Communiqué de presse

Scénarios de l'évolution de la population de la Suisse 2015-2045 Un vieillissement de la population important ces 30 prochaines années

Ce document existe également dans une version plus récente. Veuillez suivre le lien suivant:
Le nombre de personnes à la retraite va fortement augmenter

Neuchâtel, 22.06.2015 (OFS) - L'évolution future de la population dépendra de l'évolution du contexte socio-économique et politique de la Suisse. Sur la base d'hypothèses préparées avec des experts de l'administration fédérale, l'Office fédéral de la statistique (OFS) a calculé une nouvelle série de scénarios. Si les hypothèses posées se réalisent, la population de la Suisse continuera de croître au cours des 30 prochaines années passant de 8,2 millions de résidents permanents fin 2014 à 10,2 millions en 2045, selon le scénario de référence. Cette hausse sera due en grande partie aux migrations et dans une moindre mesure à l'excédent des naissances sur les décès. Le vieillissement de la population s'accélérera et sera important au cours de cette période.

Une croissance démographique dépendant des flux migratoires

L'évolution du contexte socio-économique et politique de la Suisse déterminera en grande partie l'évolution future de la population du pays. Le nombre de naissances étant relativement stable et le nombre de décès augmentant, l'accroissement naturel n'influencera que peu la croissance de la population. Les migrations seront ces prochaines décennies le principal facteur de l'évolution démographique. Or l'évolution des migrations dépend en grande partie de l'évolution économique et des lois qui les régissent. Selon la conjoncture économique et le cadre législatif, la croissance démographique pourrait être plus ou moins importante. Sur la base d'hypothèses relatives à ce contexte et aux facteurs démographiques, l'OFS a calculé une nouvelle série de scénarios de l'évolution future de la population pour la période 2015-2045.

Différents scénarios possibles pour la croissance démographique

Si les hypothèses du scénario de référence se vérifient, l'effectif de la population passera de 8,2 millions de personnes en 2014 à 9,5 millions en 2030 et 10,2 millions en 2045, soit un accroissement annuel moyen de 0,7%. Plus de 80% de cette croissance proviendra des migrations. Ces dernières auront également un effet indirect sur l'accroissement naturel en faisant croître le nombre de femmes en âge d'avoir des enfants et ainsi en augmentant de façon non négligeable le nombre de naissances. Le scénario de référence suppose une légère augmentation de la fécondité, une hausse de l'espérance de vie selon les tendances observées ces dernières décennies et des migrations proches des niveaux moyens observés lors des dix dernières années. Selon le scénario «haut», qui suppose un solde migratoire plus élevé, une fécondité augmentant plus fortement et des espérances de vie progressant un peu plus rapidement, la croissance démographique sera plus prononcée et la population se montera à 11,0 millions de personnes en 2045. Le scénario «bas», avec un solde migratoire un peu plus bas, une fécondité se stabilisant aux valeurs actuelles et des espérances de vie augmentant plus lentement, conduit à une croissance moins importante. Le nombre de résidants permanents se montera à 9,4 millions en 2045.

Un vieillissement démographique important quel que soit le scénario

Quel que soit le scénario, le vieillissement de la population, c'est-à-dire l'augmentation de la proportion de population âgée, sera important et rapide ces prochaines années. Selon le scénario de référence, les effectifs des 0-19 ans et des 20-64 ans n'augmenteront que peu. Le nombre de résidants âgés de moins de 20 ans passera ainsi entre 2014 et 2045 de 1,7 à 1,9 million, soit un accroissement de 14%, et celui des personnes de 20 à 64 ans passera de 5,1 millions à 5,6 millions, soit une augmentation de 9%. La croissance de la population âgée de 65 ans ou plus sera par contre très forte, d'environ 84%. En effet, entre 2020 et 2035, les générations les plus nombreuses du baby-boom entreront progressivement dans le troisième âge. L'accroissement prononcé du nombre de personnes de 65 ans ou plus lors des 30 prochaines années sera dû non seulement à un nombre de plus en plus important de personnes atteignant l'âge de la retraite, mais également à l'espérance de vie de plus en plus élevée des personnes de 65 ans ou plus. A l'horizon 2045, la Suisse dénombrera 2,7 millions de personnes âgées de 65 ans ou plus selon le scénario de référence contre 1,5 million fin 2014.

Hausse de la population active

Selon le scénario de référence, la population active s'accroîtra de 11% d'ici à fin 2045 pour totaliser 5,3 millions de personnes. Exprimée en équivalence plein temps, la progression de la population active sera plus importante (+13% à 4,6 millions), ce qui s'explique entre autres par des taux d'occupation plus élevés chez les femmes. Le scénario «haut» table sur une augmentation continue de la population active jusqu'en 2045 (+24% pour un total de 6 millions de personnes). Selon le scénario «bas», le nombre de personnes actives croîtra de 1% jusqu'en 2020 pour ensuite baisser légèrement jusqu'en 2045 (à 4,7 millions; - 2% par rapport à 2014). Le vieillissement de la population se reflète dans la forte hausse du nombre de personnes de 65 ans ou plus par rapport à celui des personnes actives. En 2014, on comptait 33 personnes de 65 ans ou plus pour 100 personnes actives de 20 à 64 ans. Le scénario de référence estime que cette valeur passera à 56 d'ici à 2045 (scénario «haut»: 53; scénario «bas»: 59).

Une majorité de diplômés du degré tertiaire dans la population suisse d'ici 10 ans

Selon le scénario de référence, la proportion de diplômés du degré tertiaire (hautes écoles et formation professionnelle supérieure) dans la population de 25 à 64 ans, qui était encore de 24% en 2000, progressera encore nettement et passera de 40% en 2014 à 50% en 2027, puis atteindra 56-57% vers 2040. Selon le scénario «haut», la limite des 50% de tertiaires dans la population sera franchie dès 2023, tandis que selon le scénario «bas», un maximum de 50% sera atteint vers 2035. Le nombre de diplômés du degré tertiaire dans la population de 25 à 64 ans progressera de 800'000 jusqu'en 2030 et atteindra 2,6 millions de diplômés à cette date. Environ 30% de cette progression viendra du solde migratoire de personnes diplômées et donc du « brain gain ». La proportion de personnes sans formation post-obligatoire diminuera quel que soit le scénario, mais restera supérieure à 10% jusque vers 2027 (12% en 2014). Dans la population de nationalité étrangère, cette proportion passera de 25% en 2014 à un niveau inférieur à 20% d'ici 10 ans.


 

Télécharger communiqué de presse

Un vieillissement de la population important ces 30 prochaines années
(PDF, 8 pages, 184 kB)


Autres langues


Documents associés

Scénarios de l'évolution de la population de la Suisse 2015-2045


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees/communiques-presse.assetdetail.39912.html