Press release

Enquête suisse sur le niveau et la structure des salaires 2016 Le salaire médian s'est élevé à 6502 francs en 2016

Neuchâtel, 14 mai 2018 (OFS) - En 2016, le salaire médian d'un emploi à plein temps était de 6502 francs bruts par mois pour l'ensemble de l'économie suisse. Les disparités salariales restent marquées selon les branches économiques et entre les régions. Près d'un tiers des salariés en Suisse touche des boni. Les écarts entre le haut et le bas de la pyramide générale des salaires sont restés stables entre 2008 et 2016. C'est ce que montrent les premiers résultats de l'enquête suisse sur la structure des salaires de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Le salaire médian en 2016 s'est élevé à 6502 francs bruts par mois. Les 10% des salariés les moins bien rémunérés ont gagné moins de 4313 francs par mois alors que les 10% les mieux payés gagnent plus que 11 406 francs.

Le paysage salarial en Suisse varie considérablement selon les branches économiques. Les niveaux de rémunération sont clairement supérieurs au salaire médian dans les activités économiques à forte valeur ajoutée telles que les assurances (8762 francs), les activités informatiques et services d'information (8900 francs), les services financiers (9742 francs) ou encore l'industrie pharmaceutique (9835 francs). Au bas de l'échelle des salaires, on trouve notamment l'industrie textile et de l'habillement (5208 francs), le commerce de détail (4798 francs), l'hébergement et la restauration (4337 francs) et les services personnels (4076 francs).

Les écarts des salaires restent stables dans le temps

Entre 2008 et 2016, la fourchette générale des salaires, à savoir l'écart global entre les salaires les plus élevés et ceux les plus bas, est restée stable, passant d'un facteur 2,7 à 2,6. Durant cette même période, les 10% des personnes les mieux payées ont vu leur rémunération augmenter de 6,3%. Les salariés appartenant à la «classe moyenne» ont connu une augmentation salariale de 6,9% alors que la hausse des salaires pour les 10% des personnes les moins bien payées se monte à 9,9%.

La valeur des boni augmente à nouveau en 2016

En 2016, près de 1 salarié sur 3 (32,0%) a reçu des boni, c'est-à-dire un paiement irrégulier annuel qui vient s'ajouter au salaire de base. De 2008 à 2014, la valeur monétaire moyenne des boni attribués a diminué, passant de 11 698 francs en 2008 à 7939 francs en 2014. En 2016, le montant des boni a connu une nouvelle hausse, atteignant en valeur annuelle moyenne 9033 francs.

Le montant des boni varie fortement selon les branches économiques et selon le niveau de responsabilité occupé au sein de l'entreprise. Pour les cadres supérieurs, la valeur monétaire des boni atteint par exemple 15 267 francs en moyenne dans le commerce de détail, 24 108 francs dans la construction, 69 100 francs dans l'industrie pharmaceutique, 98 302 francs dans les assurances et jusqu'à 100 651 francs dans les banques.

Les personnes n'occupant pas de fonction dirigeante reçoivent également des boni mais leur valeur monétaire est bien plus basse (3972 francs). Il est à noter aussi que pour la grande majorité des branches économiques, les boni font partie intégrante du système global de rémunération du travail.

La rémunération horaire des temps partiels diffère de celle des temps pleins

Au niveau de l'ensemble de l'économie, on constate que le salaire horaire varie selon que l'on travaille à temps plein ou à temps partiel. Ainsi, la rémunération des personnes travaillant à temps partiel avec un taux d'occupation inférieur à 75% est systématiquement inférieure à celle versée pour les salariés travaillant à temps plein. Ces écarts salariaux sont de manière générale d'autant plus grands que la fonction hiérarchique occupée est élevée et que le taux d'occupation baisse. Par contre, les différences de rémunération horaire entre les temps pleins et les temps partiels sont moins marquées pour le personnel ayant un taux d'occupation d'au moins 75%.

La part des bas salaires diminue légèrement

On a dénombré en Suisse en 2016 près de 329 000 postes à bas salaires, soit un niveau de rémunération inférieur à 4335 francs bruts par mois pour un emploi à plein temps. Il est à noter que la proportion des postes à bas salaires dans l'ensemble de l'économie tend à se réduire dans le temps, passant de 11,4% en 2008 à 10,2% en 2016.

Parmi les branches économiques caractérisées par un taux important de postes à bas salaires, on peut notamment citer: le commerce de détail (25,7%), l'industrie de l'habillement (38,9%), la restauration (50,5%) ou encore les services personnels (59,1%). En 2016, près de 474 000 personnes occupent des postes à bas salaires; parmi ces salariés 66,4% sont des femmes.

Disparités salariales entre femmes et hommes moins élevées

Dans l'ensemble de l'économie, l'écart de salaire entre les femmes et les hommes a atteint 12,0% en 2016 contre 12,5% en 2014. Dans le secteur privé, les femmes ont gagné en 2016 14,6% de moins que les hommes alors que dans le secteur public, cette différence globale est de 12,5%. Ce différentiel des niveaux de rémunération entre les sexes s'explique en partie par des profils structurels et des activités exercées différentes (par exemple le niveau de responsabilité du poste occupé ou la branche économique) qui caractérisent l'insertion professionnelle différente du personnel féminin et masculin sur le marché du travail.

On constate que les inégalités salariales entre les femmes et les hommes sont d'autant plus marquées que la position dans la hiérarchie est élevée. Ainsi, les femmes occupant les postes à haute responsabilité gagnent 8861 francs bruts alors que la rémunération de leurs collègues masculins - occupant le même niveau de responsabilité - se monte à 10 878 francs, soit une différence de 18,5%. Le différentiel salarial en défaveur du personnel féminin est moins marqué pour les postes de travail exigeant des niveaux plus bas de responsabilité (10,5%) et de 8,4% pour les femmes sans fonction de cadre.

En 2016, la répartition des femmes et des hommes au niveau des classes salariales était la suivante: 60% des postes dont le niveau de salaire est inférieur à 4500 francs bruts par mois sont occupés par des femmes. A l'inverse, 83,3% des emplois dont la rémunération dépasse 16 000 francs bruts mensuels sont occupés par des hommes.

Main d'oeuvre étrangère: disparités selon les permis de séjour

Si l'on considère l'ensemble de l'économie, la rémunération des personnes salariées de nationalité suisse est en moyenne plus élevée que celle versée à la main d'oeuvre étrangère, soit respectivement 6808 francs contre 5893 francs. Globalement, ce différentiel salarial en faveur des salariés suisses par rapport au personnel étranger se retrouve quelle que soit la catégorie de permis de séjour.

En revanche, si l'on considère les postes exigeant un haut niveau de responsabilité, on constate que la main-d'oeuvre étrangère gagne des salaires plus élevés que ceux versés aux salariés de nationalité suisse. Ainsi, les frontaliers occupant des postes à haut niveau de responsabilité gagnent 10 750 francs, les bénéficiaires d'une autorisation de séjour 12 247 francs contre 10 136 francs pour les salariés suisses.

Cette situation s'inverse lorsque l'on examine les postes de travail n'exigeant pas de responsabilité hiérarchique. Avec 6190 francs, la rémunération des salariés de nationalité suisse n'occupant pas de fonction de cadre est supérieure aux salaires versés à la main-d'oeuvre étrangère, soit 5694 francs pour les frontaliers et 5161 francs pour les salariés disposant d'une autorisation de séjour.

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Download press release

Le salaire médian s'est élevé à 6502 francs en 2016
(PDF, 11 pages, 403 kB)


Other languages


Associated documents

Press conference - Swiss Earnings Structure Survey in 2016: initial findings


 

Remark

Our English pages offer only a limited range of information on our statistical production. For our full range please consult our pages in French and German (top right hand screen).

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/en/home/statistics/work-income/wages-income-employment-labour-costs.assetdetail.5226937.html