Press release

Enquête suisse sur la population active et statistiques dérivées: heures de travail en 2020 Fort recul du nombre d'heures travaillées en 2020

18.05.2021 - En 2020, année marquée par la pandémie de COVID-19, le nombre total d’heures travaillées dans le cadre professionnel en Suisse a atteint 7,608 milliards d’heures, en baisse de 3,7% par rapport à l’année précédente. Le recul a été particulièrement fort dans la branche «Hébergement et restauration» (–29,0%). Sur la même période, le volume des absences a considérablement augmenté (passant de 368 à 946 millions d’heures) selon les derniers résultats de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Selon la statistique du volume du travail (SVOLTA), le nombre d’heures travaillées par l’ensemble des personnes actives occupées en Suisse a baissé de 3,7% en 2020 par rapport à l’année précédente, retombant à un niveau inférieur à celui de 2015. C’est la première fois depuis que les données existent (1991) que le volume annuel de travail enregistre un recul de cette ampleur. Tant le nombre d’emplois (–0,7%) que la durée hebdomadaire effective de travail par emploi (–5,5%) ont contribué à cette baisse. Ce recul aurait été encore plus marqué si le nombre annuel de semaines de vacances prises (passées de 4,5 à 3,9) et le nombre de jours fériés tombant du lundi au vendredi n’avaient pas baissé sur la même période. 

Fort recul dans la branche «Hébergement et restauration»

La branche «Hébergement et restauration» a enregistré la baisse du nombre total d’heures de travail la plus forte (–29,0%), en raison d’une diminution du nombre d’emplois (–9,3%) et d’une réduction de la durée annuelle effective de travail par emploi (–21,8%). Suivent, dans l’ordre, les branches «Arts, loisirs, ménages privés, autres» (–13,6%; nombre d’emplois: –3,5%; durée annuelle effective de travail: –10,4%), «Transports et entreposage» (–6,9%; nombre d’emplois: –2,3%; durée annuelle effective de travail: –4,7%) et «Commerce, réparation» (–5,6%; nombre d’emplois: –1,8%; durée annuelle effective de travail: –3,9%).

Recul global du volume annuel effectif du travail 

Entre 2019 et 2020, la baisse du nombre total d’heures travaillées a été presque identique chez les femmes (–3,8%) et chez les hommes (–3,7%). Le nombre d’heures travaillées a reculé plus fortement chez les étrangers (–4,4%) que chez les Suisses (–3,4%) et chez les indépendants 
(–5,5%) que chez les salariés (–4,5%).

Le chômage partiel en tête des absences

En 2020, le nombre total d’heures d’absence a plus que doublé à 946 millions, contre 368 millions en 2019. Ce sont les absences en raison du chômage partiel des salariés qui représentent la part la plus importante (38,8%) du volume annuel, suivies des absences pour raison de santé (maladie ou accident; 31,1%) et de celles pour «autre raison» (p.ex. personnes en quarantaine ou restrictions d’activité des indépendants durant la pandémie de COVID-19; 22,1%).

Entre 2019 et 2020, la durée moyenne annuelle des absences en raison du chômage partiel est pas-sée de 0,2 à 67 heures par emploi. La durée annuelle des absences en raison de santé (mala-die/accident) s’est accrue plus modérément, passant de 46 à 54 heures par emploi. Les absences en raison d’obligations militaires ou civiles, de congé maternité, du mauvais temps, de conflits du travail et pour raisons personnelles ou familiales ont faiblement évolué. Enfin, les absences pour «autre rai-son» ont progressé de manière très marquée, passant de 8 à 38 heures par emploi.

Comparaisons internationales 

À des fins de comparaisons internationales, la méthode de calcul de la durée de travail doit être légèrement adaptée (cf. annexe méthodologique). Entre 2019 et 2020, la durée hebdomadaire effective de travail par personne active occupée entre 20 et 64 ans au sein de l’UE a diminué de 6,9%. Une diminution s’observe dans tous les pays européens. En comparaison, l’Italie et la Grèce ont enregistré les baisses les plus fortes (–11,3%), suivies du Portugal (–11,1%) et de l’Espagne (–10,9%). Les baisses les moins fortes ont été relevées au Danemark (–1,6%), en Finlande (–2,2%) et aux Pays-Bas (–2,3%). La Suisse (–4,2%) se situe parmi les pays dont le recul de la durée hebdomadaire effective de travail est le moins marqué. 

Vous trouverez des informations complémentaires dans le document PDF ci-dessous.


 

Download press release

Fort recul du nombre d'heures travaillées en 2020
(PDF, 7 pages, 371 kB)


Other languages


Associated documents

Swiss Labour Force Survey and its derivative statistics: hours worked in 2020


 

Remark

Our English pages offer only a limited range of information on our statistical production. For our full range please consult our pages in French and German (top right hand screen).

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/en/home/statistics/catalogues-databases/press-releases.assetdetail.17124436.html