Communiqué de presse

Inadéquation entre la formation et l'emploi chez les personnes diplômées du degré tertiaire en 2018 Parmi les personnes diplômées du degré tertiaire, neuf sur dix occupent un emploi qui correspond à leur formation

10.02.2022 - Selon leurs propres dires, 93% des personnes diplômées du degré tertiaire exercent, une année après avoir terminé leurs études, une activité qui correspond à leur niveau de formation ou à leurs qualifications professionnelles. Cette situation dépend non seulement du type de diplôme, mais aussi de la date du début de l’activité et du nombre de postes vacants par région. Voilà ce qui ressort du rapport thématique de l’Office fédéral de la statistique (OFS) sur l’inadéquation entre la formation et l’emploi.

Dans le rapport, un emploi est considéré comme «inadéquat» lorsqu’aucun diplôme de degré tertiaire n’est exigé pour l’occuper et qu’il ne correspond pas aux qualifications acquises durant la formation. Selon le type de diplôme, la part des personnes diplômées du degré tertiaire qui exercent une telle activité une année après la fin de leurs études varie entre 1%, chez les titulaires du diplôme d’une haute école pédagogique, et 10%, pour les titulaires d’un brevet fédéral. 

Si différents facteurs déterminent l’inadéquation entre formation et emploi, elle dépend aussi du moment où a débuté l’activité actuelle et du nombre de postes vacants par grande région. 

Les diplômés d’une haute école sont le plus souvent engagés après leurs études

C’est après leurs études que la majorité des titulaires d’un diplôme d'une haute école débutent l’activité professionnelle qu’ils exercent une année plus tard. Seuls respectivement 5% (master d’une haute école universitaire, HEU) et 10% (bachelor d’une haute école spécialisée, HES) d’entre eux exercent cette activité depuis plus de trois ans, c’est-à-dire déjà pendant leurs études. Ces personnes présentent un risque accru (de plus de 10 points de pourcentage) d’occuper un emploi inadéquat que celles qui ont trouvé un emploi ou changé d’activité après avoir achevé leur formation. 

Les titulaires d’un diplôme FPS poursuivent souvent leur activité antérieure après leurs études

Chez les personnes ayant suivi une formation professionnelle supérieure (FPS), l’entrée dans une entreprise avant l’obtention du diplôme n’est pas associée à un risque plus élevé d’exercer une activité inadéquate. La formation professionnelle supérieure se fait en général en cours d’emploi et son contenu est étroitement lié à l’activité professionnelle, de sorte que l’obtention du diplôme ne marque pas nécessairement une rupture dans le parcours professionnel.

C’est ce qui ressort également des résultats concernant l’entrée dans une entreprise: la majorité des titulaires d’un brevet fédéral (BF, 73%) ou d’un diplôme fédéral (DF, 78%) étaient entrés dans l’entreprise avant la fin de leur formation. De plus, 60% des premiers et 69% des seconds travaillaient dans la même entreprise depuis trois ans au moins. Ces personnes peuvent mettre à profit les nouvelles qualifications acquises sans devoir changer d’entreprise. 

Un nombre élevé de postes vacants réduit le risque d’occuper un emploi inadéquat

Un taux élevé de postes vacants améliore la situation professionnelle des titulaires d’un diplôme du degré tertiaire: une hausse de 1 point de pourcentage de ce taux réduit de près de 3 points de pourcentage le risque d’occuper un emploi inadéquat.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

Parmi les personnes diplômées du degré tertiaire, neuf sur dix occupent un emploi qui correspond à leur formation
(PDF, 5 pages, 210 kB)


Autres langues


Documents associés

Enquêtes sur les diplômés du degré tertiaire de 2018: inadéquation entre formation et activité professionnelle


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees.assetdetail.18584495.html