Utilisation des TIC dans les entreprises

Cet indicateur met en évidence l’utilisation des TIC par les employés au sein des entreprises. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont devenues des outils indispensables dans la plupart des branches économiques et ont modifié
profondément l’organisation du travail.

Cet indicateur est présenté selon les dimensions suivantes:

Tableaux

Méthodologie

Méthodologie et remarques

Enquête du KOF sur l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les entreprises suisses

Après les enquêtes de 2000 et 2002, le Centre de recherches conjoncturelles de l’EPF de Zurich (KOF) a reconduit en 2005 son enquête auprès de son panel d’entreprises afin d’évaluer l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC). Dès 2008, le KOF a intégré les questions relatives aux TIC dans une enquête sur l’innovation menée pour le SECO (secrétariat d’Etat à l’Economie, cf. ci-dessous).
L’enquête de 2008 s’est faite auprès d’un échantillon stratifié non proportionnel par branche économique et taille de l’entreprise (univers de base: entreprises du secteur privé implantées en Suisse et comptant 5 employés au minimum selon le recensement des entreprises de l’OFS de 2001), soit auprès de 5937 entreprises (après déduction de celles ayant entre-temps cessé leurs activités); sur ce nombre, 2141 ont fourni des réponses exploitables (taux de réponse: 36.1%).

L’enquête 2011 a été conduite sur la base du panel d’entreprises du KOF. Celui-ci constitue un échantillon stratifié non proportionnel selon une répartition en 34 branches (basée sur la nomenclature NOGA 2008) et selon trois classes de taille, des secteurs de l’industrie, de la construction et des services. L’univers est constitué des entreprises de 5 employés au moins du recensement des entreprises de 2008. L’enquête a été adressée à un échantillon de 6591 entreprises (industrie : 2990 entreprises ; construction 618 ; secteur des services 2983 entreprises). 4258 de ces firmes avaient déjà participé aux études antérieures du KOF tandis que 2333, soit un bon tiers, étaient interrogées pour la première fois.
2362 questionnaires utilisables ont été reçus, soit un taux de réponse de 35,9%. Ce taux de réponse, étant donné la longueur et la complexité du questionnaire, peut être considéré comme bon.

L'enquête sur l'innovation 2015 a été réalisée, comme en 2011, sur la base d'un échantillon aléatoire stratifié d'entreprises suisses comptant au moins 5 employés tiré dans 34 branches (conformément à la NOGA 2008) et trois classes de taille. 5908 entreprises ont été invitées à y participer (industrie : 2730 ; construction : 558 ; services : 2620), Au total, 1777 questionnaires complétés ont pu être exploités, ce qui correspond à un taux de réponse de 30,0%.

Le secteur industriel a été subdivisé en deux sous-secteurs:
a) « hightech », l’industrie de haute technologie, qui comprend les branches (Noga2008) : chimie (NOGA 19, 20), pharmacie (21), matières plastiques (22), fabrication de machines (28) fabrication de moyens de transport (29, 30), électrotechnique (27), électronique/instruments (261, 262, 263, 264, 2651, 266, 267, 268), réparation (33), technique médicale (325).
b) « lowtech », toutes les autres branches de l’industriel

Dans le tertiaire, la distinction est faite entre les branches (NOGA 2008)
a) «modernes», soit les banques/assurances (64, 65, 66), les télécommunications (53, 61), les médias (58, 59, 60), les technologies de l’information (62, 63), les entreprises de services techniques et de recherche & développement (71, 72), les entreprises de services non techniques ((69, 70, 73, 74, 78, 80, 82).
b) « traditionnelles » : toutes les autres branches des services se rangent dans les servicestraditionnels.

Pour la comparaison internationale, les résultats pour la Suisse ont été adaptés en tenant compte des modes de calculs légèrement différents entre le KOF et Eurostat. On remarquera en particulier, dans ce contexte, que les entreprises comptant de 5 à 9 employés n’ont pas été retenues dans les enquêtes européennes, ce qui a pour effet de relever les valeurs relatives à la diffusion des TIC, et que le mode de pondération des résultats diffère aussi.

Dans les études du KOF, les technologies suivantes ont été prises en compte:
• Assistant numérique personnel (organizer, PDA, etc.)
• Courrier électronique (e-mail interne ou externe)
• EDI (échanges électroniques de données sous une forme structurée)
• Extranet (élargissement de l'Intranet, permettant aux utilisateurs externes d'accéder à une partie de ce dernier.)
• Homepage (site internet propre)
• Internet (réseaux d'ordinateurs (WWW, etc.) gérés par un protocole Internet. Les téléphones portables capables d'accéder à Internet ainsi que les échanges électroniques de données (EDI) via Internet en font également partie.)
• Intranet (réseau interne à l'entreprise, reposant sur la technique Internet.)
• LAN (Local Area Network: Ordinateurs ou appareils de télécommunication reliés entre eux dans un périmètre géographique très restreint (par ex. l'intérieur d'un bâtiment))
• Laptop
• Ordinateur personnel (PC), postes de travail, terminaux
• Technologie à large bande
• WLAN (Wireless Local Area Network: Si des utilisateurs mobiles peuvent également être connectés à un LAN (par ex. par l'intermédiaire d'un téléphone mobile), ce réseau prendra le nom de «Wireless Local Area Network» (WLAN).)
• Système d'exploitation Open Source: La désignation Open Source s'applique aux logiciels dont la licence respecte des critères précisément établis par l'Open Source initiative, c'est-à-dire la possibilité de libre redistribution, d'accès au code source et aux travaux dérivés.
• Médias sociaux (facebook, linkedin, etc) :
• Messagerie instantanée: permet l’échange instantané de messages textuels et de fichiers entre plusieurs ordinateurs connectés au même réseau
• Collaboration en ligne (par ex. Sharepoint): la gestion de contenu, les moteurs de recherche, la gestion électronique de documents, les forums, la possibilité de créer des formulaires et des statistiques décisionnelles
• Solution dans le nuage (Cloud computing): Le Cloud computing est une nouvelle manière de fournir et d'utiliser les aptitudes des systèmes informatiques basée sur les nuages (cloud en anglais). Un nuage est un parc de machines, d'équipement de réseau et de logiciels maintenu par un fournisseur, que les consommateurs peuvent utiliser en libre service via Internet
• Voice over IP Sys: La voix sur IP, ou « VoIP » pour Voice over IP, est une technique qui permet de communiquer par la voix (ou via des flux multimedia : audio ou vidéo) sur des réseaux compatibles IP, qu'il s'agisse de réseaux privés ou d'Internet, filaire (câble/ADSL/optique) ou non (satellite, Wifi, GSM, UMTS ou LTE).
• Applications informatiques (software) dans les processus d’exploitation de l’entreprise : Enterprise Resource Planning (ERP), Customer Relationship Management (CRM), Supply Chain Management (SCM). Les systèmes ERP réalisent l’intégration des différentes fonctions de l’entreprise dans un système informatique centralisé configuré selon le mode client-serveur, orienté sur la planification des ressources. Un CRM a pour but de gérer les relations avec les clients de manière raisonnée et à long terme. Avec l’introduction de systèmes SCM, c’est l’efficacité et l’efficience de toute la chaîne de valeur qui doit être améliorée.
• Systèmes de sécurité informatique : programmes antivirus, pare-feu (matériels ou logiciels), sauvegardes externes de données, serveurs sécurisés (SSL), systèmes d’authentification, cryptage de données.

Définitions

Sources

Liens

Contact

Office fédéral de la statistique Section Structure et analyses économiques
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 463 62 99

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/culture-medias-societe-information-sport/societe-information/indicateurs/utilisation-tic-entreprises.html