Structure, dépenses et personnel

Catégories et types de bibliothèques

Cinq catégories de bibliothèques sont distinguées selon leur fonction en suivant la norme ISO 2789. Ces catégories ne sont pas exclusives : une bibliothèque peut avoir différentes fonctions et, ainsi, appartenir à plusieurs catégories, comme c’est le cas des bibliothèques cantonales et universitaires par exemple.

La bibliothèque nationale est responsable de l’acquisition, de la collecte et de la conservation de documents imprimés et/ou électroniques parus dans ou sur le pays. Les bibliothèques cantonales ont le même rôle à l’échelle des cantons. Les bibliothèques publiques desservent l’ensemble de la population d’une communauté locale ou régionale (notamment les bibliothèques municipales ou communales) et incluent les bibliothèques scolaires accessibles au public. Les bibliothèques des hautes écoles et de recherche répondent aux besoins documentaires pour la formation et la recherche. Les bibliothèques spécialisées couvrent un domaine particulier de la connaissance. Toutes les bibliothèques d’une unité ont la/les même(s) catégorie(s).

Une typologie binaire et exclusive de bibliothèques a été créée à partir de ces catégories : les Bibliothèques scientifiques et les Bibliothèques publiques. Les bibliothèques ayant déclaré appartenir seulement à la caté­gorie « bibliothèque publique » ont été considérées comme « Bibliothèques publiques ». À partir du moment où la bibliothèque est également – ou uniquement – rattachée à une autre catégorie, elle a été considérée comme « Bibliothèque scientifique ». Les Bibliothèques publiques sont les plus nombreuses : elles constituaient en 2020 69,9% de l’ensemble des bibliothèques suisses, alors que 30,1% sont des Bibliothèques scientifiques.

Localisation des bibliothèques

En 2020, l’OFS recensait 1499 bibliothèques accessibles au public en Suisse. 65,8% d’entre elles étaient situées en Suisse germanophone, 27,6% en Suisse francophone et 6,5% dans la partie italophone du pays. On est donc proches de la répartition de la population (71,0% en Suisse germanophone, 24,7% en Suisse romande et 4,2% en Suisse italophone au 31 décembre 2020).

En moyenne, la Suisse compte 17,3 bibliothèques pour 100 000 habitants, ce qui est supérieur à d’autres types d’institutions culturelles, telles que les musées (12,1) ou encore les cinémas (3,0). Ce sont les communes rurales qui ont la densité de bibliothèques la plus élevée (20,9 pour 100 000 habitants). Ce chiffre se monte à 18,7 pour les communes d’agglomération et à 15,9 pour les communes-centres. On observe donc une répartition plus équilibrée que, par exemple, pour les musées (22,7 musées dans les communes rurales, 10,6 pour les communes d’agglomération et 10,1 pour les communes-centre).

Cette offre est spatialement très bien distribuée : 39,4% des communes suisses avaient au moins une bibliothèque sur leur territoire en 2020. À titre de comparaison, ce taux était de 26,6% pour les musées ou de 7% pour les cinémas. Près d’un quart des bibliothèques en Suisse se trouvent dans l’Espace Mittelland (23,9%), 19,1% dans la région lémanique et 17,8% dans le canton de Zurich, tandis que 14% sont en Suisse Orientale, 12,5% en Suisse Nord-Ouest, 6,7% en Suisse centrale et 5,9% au Tessin.

La quasi-totalité des Bibliothèques scientifiques (94,5%) étaient situées dans des communes-centres. La répartition spatiale des Bibliothèques publiques est plus équilibrée : 42,3% sont dans des communes-centre, 32,6% dans des communes d’agglomération et 25,1% dans des communes rurales.

Dépenses

Les dépenses des bibliothèques englobent toutes les dépenses courantes selon les comptes annuels. En 2020, ces dépenses s’élevaient à près de 500 000 CHF en moyenne par bibliothèque, bien plus pour les Bibliothèques scientifiques (environ 1,1 million) que pour les Bibliothèques publiques (environ 200 000 CHF). Les dépenses moyennes des bibliothèques situées dans des communes-centres sont près de dix fois supérieures à celles des bibliothèques des communes d’agglomération ou des communes rurales.

Tant pour les Bibliothèques scientifiques que pour les Bibliothèques publiques, la majorité des dépenses est liée aux frais en personnel (60,4% respectivement 65,1%). Cependant, la proportion liée à des frais d’acquisition de médias* par rapport aux dépenses totales est environ le double chez les Bibliothèques scientifiques (22,4%) que chez les Bibliothèques publiques (10,9%). Et les Bibliothèques scientifiques consacrent plus de deux tiers (67,5%) de leur budget d’acquisition de médias à des médias électroniques, contre moins d’un dixième (8,4%) pour les Bibliothèques publiques.

Bibliothèques universitaires : évolution de la proportion des dépenses pour des documents électroniques, entre 2004 et 2020

Un indicateur illustrant l’évolution de la proportion des dépenses des bibliothèques universitaires pour l’acquisition de médias électroniques par rapport aux dépenses totales pour l’acquisition de médias est disponible vers :

Personnel

Le personnel salarié des bibliothèques se montait à 8512 personnes, représentant 4218 équivalents plein temps* (EPT), en décembre 2020. En moyenne, une bibliothèque comptait six collaborateurs salariés (pour trois EPT). Les bibliothèques constituent donc un domaine où le travail à temps partiel est important : le taux de travail moyen du personnel salarié des bibliothèques est de 49,5%. Comme ordre de grandeur, en 2020, un poste de travail en Suisse – tous domaines d’activités confondus - se montait en moyenne à 77,8%. À noter une différence importante dans le pourcentage de travail entre le personnel des Bibliothèques scientifiques (64,2% en moyenne) et des Bibliothèques publiques (35,4%).

1701 bénévoles étaient également actifs dans les bibliothèques en décembre 2020 (ce qui représente un bénévole en moyenne par bibliothèque), dont le 80% dans des Bibliothèques publiques. Ces dernières comptent en moyenne le double de bénévoles (1,3 par bibliothèque) que les Bibliothèques scientifiques (0,7). En Suisse italienne, le bénévolat est particulièrement répandu (en moyenne deux collaborateurs salariés pour cinq bénévoles par bibliothèque).

* Interprétation avec prudence suite à des difficultés rencontrées lors de l’imputation (manque de variables auxiliaires, faible corrélation avec certaines variables auxiliaires, faible taux de réponse et/ou dispersion importante des variables). 

Informations supplémentaires

Tableaux

Graphiques

Cartes

Bases statistiques et enquêtes

Contact

Office fédéral de la statistique Section Politique, culture et médias
Espace de l'Europe 10
2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 463 61 58

Du lundi au vendredi
09h00-12h00 et 14h00-16h00

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/culture-medias-societe-information-sport/culture/bibliotheques/structure-depenses-personnel.html