Communiqué de presse

Égalité pour les personnes handicapées en 2020 Les personnes handicapées ont été moins satisfaites de leurs conditions de vie en 2020

Ce document existe également dans une version plus récente. Veuillez suivre le lien suivant:
En 2021, près d'une personne handicapée sur six a été exposée au risque de pauvreté

28.11.2022 - Les personnes handicapées se sont dites moins satisfaites de leur vie actuelle en 2020 que le reste de la population. Ces écarts augmentent avec le degré de handicap. Ce constat ne concerne pas seulement la satisfaction par rapport à la vie actuelle en général (qui affiche un score de 7,2 contre 8,2 sur une échelle allant de 0 à 10), mais aussi la plupart des conditions de vie examinées. En revanche, elles manifestent un intérêt pour la politique similaire au reste de la population et participent activement à la vie sociale et politique. Ces résultats ressortent des indicateurs de l’égalité que l’Office fédéral de la statistique (OFS) publie en prévision de la Journée internationale des personnes handicapées le 3 décembre.

En 2020, les personnes handicapées indiquent être moins satisfaites de leur vie actuelle en général que le reste de la population, avec un score de 7,2 contre 8,2 sur une échelle allant de 0 à 10. Le même constat se retrouve également dans presque toutes les dimensions de bien-être considérées, mais particulièrement pour la santé (6,2 contre 8,7), la situation financière (6,5 contre 7,3) et les activités réalisées durant le temps libre (7,2 contre 7,9). L’écart de satisfaction est également observable concernant les relations personnelles (8,3 contre 8,7) ou le logement (8,1 contre 8,4) notamment. La différence constatée entre personnes avec et sans handicap est globalement stable depuis 2014.  

La satisfaction diminue avec le degré de handicap

Plus le degré de handicap augmente, plus le niveau de satisfaction diminue. Ainsi, le score de satisfaction des personnes fortement limitées est de seulement 5,8 pour leur vie actuelle en général; il baisse même à 4,0 pour ce qui est de leur santé ou 4,9 pour leur situation financière personnelle.

La mesure de la satisfaction est importante en matière d’égalité. Elle permet d’identifier les domaines dans lesquels les écarts objectifs entre personnes handicapées et non handicapées posent problème et où des améliorations sont le plus souhaitables. De plus, la satisfaction dans la vie en général permet de comparer la qualité de vie de personnes qui mènent des existences différentes, avec ou sans handicap, de différentes générations ou encore selon le sexe par exemple.

Participation active à la vie politique…

Les personnes handicapées manifestent un intérêt pour la politique modéré, mais similaire à celui mesuré dans le reste de la population (score de 5,7 sur une échelle allant de 0 à 10 pour les deux groupes). Parmi les personnes ayant le droit de vote, celles avec handicap indiquent qu’elles participeraient à 7 votations si 10 scrutins étaient organisés dans l’année (score de 7,0), ce qui est légèrement moins que celles sans handicap (7,4).

Les personnes handicapées qui se disent fortement limitées indiquent un intérêt pour la politique (5,3) et une participation aux votations plus faibles (6,3) que le reste de la population.

… ainsi qu’à la vie associative

En 2020, plus d’un tiers des personnes handicapées (38%) indiquent avoir participé activement au cours des 12 mois précédant l’enquête (plus ou moins régulièrement) à des activités associatives, de sociétés, de clubs, de partis politiques ou d’autres groupes. Parmi celles fortement limitées, elles sont encore près d’un quart à y participer (24%). Ces taux restent toutefois inférieurs à celui des personnes non handicapées (45%).

La fréquence de participation aux activités associatives devient plus rare au fur et à mesure que le degré de handicap augmente. Ainsi, les personnes handicapées sont 15% à y participer au moins une fois par semaine contre 20% du reste de la population. Ce chiffre baisse à 11% chez les personnes sévèrement limitées par leur handicap.

Le sentiment de sécurité varie selon le degré de handicap et le sexe

Le sentiment de sécurité suit une tendance à la hausse dans les différents groupes de la population depuis cinq ans (période de 2015 à 2020). Celui des personnes handicapées est élevé en 2020, affichant un score de 8,2 sur une échelle allant de 0 à 10 (2015: 7,3). Cependant, il reste inférieur à celui du reste de la population qui atteint 8,6 (2015: 7,8). Il est le plus faible parmi les personnes handicapées fortement limitées qui indiquent un score de 7,8 (2015: 7,1). Ces dernières se sentent donc davantage menacées par la criminalité et les violences physiques.

Les femmes se sentent moins en sécurité que les hommes. C’est aussi vrai parmi les personnes handicapées. En 2020, les femmes handicapées ont ainsi le sentiment de sécurité le plus bas avec un score de 8,1, tandis que les hommes handicapés expriment un sentiment de sécurité de 8,3. En comparaison, dans le reste de la population, ce score est de 8,4 pour les femmes et 8,8 pour les hommes.

Vous trouverez des informations complémentaires dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

Les personnes handicapées ont été moins satisfaites de leurs conditions de vie en 2020
(PDF, 3 pages, 160 kB)


Autres langues


Documents associés

Egalité pour les personnes handicapées en 2020


Tags

femme homme genre

 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/actualites/quoi-de-neuf.assetdetail.23549638.html%20c