Communiqué de presse

Recherche et développement (R-D) dans les entreprises privées en 2021 En 2021, les entreprises ont investi près de 17 milliards dans la recherche en Suisse

19.12.2022 - En 2021, les entreprises privées ont dépensé 16,8 milliards de francs en Suisse pour des activités de recherche et développement (R-D) réalisées au sein de leurs propres murs. Ceci représente une augmentation de +4% par an depuis 2019, année du dernier relevé. Avec un montant de 6,2 milliards de francs, la «Pharmacie» est la branche qui investit le plus. Près de 62 000 personnes ont participé aux activités de R-D. Un quart de l’effectif est constitué de femmes. Tels sont les principaux résultats de l’enquête réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS) en partenariat avec economiesuisse.

Les entreprises privées en Suisse investissent toujours plus dans les activités R-D. Elles ont consacré 16,8 milliards de francs pour ce type d’activité en 2021. Ceci représente une augmentation de 1,3 milliard de francs par rapport à 2019, soit une croissance annuelle moyenne de +4%. Il s’agit d’une hausse particulièrement importante des moyens investis par les entreprises au regard des conditions conjoncturelles particulières des années 2020 et 2021 affectées par la pandémie de COVID-19. Cette évolution s’inscrit dans la tendance haussière observée depuis plusieurs années en Suisse.

L’industrie pharmaceutique, leader de la R-D

Avec 6,2 milliards de francs dépensés, soit 37% du total de la R-D, l’industrie pharmaceutique domine toujours très nettement le paysage suisse de la recherche en entreprise. La branche d’activité «Recherche et développement», qui regroupe les institutions spécialisées dans la recherche, est la deuxième branche la plus importante (2,2 milliards de francs, soit 13% du total des dépenses). La branche «Machines» vient en troisième position avec un montant de 1,5 milliard de francs.

En termes d’évolution, seules les branches «Pharmacie», «Recherche et développement» et les branches du secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) voient leurs dépenses de R-D augmenter entre 2019 et 2021. Ces branches semblent avoir été moins sensibles aux aléas conjoncturels liés à la pandémie de COVID-19 que les autres branches d’activités économiques.

Fort recul des dépenses en recherche fondamentale

Alors que la recherche fondamentale représentait depuis 2015 environ un quart des activités de recherche des entreprises, sa part relative s’élève à 8% en 2021. La raison de cette diminution brutale provient essentiellement du changement de type de recherche opérée au sein des entreprises pharmaceutiques. S’il est normal dans le cycle de vie des activités de recherche que des travaux de recherche fondamentale passent au niveau de la recherche appliquée, l’ampleur de ce phénomène est marquante sur une si courte période. La part relative de la recherche fondamentale revient ainsi à des niveaux similaires à ceux observés en 2012.

La biotechnologie toujours en progression

Les dépenses affectées à la biotechnologie n’ont cessé d’augmenter depuis 2012. En 2021, les entreprises ont dépensé 5,9 milliards de francs dans ce domaine, soit 35% des dépenses totales de R-D. Par rapport à 2019, ces montants ont augmenté de 10% sur une base annuelle. A contrario, sur la même période, les montants investis en nanotechnologie stagnent et restent marginaux, puisque seuls 172 millions de francs y ont été consacrés en 2021.

Ralentissement de l’achat de R-D à l’étranger

Les montants consacrés par les entreprises à l’achat de R-D à l’étranger sous forme de mandats de recherche sont en léger recul en 2021. Ils s’élèvent à 6,3 milliards de francs en 2021 contre respectivement 6,4 et 6,8 milliards en 2019 et 2017. Après la forte croissance observée entre 2012 et 2017, la tendance actuelle semble montrer que les entreprises trouvent en Suisse les moyens de répondre à leurs propres besoins en R-D.

Augmentation du personnel de R-D

Au cours de l’année 2021, les entreprises ont employé près de 62 000 personnes pour réaliser leurs activités de R-D. Ce nombre a augmenté en moyenne annuelle de +2% depuis 2019 et représente un peu plus de 54 000 emplois en équivalent plein-temps. Les trois branches employant le plus de personnel de recherche sont les branches «Pharmacie» (20%), «Machines» (15%) et «Recherche et développement» (13%).

Un quart du personnel de recherche est composé de femmes. Si cette part stagne depuis une dizaine d’années, la nature de l’engagement des femmes dans la recherche du secteur privé a par contre évolué durant cette même période. Alors qu’en 2012, seulement un tiers d’entre elles étaient chercheuses, en 2021 cette part s’élève à 54%.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

En 2021, les entreprises ont investi près de 17 milliards dans la recherche en Suisse
(PDF, 5 pages, 290 kB)


Autres langues


Documents associés

Conférence de presse - Recherche et développement (R-D) dans les entreprises privées en 2021


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees/tableaux.assetdetail.23625271.html