Medienmitteilung

Hébergement touristique en 2020 Chute historique des nuitées hôtelières en Suisse en 2020

Dieses Dokument ist auch in einer neueren Version verfügbar, siehe folgenden Link:
Recul de 26% des nuitées dans l'hôtellerie suisse au cours de la saison d'hiver 2020/2021

19.02.2021 - En 2020, l’hôtellerie en Suisse a comptabilisé 23,7 millions de nuitées. Ceci représente une baisse de 40,0% (–15,8 millions de nuitées) par rapport à 2019. Le contexte exceptionnel du COVID–19 explique cette chute inédite à un niveau qui n’avait plus été observé depuis la fin des années cinquante. La demande étrangère a totalisé 7,3 millions de nuitées, soit une baisse de 66,1% (–14,3 millions). De son côté, la demande suisse a diminué moins drastiquement (–8,6%/–1,5 million) à 16,4 millions de nuitées. Tels sont les résultats définitifs de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Alors que pour les deux premiers mois de l’année des augmentations ont été observées (janvier: +7,1% et février: +7,0%) par rapport à la même période de l’année précédente, dès le mois de mars et jusqu’à décembre, la demande a très fortement reculé. Les diminutions se sont échelonnées entre –91,8% (avril) et –24,9% (juillet).

Recul drastique de la demande étrangère

En janvier, les nuitées étrangères, tout comme celles de la clientèle suisse, ont augmenté (respectivement +5,7% et +8,5%). En février cette situation se poursuit (+5,4%/+8,6%) mais les premiers effets dus au COVID–19 sont perceptibles. En effet, la clientèle asiatique a fortement reculé (–29,0%), en particulier les hôtes en provenance de Chine (–69,9%). 

En mars, la situation extraordinaire en lien avec le COVID–19 a amené le Conseil fédéral à mettre en place des mesures restrictives, à l’instar des autres pays. La demande étrangère a régressé de 68,2% et elle ne s’est pas redressée tout au long de l’année 2020. Les baisses se sont échelonnées entre –96,2% (avril) et –60,9% (août). 

Les nuitées des hôtes suisses ont également chuté drastiquement en mars (–55,4%), avril (–86,2%) et mai (–54,6%). En juin, dans un contexte d’assouplissement des mesures liées au COVID–19, la demande indigène est restée fortement négative (–23,1%) mais a toutefois affiché une «timide» amélioration par rapport aux trois mois précédents.

Record de nuitées indigènes au cours de l’été

Dès juillet et jusqu’en octobre, une inversion forte de cette tendance a été observée pour cette clientèle. Des niveaux encore jamais observés de la demande suisse ont été comptabilisés chaque mois au cours de cette période. Le cap symbolique de 2,0 millions de nuitées a même été dépassé en juillet, août et septembre, avec un pic en juillet (2,6 millions d’unités). Les hausses mensuelles au cours de cette période se sont échelonnées entre +35,0% (juillet) et +16,4% (octobre).

Au terme de cette période, une augmentation de 1,7 million de nuitées (+23,6%) a été comptabilisée en comparaison de l’année 2019. Néanmoins à partir de novembre (–29,1%), puis en décembre (–17,2%) avec l’arrivée d’une deuxième «vague» du COVID–19 et de la réintroduction de mesures sanitaires cantonales et fédérales, la demande indigène a à nouveau fortement reculé sans toutefois atteindre le niveau négatif observé entre mars et mai. 

Baisse drastique des nuitées dans les régions citadines

En 2020, les treize régions touristiques de Suisse ont comptabilisé des reculs de nuitées par rapport à 2019. Les plus grandes baisses ont été observées dans les régions citadines. Ainsi Genève (–67,5%), la Région zurichoise (–65,4%) et la Région bâloise (–58,8%) ont affiché les plus fortes contractions de la demande parmi toutes les régions. Les reculs les moins prononcés ont été enregistrés aux Grisons (–9,2%) ainsi qu’au Tessin (–16,3%). Toutes les régions touristiques ont affiché des baisses extrêmement marquées de la demande étrangère, avec une fourchette comprise entre –74,9% (Lucerne/Lac des Quatre Cantons) et –42,8% (Grisons).

En ce qui concerne la clientèle suisse, quatre régions ont toutefois vu les nuitées augmenter. Il s’agit des Grisons (+12,2%), du Tessin (+9,7%) ainsi que la Région Berne (+6,4%) et le Valais (+3,5%). Les neuf autres régions touristiques ont vu la demande indigène reculer, mais de manière moins marquée que pour la clientèle étrangère. Les replis étaient compris entre –49,6% (Région zurichoise) et –2,3% (Lucerne/Lac des Quatre Cantons). 

Régression du taux d’occupation des chambres

Durant l’année 2020, le taux net d’occupation des chambres est tombé à 36,1%, en recul de 19,1 points par rapport à 2019. Il s’agit du taux le plus bas enregistré depuis le début de l’observation de cette variable (2005). Ce taux a régressé dans toutes les régions touristiques, mais ce sont les régions citadines où l’on a observé les plus fortes baisses et les taux les plus faibles.

Genève a affiché un taux 26,6% soit le plus bas parmi toutes les régions touristiques (en 2019, Genève enregistrait à contrario le taux le plus élevé avec 66,5%). Arrive ensuite la Région zurichoise avec une valeur de 27,2% (65,0% en 2019). De leur côté, les régions touristiques de montagne ont affiché des taux en légère régression par rapport à 2019. Le Valais a atteint un taux de 48,1% (53,9% en 2019) soit le plus haut de toutes les régions touristiques, suivi par les Grisons avec 47,2% (50,2% en 2019).

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux et de graphiques dans le document PDF ci-dessous.


 

Download Medienmitteilung

Chute historique des nuitées hôtelières en Suisse en 2020
(PDF, 7 Seiten, 430 kB)


Weitere Sprachen


Verwandte Dokumente

Medienkonferenz - Touristische Beherbergung im Jahr 2020


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/de/home/statistiken/tourismus.assetdetail.16044293.html