Press release

Statistique structurelle des entreprises 2018 Hausse de 380 000 emplois dans le secteur tertiaire entre 2011 et 2018

The latest version of this document is also available. Please see the following link:
Baisse du nombre d'entreprises et d'emplois en 2020: une première depuis 2011

28.08.2020 - En 2018, près de 70 000 emplois supplémentaires ont été recensés en Suisse, portant le total à plus de 5,2 millions. À l’instar des années précédentes, le secteur tertiaire, qui regroupe env. 4 millions de places de travail en 2018, a largement contribué (+1,5%) à cette augmentation. Le niveau de l’emploi progresse également dans le secteur secondaire (+1,2%) tandis qu’il continue de s’effriter dans le secteur primaire (-0,8%). Ce sont là les derniers résultats de la statistique structurelle des entreprises (STATENT) de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

La STATENT offre depuis 2011 des informations centrales sur la structure de l’économie suisse. Avec les nouveaux résultats de l’année de référence 2018, on constate que la tertiarisation se poursuit, avec une hausse moyenne de plus de 50 000 emplois par an dans le secteur des services sur la période de 2011 à 2018. À l’inverse, le secteur primaire a perdu en moyenne quelques 1500 emplois par an.

Depuis 2011, plus de 10 000 emplois au total ont ainsi disparu dans le secteur primaire alors que le secteur tertiaire en a gagné plus de 380 000. Quant au secteur secondaire, l’évolution de l’emploi est très stable sur la période (+0,1% en moyenne par an) malgré un regain de dynamisme en 2018 (13 000 emplois supplémentaires, soit une variation de +1,2% par rapport à 2017). 

Recul de l’emploi dans le commerce de gros et de détail 

Au niveau des branches d’activités économiques, l’évolution de l’emploi est contrastée. En effet, malgré la tertiarisation, certaines branches de services affichent une tendance générale à la baisse. Avec plus de 10% des emplois en 2018, les activités de commerce de gros et de détail sont parmi les branches les plus importantes de l’économie suisse. Toutefois, ces activités sont en perte de vitesse depuis 2011 avec plus de 3 500 emplois perdus dans le commerce de gros et près de 12 500 emplois supprimés dans le commerce de détail. Ces pertes d’emplois sont plus que compensées par d’autres activités de services particulièrement dynamiques, notamment les activités pour la santé humaine ou encore l’enseignement qui ont gagné respectivement près de 75 000 et plus de 36 000 emplois sur la période 2011-2018. 

Toujours plus d’entreprises de toute petite taille

En Suisse, les entreprises de moins de 10 emplois représentent près de 90% du total des entreprises. Elles occupent moins du quart de l’ensemble des emplois. Les grandes entreprises (250 emplois et +) ne représentent que 0,3% des entreprises mais concentrent plus d’un tiers des emplois. Cette structure du tissu économique suisse a peu changé depuis 2011. Toutefois, si l’on s’attarde sur les entreprises de moins de 10 emplois, on observe un accroissement du poids des unités de toute petite taille (2 emplois ou moins) entre 2011 et 2018.

Parallèlement, les grandes entreprises concentrent plus d’emplois en 2018 qu’en 2011 (+1 point de pourcentage). Le tissu économique suisse présente ainsi une double particularité tendancielle avec d’une part, des entreprises de moins de 10 emplois de plus en plus petites et d’autre part, des grandes entreprises concentrant toujours davantage d’emplois. 

La région lémanique confirme son dynamisme 

De façon générale, l’emploi a augmenté dans toutes les grandes régions de Suisse en 2018. Si l’espace Mitteland avec ses quelque 1,1 million d’emplois est toujours la grande région qui offre le plus de places de travail, elle se montre toutefois moins dynamique (+0,9%) que la grande région de Zürich (+1,7%) et la région lémanique (+1,9%) dans lesquelles les hausses d’emplois ont été les plus fortes entre 2017 et 2018. Au niveau des cantons, les emplois de Nidwald (+3,2%), du Jura (+2,7%), de Zoug (+2,5%) ou encore de Genève (+2,5%) croissent à un taux relativement plus élevé que la moyenne helvétique (+1,3%). 

Le nombre d’établissements présente une évolution plus contrastée. Avec une hausse de 1, 3% en 2018, la région lémanique a une croissance relativement plus importante que la moyenne nationale (+0,4%). À l’inverse, on relève une baisse du nombre d’établissements dans la région du nord-ouest de la Suisse (-0,6%) et de la Suisse orientale (-0,1%).

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux dans le document PDF ci-dessous.


 

Download press release

Hausse de 380 000 emplois dans le secteur tertiaire entre 2011 et 2018
(PDF, 6 pages, 397 kB)


Other languages


Associated documents

Structural Business Statistics STATENT 2018


 

Remark

Our English pages offer only a limited range of information on our statistical production. For our full range please consult our pages in French and German (top right hand screen).

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/en/home/statistics/catalogues-databases/tables.assetdetail.14127226.html