Pauvreté

En 2022 (revenus de 2021), 8,2% de la population suisse ou quelque 702'000 personnes étaient touchées par la pauvreté en termes de revenu.

Les personnes vivant seules ou dans un ménage monoparental avec des enfants mineurs, celles sans formation postobligatoire, les personnes de nationalité étrangère issues de l’Europe de l’Est ou d’un pays extra-européen et celles vivants dans un ménage sans personne active occupée comptaient parmi les groupes les plus exposés

Par rapport à l'année précédente (8,7%), le taux de pauvreté a tendance à être plus bas, mais il n’a pas changé de manière statistiquement significative. De 2007 à 2013, le taux de pauvreté a diminué, passant de 9,3% à 5,9%. A partir de 2014 (6,7%), il a de nouveau augmenté. Dans le même temps, le revenu disponible du groupe de revenu le plus faible (les 10 % les plus faibles de la répartition des revenus) a diminué.

La méthodologie de l’enquête SILC ayant changé en 2014, les chiffres à partir de cette année-là ne sont plus directement comparables avec ceux des années précédentes.

Seuil de pauvreté

Le seuil de pauvreté se base sur les normes de la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS). En 2022, sa valeur moyenne se situait à 2284 francs par mois pour une personne seule et à 4010 francs pour deux adultes et deux enfants.

Ces montants doivent couvrir les dépenses quotidiennes (nourriture, hygiène, transports, etc.) et les frais de logement, mais pas les primes de l’assurance-maladie obligatoire. Celles-ci sont préalablement déduites du revenu des ménages, à l’instar des cotisations aux assurances sociales, des impôts et d’éventuelles pensions alimentaires.


Pauvreté des actifs occupés

En 2022, 3,8% des personnes actives occupées en Suisse étaient touchées par la pauvreté, soit 144’000 personnes.

Le revenu des personnes actives occupées est déterminé dans une large mesure par la forme et les conditions de travail. Les groupes suivants étaient particulièrement touchés par la pauvreté malgré une activité professionnelle:

  • les personnes qui n’ont travaillé qu’une partie de l’année,
  • les indépendants,
  • les personnes ayant un contrat de travail à durée déterminée,
  • les personnes travaillant dans de petites entreprises.

On n’observe pas de tendance claire pour l’évolution temporelle du taux de pauvreté des personnes actives occupées.

Une attention particulière est vouée à la problématique de la pauvreté des personnes actives occupées. En effet, l’exercice d’une activité rémunérée est considéré comme étant un moyen de réduire le risque d'être touché par la pauvreté.  

Informations supplémentaires

Tableaux

Publications

Communiqués de presse

Méthodologie

Bases statistiques et enquêtes

Contact

Office fédéral de la statistique Section Revenus, consommation et conditions de vie
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse
Tél.
+41 58 463 64 21

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiken/wirtschaftliche-soziale-situation-bevoelkerung/wohlbefinden-armut/armut-deprivation/armut.html