Dépenses

En Suisse, les dépenses pour les prestations sociales suivent généralement une tendance à la hausse. Le système de protection sociale se transforme au gré de l’évolution économique, démographique et des modes de vie. D’une année à l’autre, la variation des dépenses sociales peut également être influencée par les fluctuations de la conjoncture économique et du chômage.

Evolution des dépenses sociales, en Suisse, entre 1995 et 2022
  1995 2005 2015 2020p 2021p 2022e

Mia. de francs (aux prix courants)

85,6

123,9

168,3

206,4

207,3

207,8

Mia. de francs (aux prix constants)

96,1

132

175,1

212

212

207,8

En francs par hab. (aux prix constants)

13 700

17 800

21 300

24 600

24 500

23 800

p provisoire
e estimé
Source : OFS - Comptes globaux de la protection sociale (CGPS), version du 20.12.2023.

En Suisse

Baisse des dépenses sociales en 2022

En 2022, les dépenses pour les prestations sociales ont atteint 207,8 milliards de francs, un chiffre en diminution de 4,2 milliards de francs (-2,0%) par rapport à 2021. En 2020, les dépenses sociales avaient atteint un record historique, dans le contexte de la pandémie du COVID-19 (212,0 milliards de francs). La baisse des dépenses sociales de 4,2 milliards de francs entre 2021 et 2022 est le résultat de tendances contrastées.

En 2022, les dépenses sociales dans le domaine du chômage (-7,4 milliards de francs) ont poursuivi la baisse amorcée en 2021 et elles ont presque retrouvé le niveau d’avant la pandémie. La raison principale de cette diminution est due à l’évolution des dépenses pour les indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT) de l’assurance-chômage et pour les allocations pour perte de gain COVID-19.

Dans le domaine de la santé, les dépenses pour les prestations sociales affichent une hausse de 2,1 milliards de francs, avec l’augmentation des dépenses de l’assurance-maladie obligatoire et des absences du travail pour cause de maladie. En même temps, les prestations liées aux mesures de dépistage et de vaccination ont quasiment retrouvé le niveau pré-pandémique.

Dans le contexte de la guerre en Ukraine et avec l’accueil des personnes bénéficiant d’un statut de protection S, les dépenses pour les prestations dans le domaine de l’exclusion sociale ont augmenté de 0,4 milliard de francs (+10,5%) par rapport à 2021.

Les prestations selon les principaux domaines

En 2022, 42,0% des prestations sociales ont été versées dans le domaine de la vieillesse. Les régimes de l’assurance-vieillesse et survivants (AVS; 43,9 milliards de francs) et de la prévoyance professionnelle (39,2 milliards de francs) représentent la plus grande partie du total des prestations de vieillesse (87,3 milliards de francs), notamment sous forme de rentes. L’AVS et la prévoyance professionnelle couvrent également la majorité des prestations versées à des survivants et survivantes, soit 8,9 milliards de francs sur les 9,7 milliards consacrés à ce domaine.

Viennent ensuite les dépenses relatives aux prestations dans le domaine de la maladie et des soins de santé (33,0%), versées principalement par les assureurs-maladie à hauteur de 33,4 milliards de francs. Se placent ensuite les prestations du domaine de l’invalidité (8,0%), de la famille/enfants (5,8%) et du chômage (3,2%). Les régimes principaux de ces trois domaines sont, dans l’ordre: l’assurance invalidité (8,7 milliards de francs), les allocations familiales (6,4 milliards de francs) et l’assurance-chômage (6,0 milliards de francs).

En Europe

L’inflation a réduit le pouvoir d’achat des prestations sociales

Entre 2021 et 2022, les prestations sociales exprimées à prix constants ont baissé dans presque tous les pays européens (médiane -3,5%). Modérée en Suisse (-2,0%) et en France (-1,8%), cette diminution a été plus marquée dans les autres pays voisins, en particulier en Autriche (-4,9%), en Italie (-3,7%) et en Allemagne (-3,6%). Malgré ces tendances à la baisse, les dépenses sociales en Europe sont demeurées en 2022 à un niveau de 5,5% (valeur médiane) en dessus du niveau pré-pandémique. En Suisse, cet écart était de 6,7%.

Deux effets principaux ont contribué à la diminution des prestations sociales en 2022. D’une part, la reprise économique après la crise du COVID-19 s’est poursuivie en 2022, avec, en conséquence, une diminution des dépenses sociales pour le chômage. D’autre part, la guerre en Ukraine et la situation tendue sur le marché de l’énergie et des denrées alimentaires a entraîné une hausse générale des prix, ce qui a réduit la valeur réelle des prestations sociales versées aux ménages: l’inflation a été particulièrement importante dans les pays de l’Europe de l’Est avec des valeurs à deux chiffres.

Les mouvements migratoires depuis l’Ukraine et d’autres parties du monde se reflètent dans l’évolution des dépenses sociales des catégories logement et exclusion sociale. Dans cette dernière, sont enregistrées les aides aux personnes les plus démunies, y compris les réfugiés. Les dépenses sociales des domaines du logement et de l’exclusion sociale ont bondi par rapport à 2021 surtout dans de nombreux pays de l’Europe de l’Est et du Sud, comme par exemple en Lettonie (+80,5%), au Portugal (+59,9%), et en Tchéquie (+46,5%). La Suisse a aussi connu une augmentation historiqueremarquable de ces dépenses (+4,3% pour le logement et +10,5% pour l’exclusion sociale). Cela dit, les dépenses sociales dans ces domaines demeurent marginales par rapport au total des dépenses pour les prestations sociales (en Suisse 3,5% et en Europe 3,0% - valeur médiane).

Différence entre Est et Ouest

En Europe, les gouvernements et les assurances sociales de chaque pays protègent la population avec différentes prestations sociales. Les dépenses des pays pour ces prestations varient en fonction de leur situation économique, de l’état de santé de la population et de la structure démographique, entre autres. Les pays avec les dépenses sociales les plus élevées se trouvent en Europe du Nord et de l’Ouest. Dans les pays de l’Est ces dépenses sont plus faibles. Ce clivage est présent mais moins marqué, lorsque les prestations sociales des pays sont exprimées en pourcentage du PIB.

Les prestations sociales en Europe s’élevaient en 2022 à 14 000 francs suisses à parité de pouvoir d’achat (CHF PPA) et par habitant (valeur médiane). En comparaison européenne, les dépenses sociales de la Suisse se situaient à un niveau élevé (23 800 CHF PPA par habitant), comparable à celui d’autres pays économiquement prospères, comme l’Autriche, l’Allemagne ou le Danemark (respectivement 23 600, 23 000 et 22 500 CHF PPA par habitant).

Les prestations sociales de la Suisse se chiffraient à 26,6% du PIB, soit 3,4 points de pourcentage de plus que la médiane européenne (23,2 % du PIB). En pourcentage du PIB, les dépenses sociales des pays limitrophes étaient néanmoins supérieures à celles de la Suisse: 32,2% du PIB en France, 29,7% en Autriche, 29,6% en Italie et 29,2% en Allemagne.

Informations supplémentaires

Tableaux

Graphiques

D'autres statistiques sur les finances de la protection sociale

Bases statistiques et enquêtes

Contact

Office fédéral de la statistique Section Aide sociale
Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

info.social@bfs.admin.ch

Tel.
+41 58 461 44 44

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiken/soziale-sicherheit/gesamtrechnung-soziale-sicherheit/ausgaben.html