17.11.2020 - Nouvelles informations statistiques

Bien-être subjectif et conditions de vie 2018 : actualisation des pages internet

En Suisse, durant la première moitié de 2020, la crise sanitaire du COVID-19 n’a pas eu d’impact sur les niveaux de satisfaction dans la vie actuelle, les relations personnelles, le sentiment de bonheur ou encore sur l’évaluation subjective de son état de santé.

Le niveau de confiance dans le système politique a en revanche significativement augmenté. Pendant le semi-confinement, la part des personnes indiquant accorder une confiance élevée ou très élevée au système politique s’est accrue de 47,5% à 54,0%. La confiance des personnes de plus de 65 ans, des femmes, des personnes de nationalité suisse et des personnes ayant un niveau de formation élevé (secondaire II ou tertiaire) s’est particulièrement renforcée.

Les préoccupations exprimées pendant ce début de crise sanitaire concernent la situation économique future avec une forte baisse du sentiment de sécurité de l’emploi: le pourcentage de la population active qui déclare un risque très faible de perdre son emploi passe de 64,2% en début d’année 2020 à 53,5% pendant le semi-confinement. Cette baisse du sentiment de sécurité de l’emploi est particulièrement marquée pour les hommes, les personnes de nationalité étrangère et celles rencontrant des difficultés financières.

Par ailleurs, avant la crise sanitaire mondiale, la Suisse figurait parmi les pays d’Europe les mieux lotis en termes de bien-être subjectif. En effet, 38% de la population résidant en Suisse se disait très satisfaite de sa vie actuelle en 2018, contre 25% en Europe. Sur le plan européen, la satisfaction des individus dans leur vie actuelle augmente avec le PIB par habitant, mais aussi avec la confiance dans les institutions et à l’égard d’autrui.

Thème Situation économique et sociale de la population

Documents liés




https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home.gnpdetail.2020-0647.html