Espérance de vie

La santé et une espérance de vie élevée sont favorisées avant tout par une bonne répartition du bien-être matériel, une alimentation équilibrée et saine, des conditions de travail ne présentant pas de risque pour la santé et un environnement non pollué. Le statut social joue un rôle crucial: il détermine davantage l’espérance de vie que, par exemple, le fait de disposer de soins de santé de haute qualité. Plus le statut social est élevé (on le mesure p. ex. d’après le niveau de formation), plus la capacité des individus à agir sur les déterminants de la santé augmente, ainsi que leur aptitude à adopter des comportements qui allongent l’espérance de vie (alimentation, activité physique, etc.). L’augmentation de l’espérance de vie modifie la structure démographique de la société, laquelle exerce en retour des effets sur la société, sur l’économie et sur les institutions de protection sociale.
La santé détermine considérablement la qualité de vie des individus et de leur entourage, et elle est un facteur important de leurs performances économiques. L’espérance de vie est un indicateur de l’état de santé général d’une population. Combinée avec l’évaluation que les personnes font de leur état de santé, cet indicateur renseigne sur les années à vivre avec une qualité de vie potentiellement élevée.
L’indicateur donne le nombre d’années qu’un nouveau-né peut espérer vivre (en bonne santé).

Tableaux

Méthodologie

L’indicateur « Espérance de vie en bonne santé » se base sur l’appréciation que les gens portent sur leur propre état de santé. Cette appréciation est corrélée positivement avec plusieurs indicateurs de santé objectifs (degré d’incapacité, maladies chroniques, etc.) et elle est considérée comme un bon critère de prévision de la morbidité et de la mortalité (cf. Schneider Sven (1999), Das subjektive Gesundheitsempfinden im Lebensverlauf). Les valeurs moyennes cachent toutefois des différences de destins individuels: une minorité de personnes vivent pendant de nombreuses années dans un état de santé nécessitant des soins – par exemple à cause de troubles organiques du cerveau ou d’une maladie physique chronique – et un groupe important de personnes ne deviennent dépendantes de soins que vers la fin de leur vie (cf. Hoepflinger François (2003), Zur Entwicklung der behinderungsfreien Lebenserwartung in der Schweiz).

Définitions

Définition de l’indicateur
L’espérance de vie à la naissance est le nombre moyen d’années qu’un nouveau-né peut escompter vivre si les taux de mortalité par âge observés l’année de sa naissance restent constants pendant toute sa vie. L’espérance de vie à l’âge X est le nombre moyen d’années qui restent à vivre aux personnes ayant atteint cet âge, si les taux de mortalité par âge demeurent constants.
L’espérance de vie en bonne santé se calcule sur la base de l'espérance de vie pour chaque classe d’âge et de la proportion de personnes qui, dans chaque classe d’âge, se disent en bonne ou en mauvaise santé. La notion d'espérance de vie en bonne santé prend donc en considération non seulement la durée de la vie mais également la qualité de la santé au cours de la vie.

Contact

Office fédéral de la statistique Espace de l'Europe 10
CH-2010 Neuchâtel
Suisse

Contact

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiken/querschnittsthemen/wohlfahrtsmessung/bestaende/humankapital/lebenserwartung.html