Communiqué de presse

Évolution et mouvement naturel de la population en 2023: résultats provisoires Croissance démographique soutenue en Suisse en 2023

04.04.2024- En 2023, la population résidante permanente de la Suisse a augmenté pour atteindre un peu plus de 8 960 800 habitants au 31 décembre. Les immigrations évoluent fortement à la hausse, principalement du fait de la prise en compte des personnes en provenance d'Ukraine. Le recul de la fécondité observé en 2022 s'est confirmé en 2023 et le nombre de décès a diminué par rapport à 2022. Le nombre de mariages et de divorces sont également en baisse. Ce sont là quelques-uns des résultats annuels provisoires 2023 de la statistique de la population et des ménages et de celle du mouvement naturel de la population de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

La population résidante permanente de la Suisse s'élevait à 8 960 800 personnes au 31 décembre 2023, contre 8 815 400 fin 2022 (+145 400 personnes, soit +1,6%). Cet accroissement démographique est presque deux fois plus élevé que celui enregistré en 2022 (+0,9%) et le plus important depuis le début des années soixante. Sans les personnes en provenance d'Ukraine, la croissance de la population aurait atteint 1,0%.

La population a augmenté dans tous les cantons. La variation la plus forte est enregistrée en Valais (+2,4%), à Schaffhouse et en Argovie (respectivement +2,2%). La plus faible évolution est constatée dans les cantons du Jura (+0,9%), de Neuchâtel, du Tessin et d'Appenzell Rhodes-Intérieures (respectivement +1,0%).

Un solde migratoire historiquement élevé

Après avoir été ralentie pendant les années de pandémie, l'immigration a repris son essor en 2022 pour continuer d'augmenter en 2023. Cette croissance est en partie due à la comptabilisation des personnes en provenance d'Ukraine dans la population résidante permanente. À la fin de l'année, on compte 263 800 immigrations, cumulant celles des Suisses (22 100) et des personnes de nationalité étrangère (241 700), soit une progression de 38,2% par rapport à 2022. 53 100 immigrations sont le fait de personnes détentrices du statut de protection S en provenance d'Ukraine (soit 20,1% des immigrations totales). 

À l'inverse, les émigrations diminuent légèrement. On en enregistre 121 600 dont 30 700 de Suisses et 90 900 d'étrangers, soit 0,5% de moins que l'année précédente. Par conséquent, le solde migratoire (différence entre les immigrations et les émigrations) croît, passant de 68 800 en 2022 à 142 300 en 2023 (+106,9%). Ce solde élevé explique ainsi environ 95% de la croissance démographique observée en 2023 (contre 90% en 2022). Il s'agit du solde migratoire le plus élevé jamais enregistré en Suisse. Sans les personnes en provenance d'Ukraine, le solde migratoire se serait élevé à 89 200 et aurait augmenté de 29,6% par rapport à 2022.

Pendant l'année 2023, les ressortissants suisses ont moins quitté la Suisse qu'en 2022 (-1,8%), alors qu'ils ont été plus nombreux à y immigrer (+1,4%). Chez les personnes de nationalité étrangère, les immigrations ont nettement augmenté (+43,0%) tandis que les émigrations sont restées stables par rapport à l'année précédente (0,0%). Le solde migratoire provisoire en 2023 est ainsi positif pour les personnes de nationalité étrangère (+150 800) et négatif pour la population suisse (-8600).

Contribution de l'immigration d'Ukraine

Durant l'année 2022, environ 62 700 personnes en provenance d'Ukraine ont fui la guerre et trouvé refuge en Suisse. La prise en compte des personnes avec statut S encore présentes en Suisse une année après leur arrivée contribue fortement à la hausse du solde migratoire provisoire enregistrée en 2023. Plus d'un tiers (37,3%) de ce solde est dû à leur passage de la population résidante non permanente à la population résidante permanente.

Les mouvements migratoires vers la Suisse de ressortissants de pays de l'UE et de l'AELE constituent la plus grande partie du solde migratoire (44,9%). Parmi ces pays, les nationalités allemande, française et italienne sont les plus représentées.

En 2023, le nombre de ressortissants étrangers séjournant de manière permanente en Suisse s'est ainsi élevé provisoirement à 2 416 400 personnes, soit 27,0% de la population résidante permanente. La population étrangère évolue plus rapidement que celle des Suisses (+5,2% contre +0,4%). L'accroissement de la population de nationalité étrangère a plus que doublé entre 2022 et 2023, passant de 2,3% à 5,2%. Sans les personnes en provenance d'Ukraine, la croissance de la population étrangère se serait élevée à 2,9%.

Baisse marquée de la fécondité

En 2023, le nombre moyen d'enfants par femme s'est établi provisoirement à 1,33, contre 1,39 en 2022. Il s'agit de la valeur la plus basse jamais observée. On constate en effet une diminution marquée depuis deux ans. La Suisse a enregistré 79 800 naissances vivantes en 2023, soit 2500 ou 3,1% de moins qu'en 2022. Si l'on considère le nombre de naissances par rapport à la population, la fécondité se situe à un niveau bas depuis deux ans (9,0 naissances pour 1000 habitants en 2023 contre 9,4 en 2022). On dénombre moins de naissances qu'en 2022 dans la plupart des cantons. Seuls Bâle-Ville, Uri, le Jura, Obwald, Lucerne et Appenzell Rhodes-Intérieures font exception à la règle. 

Les décès reviennent à un niveau avant pandémie 

En 2023, 71 700 personnes sont décédées en Suisse, soit 2800 ou 3,7% de moins qu'en 2022. La diminution des décès s'observe dans la majeure partie des cantons. Toutefois à Glaris, à Nidwald, en Argovie et à Schaffhouse, leur nombre reste globalement stable. Le nombre élevé de décès enregistrés en Suisse est principalement dû au vieillissement de la population - 88% concernaient des personnes de 65 ans ou plus. L'espérance de vie à la naissance a augmenté entre 2022 et 2023, de 81,6 à 82,3 ans chez les hommes et de 85,4 à 85,9 ans chez les femmes (chiffres provisoires).

Le nombre de naissances étant bas et celui des décès se maintenant à un niveau élevé, l'accroissement naturel - soit la différence entre les naissances et les décès - s'établit à 8200 personnes en 2023. Il explique ainsi une partie minime (environ 5%) de la croissance démographique. Douze cantons enregistrent plus de décès que de naissances à savoir: le Tessin, Berne, les deux Bâle, Grisons, Neuchâtel, Jura, Schaffhouse, Glaris, Soleure, Nidwald et Appenzell Rhodes-Extérieures.

Moins de mariages et de divorces 

37 500 unions ont été célébrées en 2023, soit 3400 ou 8,3% de moins qu'en 2022. On dénombre 2100 mariages entre personnes de sexe différent de moins qu'en 2022. Le nombre de mariages entre personnes de même sexe s'élève à 900 auxquels s'ajoutent 800 conversions de partenariats enregistrés en mariages. 

Au total, les juges ont prononcé 15 500 divorces en 2023, soit une diminution de 4,3% par rapport à l'année précédente. Sont compris pour la première fois cette année les divorces des personnes de même sexe (41). Si les comportements observés en 2023 restent identiques à l'avenir, on estime provisoirement que près de deux mariages sur cinq (38,0%) pourraient se terminer un jour par un divorce.

Vous trouverez des informations complémentaires dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

Croissance démographique soutenue en Suisse en 2023
(PDF, 8 pages, 265 kB)


Autres langues


Documents associés

Évolution démographique et mouvement naturel de la population en 2023: résultats provisoires


Tags

femme homme couple

 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees.assetdetail.30709871.html