Communiqué de presse

Aide sociale au sens large: statistique financière 2020 et inventaire 2021 Les dépenses de l'aide sociale en 2020 peu impactées par la pandémie de COVID-19

22.03.2022 - En 2020, les pouvoirs publics ont versé au total 8,7 milliards de francs à titre de prestations sous condition de ressources de l’aide sociale au sens large. Au total, 815 805 personnes, soit 9,5% de la population résidante permanente, ont bénéficié d’au moins une prestation de ce type. Durant l’année considérée, les dépenses de l’aide sociale au sens large ont augmenté de 1,8%, soit une hausse similaire à celle de l’année précédente (+1,9%). À première vue, la pandémie de COVID-19 n’a donc pas eu d’impact direct sur les dépenses de l’aide sociale. Ce sont là quelques-uns des résultats récents établis par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2020, la Confédération, les cantons et les communes ont dépensé environ 8,7 milliards de francs au titre de l’aide sociale économique et pour des prestations fournies en amont. Sur ce total, 60,7% (5,4 milliards de francs) ont servi à financer les prestations complémentaires à l’AVS et à l’AI et un tiers l’aide sociale économique. Par ailleurs, 6,2% des dépenses (ou 540 millions de francs) ont été consacrés aux autres prestations sociales au sens large (aides aux personnes âgées ou invalides, aides aux chômeurs, aides à la famille, avances sur pensions alimentaires et aides au logement). À l’exception des avances sur pensions alimentaires, les prestations de ce groupe n’existent toutefois pas dans tous les cantons. 

Légère augmentation des dépenses par habitant

Considérée par rapport à l’ensemble de la population, l’aide sociale au sens large a enregistré une augmentation qui équivaut à celle de l’année précédente. Si les dépenses annuelles moyennes pour l’aide sociale au sens large se sont montées à 994 francs par habitant en 2019 (+1,1% par rapport à 2018), elles sont passées à 1004 francs en 2020 (+1,0%).

Nouvelle baisse des dépenses au titre de l’aide sociale économique

Pour la deuxième fois consécutive, les dépenses nettes destinées à l’aide sociale économique ont légèrement diminué en 2020 par rapport à l’année précédente. La diminution observée, de 19 millions de francs en termes nominaux, équivaut à une baisse de 0,7% en termes relatifs pour un volume net des dépenses de 2,8 milliards de francs. Ce recul est légèrement plus important que durant la période précédente (–0,5%). En 2020, le nombre des bénéficiaires de l’aide sociale économique avait augmenté de 0,2% par rapport à l’année précédente. Les dépenses annuelles moyennes nettes par bénéficiaire ont diminué de 0,9% en termes nominaux, passant de 10 373 à 10 278 francs. L’année précédente, ces dépenses avaient enregistré une hausse de 0,5%, alors que le nombre des bénéficiaires avait diminué de 1,0%.

Dans l’ensemble, les 2,8 milliards de francs consacrés à l’aide sociale économique ont représenté 1,4% des dépenses globales pour toutes les prestations sociales, ces dernières se montant à 206 milliards de francs en 2020 selon les Comptes globaux de la protection sociale (CGPS). L’année précédente cette part avait été légèrement supérieure, puisqu’elle se situait à 1,5%.

Environ 170 millions de francs de plus pour les prestations complémentaires

Parmi les prestations fournies au titre de l’aide sociale au sens large, ce sont les prestations complémentaires qui ont enregistré la plus forte augmentation en termes absolus en 2020: 169 millions de francs, soit une hausse de 3,2%. Viennent ensuite les aides aux personnes âgées ou invalides, avec des dépenses supplémentaires de 9 millions de francs (+5,0%). Au total, près d’un million de francs supplémentaires ont été consacrés aux aides à la famille et au logement. Les dépenses consacrées à l’aide aux chômeurs et aux avances sur pensions alimentaires ont en revanche diminué d’environ 7 millions de francs.

Le taux des bénéficiaires de l’aide sociale au sens large avoisine toujours 9,5%

Le nombre des bénéficiaires de l’aide sociale au sens large a augmenté de 0,4%. Cela étant, leur part dans l’ensemble de la population est restée inchangée à 9,5%. Les dépenses affichant une hausse plus forte que le nombre des bénéficiaires, les dépenses annuelles moyennes par bénéficiaire se sont accrues de 1,4%. Cet accroissement avait été légèrement inférieur (+1,2%) l’année précédente.

Répercussions de la pandémie

Dans l’ensemble, les conséquences économiques négatives de la pandémie de COVID-19 n’ont guère eu d’impact direct sur l’aide sociale. Diverses mesures, prises au niveau fédéral et cantonal, ont en effet atténué les répercussions sociales engendrées par les mesures de protection. La Confédération a ainsi allongé la durée maximale d’octroi d’indemnités de chômage et versé des allocations pour les pertes de gain causées par la pandémie . Elle a de plus simplifié la procédure administrative pour toucher des indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail, puis étendu leur durée et élargi le cercle des bénéficiaires. Enfin, plusieurs villes et cantons ont introduit leurs propres prestations et appliqué leurs propres mesures. Aucune de ces prestations ne correspondait cependant aux critères de l’inventaire qui sert de base à la statistique , souvent parce que leur octroi n’était pas lié au besoin.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

Les dépenses de l'aide sociale en 2020 peu impactées par la pandémie de COVID-19
(PDF, 5 pages, 155 kB)


Autres langues


Documents associés

Aide sociale au sens large: statistique financière 2020 et inventaire 2021


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees/graphiques.assetdetail.21824755.html