Medienmitteilung

Égalité entre femmes et hommes: statistique de poche 2019 et colloque international à Neuchâtel Les progrès et les chantiers de l'égalité des sexes

06.05.2019 - Les femmes jeunes ont aujourd’hui un niveau de formation égal ou supérieur à celui des hommes jeunes. Par rapport au début des années 1990, les femmes exercent nettement plus souvent une activité professionnelle. Le travail à temps partiel a progressé chez les femmes et chez les hommes. Dans les familles, on tend vers une répartition plus équilibrée de l’activité professionnelle entre les sexes. Voilà quelques-uns des résultats que l’Office fédéral de la statistique publie dans la 5e édition de sa brochure sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour ce qui est de l’égalité des salaires et de l’égalité dans les charges politiques, c’est une stagnation, voire une régression, que l’on observe. Le travail domestique reste inégalement partagé.

Le choix des études est de moins en moins lié au sexe

Toujours plus de jeunes femmes et de jeunes hommes acquièrent une formation de niveau tertiaire. En 1999, 9,8% des femmes et 14,4% des hommes de 25 à 34 ans étaient diplômés d’une haute école. En 2018, les proportions ont atteint 42,3% chez les femmes et 34,7% chez les hommes. Dans le même groupe d’âge, 11,4% des femmes et 14,1% des hommes ont achevé une formation professionnelle supérieure. Les femmes ont rattrapé leur retard.Les femmes choisissent aujourd’hui plus souvent des filières d’études où les hommes étaient majoritaires ou le sont encore, comme les sciences naturelles, les mathématiques et les statistiques, ou l’ingénierie et les métiers de l’industrie de transformation et de la construction. Les choix professionnels et des études tendent depuis une vingtaine d’années à être moins liés au sexe.

L’activité professionnelle et le travail à temps partiel ont augmenté chez les femmes

Une grande partie des femmes et des hommes exercent une activité professionnelle. Le taux d’activité professionnelle des femmes de 15 à 64 ans est passé de 68,2% en 1991 à 79,9% en 2018. Celui des hommes a légèrement reculé, passant de 91,1% à 88,5%.Parmi les femmes actives occupées, 59,0% travaillent à temps partiel. La proportion est de 17,6% chez les hommes. En 1991, les proportions étaient de 49,1% chez les femmes et de 7,8% chez les hommes. L’activité à plein temps a reculé de 10 points chez les deux sexes, principalement au profit des taux d’occupation compris entre 50 et 89%. La part des taux d’occupation inférieurs à 50% parmi les personnes actives occupées est de 24,4% chez les femmes et de 6,6% chez les hommes. Le sous-emploi touche plus souvent les femmes que les hommes: 11,4% contre 3,6% en 2018.

L’égalité des salaires n’est pas encore atteinte

L’écart salarial entre les femmes et les hommes s’est réduit au fil des années. Il était de 19,6% en 2016 dans le secteur privé (moyenne arithmétique). 42,9% de cet écart salarial ne se laissent pas expliquer par des facteurs objectifs tels que le niveau de formation, le nombre d’années de service ou l’exercice d’une fonction de cadre. La part inexpliquée de l’écart salarial était plus faible dans le secteur public: 34,8%.Une différence marquée entre les sexes s’observe notamment pour le salaire mensuel net des personnes travaillant à plein temps. En 2016, 16,5% des femmes, contre 5,3% des hommes, touchaient un salaire mensuel net égal ou inférieur à 4000 francs. A l’inverse, la part des personnes touchant un salaire mensuel net de plus de 8000 francs était de 26,1% chez les hommes contre 13,8% chez les femmes.Les femmes subissent jusqu’à la retraite les effets de leurs salaires plus bas et d’un taux élevé de travail à temps partiel. Ayant moins cotisé que les hommes, elles entrent à la retraite moins bien assurées qu’eux. Le taux de bénéficiaires d’une rente du deuxième ou du troisième pilier était, en 2015, nettement plus faible chez les retraitées que chez les retraités: 63,7% des femmes et 78,6% des hommes, parmi les personnes ayant jusqu’à 5 ans de plus que l’âge légal de la retraite, touchaient une prestation du 2e pilier, 28,3% des femmes et 42,1% des hommes une prestation du pilier 3a.

Le travail domestique est principalement accompli par les femmes

Les progrès de l’égalité passent par une meilleure conciliation entre le travail et la famille, et par une répartition plus équilibrée des activités domestiques, familiales et professionnelles. Chez les couples dont l’enfant le plus jeune a moins de quatre ans, le modèle d’activité où l’homme travaille à plein temps et la femme n’a pas d’activité professionnelle est passé de 59,2% en 1992 à 23,3% en 2017. Les familles dans lesquelles l’activité professionnelle est répartie de manière plus équilibrée sont aujourd’hui un peu plus nombreuses que dans le passé: les deux partenaires travaillant à plein temps 11,4%, les deux partenaires travaillant à temps partiel 9,0% (1992: 5,6% et 1,7%). Le modèle le plus répandu est celui où le père travaille à plein temps et la mère à temps partiel. Il est passé, pour les familles avec enfant le plus jeune de moins de quatre ans, d’un quart en 1992 à environ la moitié en 2017.Le travail domestique reste inégalement réparti. En 2013, dans 70,8% des familles qui ont de jeunes enfants, il était accompli principalement par la femme. Il était accompli par les deux partenaires dans 25,0% de ces familles. Les femmes investissent plus de temps que les hommes dans la plupart des activités domestiques et familiales, en particulier dans les tâches qui prennent plus de temps, comme les soins aux enfants, la préparation des repas et le nettoyage.

Les femmes restent sous-représentées dans le monde politique

La participation des femmes dans les institutions politiques, qui a sensiblement augmenté depuis les années 1980, ne progresse plus guère depuis quelques années. On peut l’observer au niveau cantonal et au niveau communal, dans les législatifs comme dans les exécutifs. Au niveau fédéral, la part des femmes au Conseil des États a reculé de 9 points depuis 2003, passant de 23,9% à 15,2%. Au Conseil national, en revanche, elle a augmenté de 6 points durant la même période, passant de 26,0% à 32,0%.

Informations de l’OFS sur l’égalité entre femmes et hommes

L’OFS publie depuis plus de trente ans des données statistiques sur l’égalité entre femmes et hommes. La première édition de la présente brochure remonte à plus de 20 ans et elle est disponible – comme la publication en ligne des indicateurs de l’égalité – depuis 1998. Cette brochure, destinée au grand public, a été conçue pour être utilisée aussi dans les écoles. Elle présente la situation actuelle et l’évolution de l’égalité des sexes dans différents domaines de la vie. Une version numérisée avec deux cartes et deux graphiques interactifs est également disponible, ainsi qu’une infographie sur l’égalité entre femmes et hommes.

Vous trouverez des informations complémentaires dans le document PDF ci-dessous.


 

Download Medienmitteilung

Les progrès et les chantiers de l'égalité des sexes
(PDF, 3 Seiten, 228 kB)


Weitere Sprachen


Verwandte Dokumente

Gleichstellung von Frau und Mann: Taschenstatistik 2019 und internationales Kolloquium in Neuchâtel


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/de/home/statistiken/wirtschaftliche-soziale-situation-bevoelkerung/gleichstellung-frau-mann.assetdetail.8167560.html