de viser une hausse de la participation aux votations et aux élections.

L'indicateur présente le taux de participation aux élections au Conseil national et aux votations populaires fédérales. Il exprime dans quelle mesure les droits de participation politique au niveau national sont utilisés par la population suisse ayant le droit de vote et d'éligibilité.

Liens avec les principes du développement durable : 5b Participation sociale et politique.

Commentaire

La participation aux votations populaires fédérales a globalement augmenté entre 1971 et 2015. Durant cette période, elle est passée de 42,9% à 48,9% et est soumise à des fluctuations au fil du temps. En revanche, la participation aux élections au Conseil national a dans l'ensemble reculé depuis 1971. Le taux de participation avait atteint son niveau le plus bas en 1995 pour ensuite remonter. Il se situait à 48,5% lors des élections au Conseil national de 2015. Avant 1971, la participation aux votations et aux élections présentait une tendance à la baisse.

Entre 1971 et 2015, la participation aux votations populaires a presque toujours été plus basse que celle aux élections au Conseil national. Cette tendance peut s'expliquer entre autres par la fréquence assez élevée des votations populaires.  

Synthèse

Remarque: synthèse des évolutions observées des élections (E) et des votations (V). La variation de chaque variable est synthétisée à l’aide d’une valeur unique (-1 pour une évolution négative, 0 pour une évolution indifférente sans modification notable, +1 pour une évolution positive). Ces valeurs sont ensuite additionnées et le résultat détermine l’évolution générale pour cet indicateur.


Tableaux

Méthodologie

L'indicateur présente la participation aux élections au Conseil national et aux votations populaires fédérales. Pour les votations populaires fédérales, la participation a été calculée en prenant des valeurs moyennes de participation à des votations dans la période couvrant 2 ans avant les élections au Conseil national et 2 ans après ces dernières. Les données proviennent de la statistique des élections et des votations de l'Office fédéral de la statistique.  

Comparaison internationale

L'International Institute of Democracy and Electoral Assistance (IDEA), dont la Suisse est membre, collecte des données sur la participation électorale dans des pays du monde entier.La participation aux élections et aux votations tend à être plus faible en Suisse que dans d'autres pays démocratiques. Cela tient au fait que la population suisse est souvent appelée à voter et que les élections au Parlement fédéral représentent un enjeu moins important qu'ailleurs du fait de la concordance des partis au Conseil fédéral.

Définitions

Votations populaires (fédérales)
Lors des votations populaires, les citoyens peuvent être appelés à se prononcer soit sur des objets qui leur sont soumis en vertu du référendum obligatoire ou facultatif, soit sur une initiative populaire (éventuellement accompagnée d’un contre-projet de l’Assemblée fédérale).
Toute modification de la constitution doivent être approuvées en votation populaire (référendum constitutionnel obligatoire). Une modification de la constitution n’entre en vigueur que si elle reçoit la majorité du peuple et des cantons. Contrairement au référendum obligatoire, qui concerne les révisions constitutionnelles et qui requiert la majorité du peuple et des cantons, le référendum facultatif ne requiert que la majorité du peuple.
A la différence du référendum, qui ne donne aux citoyens la possibilité de se prononcer que sur des décisions déjà arrêtées par le Parlement ou le gouvernement, l’initiative constitutionnelle leur donne le droit de formuler eux-mêmes – en des termes généraux ou sous la forme d’un projet rédigé – une demande de révision de la constitution, laquelle doit ensuite être soumise au vote du souverain. Pour lancer une initiative constitutionnelle, il faut réunir les signatures de 100'000 citoyens (50'000 avant 1977) dans un délai de 18 mois. Comme l’initiative populaire vise à modifier la constitution, elle n’entre en vigueur que si elle est approuvée par le peuple et les cantons (article 139 de la constitution fédérale).

Taux de participation (élections)
Le taux de participation est obtenu en divisant le nombre de votants (soit les bulletins électoraux déposés) par le nombre d’électeurs. Sont considérés comme votants tous les électeurs qui ont glissé un bulletin dans l’urne, ce bulletin fût-il blanc ou nul.
Avec le grand essor du vote par correspondance à partir des années 1990, le nombre de votes nuls (par ex. signature manquante sur la carte de légitimation, timbre de contrôle manquant) a également augmenté. L’invalidité du vote n’est pas réglée de manière identique dans tous les cantons, car leurs dispositions de procédure en la matière peuvent différer. Le taux de participation n’est donc pas établi partout sur la même base.

Sources

Contact

Office fédéral de la statistique Section Environnement, développement durable, territoire
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/developpement-durable/monet/indicateurs/participation-elections-votations-populaires-federales.html